Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 18e > Guide Paris 18e > Se promener, Paris 18e

Le Bateau-Lavoir

11 mars 2013 par Franck Beaumont

Le Bateau-Lavoir porte un drôle de nom pour cette cité d’artistes restée la plus célèbre de Montmartre au début du XXe siècle. A l’origine, le lieu était occupé par une manufacture de pianos, puis il fut acheté en 1867 par un serrurier, François-Sébastien Maillard.

En 1889, un M. Thibouville y fait aménager une dizaine d’ateliers par l’architecte Paul Vasseur. Cette petite cité était alors accessible soit de plain-pied par la place Emile Goudeau, soit par un immeuble à étages donnant sur la rue Gareau, située en contrebas. Exigüs, sans chauffage, sombres, les ateliers y sont bon marché et attirent de nombreux artistes. Ainsi, les ateliers de Picasso, Max Jacob, André Salmon, Mac Orlan, Modigliani étaient installés au sous-sol de la place Goudeau, correspondant au 2e étage de la rue Garreau.

C’est Max Jacob qui aurait appelé le lieu le Bateau-Lavoir en voyant du linge sécher ; on n’y comptait du reste qu’un seul point d’eau. C’est d’ailleurs à ce point d’eau que Pablo Picasso rencontre Fernande Olivier, qui restera sa compagne jusqu’en 1912. Il s’était installé en avril 1904 dans l’atelier de son ami, l’espagnol Paco Durrio, un lieu vétuste, glacial et étouffant. Il y peindra en 1907 l’une de ses oeuvres restée parmi les plus célèbres, véritable manifeste du Cubisme, les "Demoiselles d’Avignon" (aujourd’hui au MOMA de New-York).

En 1908, les artistes du Bateau-Lavoir donnent un banquet en l’honneur d’un artiste autodidacte à qui ils apportent leur soutien, le Douanier Rousseau. Picasso déménagera en septembre 1909 sur le boulevard de Clichy, avant de rejoindre entre les deux guerres la rive gauche, le quartier de Montparnasse devenu très à la mode.

On peut citer d’autres artistes illustres ayant tous travaillé et vécu au Bateau-Lavoir : Juan Gris, Herbin, Freundlich, van Dongen, Brancusi, Reverdy, Pascin.

Un incendie dévasta en 1970 le Bateau-Lavoir mais celui-ci fut reconstruit à l’identique en 1978 par l’architecte Claude Charpentier. A nouveau occupé par 25 ateliers d’artistes, il est assez peu visible sur la place Goudeau. En revanche, un peu plus haut, au n°1 rue d’Orchampt subsiste la seule partie d’origine, de charmants ateliers éclairés par des verrières.

Franck Beaumont

A LIRE AUSSI :
Cité Fleurie, cité d’artistes dans le 13ème
Visite guidée de la Butte Montmartre

Adresse

13 place Emile Goudeau

Dernière modification : par Franck Beaumont - Crédit image : Evous
Vos posts
Bonjour, Je suis une descendante directe de F.S. Maillard. Sa veuve a été un temps la propriétaire qui recevait les loyers des peintres. (...)

Tous les messages

  • Bonjour,
    Je suis une descendante directe de F.S. Maillard. Sa veuve a été un temps la propriétaire qui recevait les loyers des peintres. Elle avait deux filles dont l’une a été mon aïeule (Jeanne épouse Coché) et l’autre (Marie Louise) avait épousé Monsieur Thibouville. c’est donc le gendre des Maillard qui a fait réalisé les ateliers. Les Maillard comme les Thibouville viennent de Normandie. (Maillard = Le Bremien, puis Damvile ; Thiboubille = La Couture Boussey). Mes cousins habitent le 22 rue Burq.

    Bien à vous, K. Remy à Nice

    Répondre

Améliorez la pertinence de notre contenu en donnant votre avis, en apportant un complément d'information ou une correction

Qui êtes-vous ?
Votre message
Important : N'oubliez pas de modifier le titre par défaut, c'est votre titre qui sera mis en avant sur le site ...

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.