Eglise des Petits Augustins (Alexandre Lenoir, le sauveur des tombeaux des Rois de France)

par Franck Beaumont, 14 décembre 2011

Alexandre Lenoir (1761-1839) est un archéologue français dont la détermination permit de sauver de la destruction les tombeaux des Rois de France pendant la Révolution Française.

Aborder ce personnage nous conduit tout naturellement à évoquer l’histoire de l’église des Petits-Augustins, aujourd’hui incluse dans l’Ecole Supérieure Nationale des Beaux-Arts (ENSBA). Une petite chapelle hexagonale y est d’abord fondée par l’épouse répudiée d’Henri IV, Marguerite de Valois, dite la reine Margot. En 1617, la reine Anne d’Autriche, épouse de Louis XIII, pose la première pierre de l’église du couvent. Les moines en sont expulsés en 1791 et l’église est épargnée par les destructions fréquemment pratiquées sur les biens de l’Eglise.

Pendant la Révolution, Alexandre Lenoir a eu la bonne idée de se faire nommer par la Constituante conservateur des objets d’art provenant des Biens nationaux de l’Eglise. Le 1er aout 1793, on décrète la destruction des tombeaux des rois de France à la basilique Saint-Denis. Afin de lutter contre le vandalisme révolutionnaire, il fait déplacer les tombeaux et gisants dans l’église des Petits Augustins, dans le quartier de Saint-Germain-des-Près. Outre les tombeaux et gisants des rois de France, Lenoir y fait entreposer d’autres œuvres majeures comme la chasse de Sainte-Geneviève, le tombeau de Mazarin par Coysevox ou le tombeau de Diane de Poitiers.

Mais curieusement c’est ce vandalisme révolutionnaire qui fait prendre conscience aux Français de la notion de « Patrimoine » commun à tous et de la nécessité de le conserver. L’abbé Grégoire (1750-1831), personnage majeur de la Révolution, défendra également cette cause.

En 1795, Alexandre Lenoir ouvre dans l’église des Petits Augustins le Musée des Monuments français, "historique et chronologique, où l’on retrouve tous les âges de la sculpture française". Il en sera le conservateur pendant une trentaine d’année. En 1810, il fait notamment plaquer sur le pignon de l’église le portail de 22m de haut qui ornait l’entrée principale du château d’Anet (Eure-et-Loire), construit par Philibert Delorme. Ce portail, toujours en place aujourd’hui, est l’exemple même de superposition des trois ordres en architecture : ionique, dorique et corinthien sur des colonnes.

En 1815, Louis XVIII, frère de Louis XVI devenu roi de France sous la Restauration, fait replacer les tombeaux royaux à la basilique Saint-Denis et restituer aux familles dépossédées leurs sépultures. Le reste des collections part au Louvre et au musée de Versailles. La même année, les bâtiments sont affectés à “l’École royale et spéciale des Beaux-Arts” qui va devenir l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts.

Les architectes François Debret et Félix Duban transforment alors l’église des Petits Augustins en Musée de moulages du Moyen Age et de la Renaissance. Le conservateur, Louis Peisse, fondateur du “musée des modèles”, procède à la réalisation de campagnes de moulages antiques et modernes à Rome et en Toscane en vue de former une réserve de modèles à des fins pédagogiques. Le musée est inauguré en 1879.

Plus tard, Viollet-le-Duc suggère de réunir cet ensemble dans le Palais du Trocadéro où des bâtiments sont rendus vacants après l’Exposition Universelle de 1878. Alexandre du Sommerard est désigné pour constituer le musée de la sculpture comparée. Il ouvre ses premières salles en 1882. Après l’exposition Universelle de 1937, le palais du Trocadéro prend le nom de Palais de Chaillot, profondément modifié par Jacques Carlu. Il devient le cadre d’un nouveau "musée des Monuments français" constitué de moulages d’architecture civile et religieuse de monuments français.

Après une restauration complète du Palais de Chaillot, la Cité de l’Architecture et du Patrimoine présente depuis 2007 ces collections dans la galerie des moulages, rassemblant l’architecture civile et religieuse du XIIe au XVIIIe siècle.

Quant à l’église des Petits-Augustins et à la chapelle des Louanges, restaurées en 1979, elles renferment toujours une superbe collection : des moulages et copies de tableaux, parmi les oeuvres les plus remarquables du Moyen-Age et de la Renaissance. L’église accueille régulièrement des expositions d’art contemporain.

Franck Beaumont

Pour découvrir le quartier Saint-Germain-des-Près avec un guide-conférencier et tout savoir sur cette visite, cliquez ICI.

Sources : Musée Carnavalet, ENSBA.

Adresse

14 rue Bonaparte

Horaires

Eglise des Petits Augustins, ouverte tous les jours sauf le lundi de 13h à 19h pendant les expositions.

Publiez votre avis, commentaire ou question


  • Important : N'oubliez pas de modifier le titre par défaut, c'est votre titre qui sera mis en avant sur le site ...
Vous pouvez publier une image ou un document - AVERTISSEMENT : Chaque internaute diffusant une photographie sur cette page s'engage à ce qu'il en soit le propriétaire des droits. Vous acceptez par ailleurs que votre image soit diffusée sur Evous.fr.
Qui êtes-vous ?

Dernière modification : samedi 14 décembre 2011, par Franck Beaumont, photographe Musée Carnavalet : Alexandre Lenoir par Marie Bouliard