Accueil > Expositions

Bordeaux 2017. Musées et grandes expositions

30 mars 2017 par André Balbo

Accès libre et gratuit le 1er dimanche du mois aux musées et établissements suivants, pour les collections permanentes ET les expositions temporaires : au CAPC, au Musée d’Aquitaine, au Musée des Arts décoratifs et du Design, au Centre Jean Moulin, au Musée des Beaux-Arts, au muséum d’Histoire naturelle, et au musée Goupil.

Accès rapides à nos contenus : La Cité du Vin, Bordeaux fête le vin, Le Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, La Galerie des Beaux-Arts, Le CAPC, le Musée d’Art contemporain, Le Musée des Arts décoratifs et du design, Le Cap Sciences, Le Musée national des Douanes, Le Centre d’architecture Arc-en-Rêve, L’Institut culturel Bernard Magrez, La Galerie Cortex Athletico, La Base sous-marine, La Galerie D.X, Le FRAC Aquitaine, La Bibliothèque Mériadeck de Bordeaux, Le Musée d’ethnographie de l’université de Bordeaux (MEB), Itinéraires des Photographes Voyageurs, Le Centre Jean Moulin, Le Musée Goupil

Bordeaux, préfecture du département de la Gironde, est le chef-lieu de la Région Nouvelle-Aquitaine.

Bordeaux, la Cité du Vin, des musées avec des collections permanentes prestigieuses truffées de chefs-d’œuvre, des expositions temporaires tentatrices...

Bordeaux est devenue une ville pleine de charmes et de lieux culturels à découvrir... et Biarritz, Bègles et Libourne sont assez proches.

Bordeaux dès juillet à seulement 2 heures de Paris en TGV, et Bordeaux élue Ville la plus agréable du monde par... plusieurs jurys dont celui des guides Lonely Planet !


***

La Cité du Vin

- La Cité du Vin. 134-150, quai de Bacalan. 33000 Bordeaux. 05 56 81 38 47. www.laciteduvin.com. Tous les jours de 9h30 à 19h30. Accessible à tous publics. 20€ ou 16€. Jeunes 9€. Moins de 6 ans : gratuit. Du 2 janvier au 28 février, du mardi au dimanche de 10 à 18h. Du 1er au 31 mars, tlj de 10 à 18h. Du 1er avril au 30 juin, tlj de 9h30 à 19h. Du 1er juillet au 31 août, tlj de 9h30 à 19h30. Du 1er au 30 septembre, du lundi au vendredi de 9h30 à 19h, samedi et dimanche de 9h30 à 19h30. Du 1er au 31 octobre : en semaine, du lundi au vendredi de 10 à 18h30 ; en week-end et vacances scolaires, ouvert tlj de 9h30 à 19h. Du 1er novembre au 31 décembre, du mardi au dimanche de 10 à 18h.

La Cité du Vin, inaugurée par MM. Hollande et Juppé le 31 mai 2016, a ouvert ses portes le 1er juin 2016. Coût estimé à ce jour : 81M€.

Elle devrait attirer quelque 450 000 visiteurs par an. Conçue comme un site de loisir culturel unique (3 000m2 comprenant 20 modules thématiques) dédié au vin en tant patrimoine culturel, universel et vivant, elle offre un voyage autour du monde et de tous ses vignobles, à travers les âges, dans toutes les cultures et civilisations, dans une architecture évocatrice et spectaculaire.

La Cité du Vin est en droit de devenir l’étape incontournable d’un séjour touristique ou d’affaires à Bordeaux, mais aussi un lieu de vie et un but de promenade pour les Bordelais.

Bien que proposant des expositions, la Cité du vin (boutiques, restaurant, bar à vins, et location d’espaces), n’ayant pas (encore ?) de collection permanente, n’est pas un musée.

Ses deux expositions temporaires annuelles se tiennent dans la salle des colonnes (700m2), et l’exposition d’un "vignoble invité" aura lieu chaque été. La Cité accueille aussi des œuvres d’art des plus grands musées mondiaux.

+ Le parcours permanent. Pour 20€ (tous publics, compter 2 à 3 heures), une aventure immersive et sensorielle à la découverte des cultures et des civilisations du vin. À travers plus de 3 000 m² de parcours libre, 19 espaces thématiques interactifs (mentionnés plus bas) vous invitent au voyage pour une expérience unique dans le temps et l’espace à la rencontre du vin dans sa plus profonde diversité. La visite du parcours permanent inclut le compagnon de voyage gratuit, outil innovant disponible en 8 langues, et l’accès au belvédère de La Cité du Vin, à 35m au dessus de la ville, d’où vous découvrirez Bordeaux à 360° en dégustant un verre de vin du monde (5cl).

Le tour du monde des vignobles ; Planètes vin ; La table des terroirs ; E-Vigne ; Les métamorphoses du vin ; Portraits de vin ; Les vins au fil de l’eau ; A bord ! ; La galerie des civilisations ; Le mur des tendances ; Le buffet des 5 sens ; Le banquet des hommes illustres ; Bacchus et Vénus ; Le vin divin ; Boire et déboires ; Tout un art de vivre ; Tête à tête avec les experts ; Bordeaux, une ville, un vignoble ; La grande saga de Bordeaux.

+ Du 16 mars au 21 juin 2017. Bistrot ! De Baudelaire à Picasso

De tout temps, à dire vrai, les artistes se sont donné rendez-vous au café et l’ont mêlé à leurs poèmes, romans et tableaux. Cet effet de miroir culmine entre Manet et Picasso, Forain et Otto Dix, Lautrec et Foujita, Masson et le jeune Rothko, mais il surgit avant et se prolonge bien après.

Cafés, bistrots et cabarets, plus que tout autre espace urbain, constituent le cœur de notre civilisation. Une certaine façon d’être au monde et de le représenter s’y concentre. Cette exposition saisit aussi bien le café français que les bars du reste de l’Europe et des États-Unis. Elle confronte les médiums traditionnels que sont la peinture et la sculpture à la photographie, au cinéma, à la littérature, et se détourne résolument des récits courants de la modernité.

Forte d’une centaine d’œuvres, elle voudrait établir le rôle essentiel de ces espaces de rencontre, en tous sens, dans la création et la société occidentales. Périphérique au temps des Saint-Aubin, plus présent chez Daumier, le thème explose à partir des années 1860-1870, tant il colle aux attentes de la génération qui a lu Baudelaire.

Établissements de luxe ou "assommoirs", chaque lieu possède son esprit et l’impose aux artistes, quand il ne tourne pas au cénacle festif. Les diverses sensibilités des XXe et XXIe siècles se mesurent au sujet comme on boit à la source. Explorant le large éventail des situations que le café abrite et stimule, du buveur solitaire à la scène de drague, du retrait mélancolique à l’affirmation identitaire, de l’exclusivité masculine à la revendication féminine, l’exposition questionne enfin ce que les artistes ont cherché à dire d’eux et de leur temps.

Retour : Haut de la page


Bordeaux fête le vin

- Bordeaux fête le vin.

Au mois de juin, sur 2 kilomètres des quais de la ville, en bordure de la Garonne, se tient la biennale " Bordeaux fête le vin " qui rassemble quelque 700 000 visiteurs dans ce gigantesque bar à vins ainsi créé.

100 000 Pass dégustations sont alors mis en vente (21€ en 2016), chacun donnant droit à un verre et à... 13 dégustations différentes (de 5cl).

+ Du 14 au 17 juin 2018. Bordeaux Fête le Vin

Lire aussi http://www.evous.fr/Bordeaux-Fete-le-Vin-dates-horaires-infos-programme-1190023.html.

Retour : Haut de la page


Le Musée des Beaux-Arts de Bordeaux

- Le Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, 20, cours d’Albret, 05 56 10 20 56, www.musba-bordeaux.fr, tous les jours de 11 à 18h, sauf les mardi et jours fériés. Accès par la ligne 1 ou B du tramway, arrêt Palais de Justice ou Hôtel-de-Ville. Collections permanentes 4 ou 2€. Expositions temporaires 6,5 ou 3,50€. Visite commentée/conférence, entrée + 3€.

Tiziano Vecellio, dit Le Titien (Pieve di Cadore, vers 1489 - Venise, 1576) Tarquin et Lucrèce Huile sur toile. 1570 – 1571

+ Le musée, qui a fait l’objet de rénovations majeures, a ré-ouvert en 2014.

Selon le maire de Bordeaux : "Ses collections de premier ordre présentent de nombreux chefs-d’œuvre reconnus au niveau international et un panorama remarquable de l’art européen, du XVe siècle à l’époque moderne, faisant de notre musée l’un des tout premiers de France.

Les deux beaux bâtiments néoclassiques, qui l’hébergent depuis 1881, ont connu de nombreuses modifications au cours du XXe siècle. Une rénovation s’imposait pour les adapter aux conditions d’accueil d’un établissement culturel moderne."

Ses trésors ? Des chefs-d’œuvre de l’art du XVe au XXIe siècle dans ses principaux courants.

Des Delacroix, dont La Grèce sur les ruines de Missolonghi, Odilon Redon et le symbolisme, Albert Marquet, André Lhote (illustration), Henri Matisse, Pablo Picasso, Valloton, Braque ou Bissière, l’académisme, avec Bouguereau, le réalisme et l’École de Barbizon, avec Corot, Huet, Daubigny, Boudin, ou la peinture animalière avec la bordelaise Rosa Bonheur. Rolla, d’Henri Gervex, retrouve les cimaises du musée où il était depuis 1933.

Eugène Delacroix (St Maurice, 1798 – Paris, 1863) La Grèce sur les ruines de Missolonghi Huile sur toile, 1826

Une allée des sculptures de Barye, Carpeaux, Rodin, Despiau à Zadkine ou Morellet...

Hep, hep ! C’est pas fini. N’oubliez pas, avec leur nouvel accrochage : Pérugin, Le Titien, Véronèse, Rubens, Van Dyck, Ruysdael, Murillo, Reynolds, Lawrence, Greuze, et Taillasson...

Retour : Haut de la page


La Galerie des Beaux-Arts

- La Galerie des Beaux-Arts. Place du Colonel Raynal. 05 56 96 51 60. La galerie n’est ouverte que lorsqu’elle accueille les expositions temporaires du musée des Beaux-Arts. Sa boutique propose la vente de livres et d’ouvrages édités par le musée, le Guide des collections, des catalogues, livres d’art, posters, affiches et cartes postales.

+ Du 9 décembre 2016 au 26 mars 2017. La nature silencieuse. Paysages d’Odilon Redon

Odilon Redon, Moulin en Bretagne, 1875-1885 © Bordeaux, musée des Beaux-Arts, photo Frédéric Deval

Odilon Redon (1840-1916) est un peintre d’origine bordelaise. À l’occasion des célébrations nationales du 100e anniversaire de sa mort, cette exposition s’attache à la problématique du paysage dans l’œuvre peint et dessiné de l’artiste.

Bien qu’il constitue un aspect encore méconnu de sa production, le paysage fut pourtant l’une des sources essentielles de son inspiration onirique, lui dont l’enfance dans la propriété familiale de Peyrelebade, dans le Médoc, fut rêveuse et solitaire.

La nature sauvage et austère du paysage médocain, entre landes et marécages, fait écho à celle du paysage breton que l’artiste découvrit dans les années 1870-80 à l’occasion de ses séjours dans le Finistère et le Morbihan.

À Bordeaux, l’exposition sera accompagnée d’un colloque international organisé par l’Université Bordeaux-Montaigne en partenariat avec le musée
et l’Association du Musée d’Art Gustave Fayet à Fontfroide.

Présentée à la Galerie des Beaux-Arts en partenariat avec le musée des Beaux-Arts de Quimper.

+ Du 18 mai au 17 septembre 2017. Georges Dorignac (1879-1925) : le trait sculpté, en partenariat avec La Piscine-musée d’Art et d’Industrie André Diligent de Roubaix. Présentée à la Galerie des Beaux-Arts.

Une centaine d’œuvres encore largement inédites du peintre Georges Dorignac.

Né à Bordeaux le 8 novembre 1879, Léon-Georges Dorignac intègre, à l’âge de 13 ans, l’école municipale des Beaux-Arts de Bordeaux. En 1899, il s’installe à Paris et intègre l’École des Beaux-Arts, dans l’atelier du peintre Léon Bonnat.

Participant à l’effervescence cosmopolite de l’École de Paris, tout en empruntant une voie très singulière et indépendante, Dorignac est proche des sculpteurs Lamourdedieu ou Charles Despiau, son ami de jeunesse, et bénéficie des encouragements de Modigliani et de Soutine, son voisin à La Ruche.

Visant à mettre en avant l’art très personnel de Dorignac, l’exposition se concentre sur les saisissantes feuilles monumentales "au noir" de la période de maturité qui firent sa réputation. L’artiste a composé des images puissantes, servies par une science irréfutable du dessin comme du modelé, de l’anatomie comme de l’expression.

La dimension proprement sculpturale des dessins noirs de Dorignac fut d’emblée perçue par les contemporains de l’artiste. Rodin aurait déclaré : "Dorignac sculpte ses dessins. […] Regardez ce sont des mains de sculpteur".

L’exposition évoque par ailleurs la contribution de Dorignac dans le domaine des arts appliqués et son exceptionnel "sentiment décoratif" à travers des projets présentés pour la première fois au public et restaurés spécialement à cette occasion.

Retour : Haut de la page


Le CAPC, le Musée d’Art contemporain

- Le CAPC, le Musée d’Art contemporain, Entrepôt, 7 rue Ferrère, 33000 Bordeaux, 05 56 00 81 50. www.capc-bordeaux.fr, 6,50 ou 3,50€. De 11 à 18h, le mercredi de 11 à 20h.

+ La collection.

Musée contrôlé depuis 1984, puis labellisé "Musée de France" en 2003, il a constitué une collection de 1299 œuvres de 189 artistes comprenant d’une part des achats et d’autre part des œuvres mises en dépôt par le Musée national d’art moderne, Centre Pompidou), par le Fnac (Fonds national d’art contemporain), auxquelles s’ajoutent ceux de la Caisse des dépôts et consignations, des dépôts d’artistes et de collectionneurs. Ils témoignent des rencontres et des échanges entre les artistes, le lieu et les directeurs successifs du musée.

Keith Haring, Sans titre, 1985, œuvre peinte sur le mur de l’ascenseur (détail). Keith Haring, Sans titre, 1985 (détail) © Mairie de Bordeaux, photo C. Houdent

Jusqu’à présent, les seules pièces visibles en permanence dans l’enceinte du musée étaient les œuvres in situ déployées à travers le bâtiment : Pour Mémoire (Christian Boltanski, 1974) ; Untitled (Keith Haring, 1985) ; Garonne Mud Circles, Garonne Black Mud Circle (Richard Long, 1990) ; White Rock Line (Richard Long, 1990) ; Twoo passages bearing between shadows and daylight identocal in form, diverging in spirit (Max Neuhaus, 1993) ; Empreintes de pinceaux n°50 répétées à intervalles réguliers de 30 cm (Niele Toroni, 1997-1998).

+ Du 13 octobre 2016 au 27 octobre 2019. [sic] œuvres de la Collection du CAPC

Dans l’ensemble des galeries du 2e étage, les visiteurs découvrent, pour la première fois, l’exposition permanente d’une sélection d’une centaine d’œuvres de la Collection du musée.

Autour des stratégies de réécriture, des ratures et des superpositions de textes, cette exposition s’organise autour d’une série de rencontres délibérées entre des œuvres, les rythmes qu’elles imposent et les directions possibles qu’elles suggèrent. Indices pour réfléchir à la relation entre la partie et le tout, entre une œuvre individuelle et une collection. [sic] ne signale pas une erreur mais propose un pont entre au moins deux textes, deux œuvres ou deux contextes.

4 grands ensembles d’œuvres de Chohreh Feyzdjou (1955-1996), Simon Hantaï (1922-2008), Présence Panchounette (collectif d’artistes actif entre 1969 et 1990) et Philippe Thomas (1952-1995) rythment plus particulièrement le parcours de l’exposition.

À découvrir également des œuvres de nombreux autres artistes dont Daniel Dezeuze, Fabrice Hyber, Mike Kelley, Jannis Kounellis, Mario Merz, Annette Messager, Dennis Oppenheim, Richard Serra, Claude Rutault, Wolfang Tillmans, Claude Viallat...

+ Du 17 novembre 2016 au 25 mars 2017. Rosa Barba. De la source au poème

Dans les films et les sculptures de Rosa Barba coexistent mémoire et fiction. Des récits proches du documentaire et d’autres, à la lisière de la science-fiction, se croisent au gré d’une large réflexion sur les qualités poétiques du paysage, en tant que lieu où sont inscrits les signes de l’histoire.

CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux et Pirelli HangarBicocca, Milan, avec la participation de Tabakalera, Donastia"

L’artiste a une prédilection pour l’utilisation du film 16 ou 35mm, que ce soit comme médium ou pour les qualités sculpturales et matérielles de la pellicule, des projecteurs ou des faisceaux lumineux qui en émanent. Elle en analyse les limites et les possibilités, bouleversant l’expérience cinématographique traditionnelle et remettant en question la notion de temps linéaire.

Des portraits d’architectures obsolètes et de paysages naturels, des prises de vue de déserts lointains, des ruines de constructions industrielles, des fragments de textes, des paroles d’artistes, de poètes et de géographes parcourent l’œuvre de Rosa Barba. L’artiste présente ces lieux comme autant d’espaces de la mémoire dans lesquels cohabitent certitudes et vulnérabilités, où le passé se mêle à un présent en constante évolution.

À l’occasion de cette exposition, Rosa Barba réalise un nouveau film en 35mm destiné à être projeté en première mondiale dans l’espace monumental de la Nef. Tourné aux États-Unis, en partie dans les plus grandes archives audiovisuelles du monde (le Centre National de Conservation Audiovisuelle de la Bibliothèque du Congrès, situé à Culpeper en Virginie) le film De la source au poème nous invite à réfléchir sur les lieux où l’histoire et la production culturelle sont conservées pour être transmises aux générations futures.

S’intéressant à ce qui peut être considéré comme le patrimoine culturel de la civilisation occidentale au XXe siècle, l’artiste précise : “Avec ce nouveau film 35mm je voudrais examiner de plus près les géographies que nous créons autour de nous. Je souhaite ouvrir un dialogue sur le sens et le contenu de l’effort collectif consenti pour préserver les valeurs culturelles.”

CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux et Pirelli HangarBicocca, Milan, avec la participation de Tabakalera, Donastia"

Le public découvre aussi une nouvelle installation lumineuse intitulée Hear, There, Where the Echoes Are, dans la continuité de la série White Museum, qui consiste en différentes sources de projection cinématographique orchestrées à travers une synchronisation entre elles. Le soir du vernissage, l’activation de chaque projection était décidée, en direct, au rythme de la performance musicale du batteur Chad Taylor. Cette chorégraphie, configurée dans le contexte d’une écoute collective, reste comme une image rémanente dans l’installation, la pièce fonctionnant ensuite comme une sculpture orchestrée dans l’espace avec les visiteurs.

Commissaire : Maria Inés Rodriguez. Une coproduction CAPC musée d’art contemporain de Bordeaux et Pirelli HangarBicocca, Milan, avec la participation de Tabakalera, Donostia.

Rosa Barba, née en 1972 à Agrigente, Italie, a étudié à l’Académie des Arts et Médias de Cologne et vit et travaille à Berlin. Rosa Barba a fait l’objet d’expositions monographiques organisées par des institutions d’envergure internationale. Son travail a fait l’objet de plusieurs publications dont la dernière en date, Rosa Barba : The Color Out of Space, a été publiée par le MIT List Visual Arts Center/Dancing Foxes. Elle été récompensée par de nombreux prix, dont celui de la 46e édition du PIAC de la Fondation Prince Pierre de Monaco (2015).

+ Du 2 février au 28 mai 2017. Beau Geste Press.

La maison d’édition indépendante Beau Geste Press (BGP) a été fondée en 1971 par le couple d’artistes mexicains Martha Hellion et Felipe Ehrenberg. Installés en pleine campagne anglaise, ils forment avec quelques amis, dont l’artiste et historien de l’art anglais David Mayor, « une communauté de duplicateurs, d’imprimeurs et d’artisans ».

Active jusqu’en 1976, Beau Geste Press a imprimé le travail de poètes visuels, de néo-dadaïstes et d’artistes internationaux affiliés au mouvement Fluxus tels que Ulises Carrión, Helen Chadwick, Ken Friedman, Carolee Schneemann, Yukio Tsuchiya et Cecilia Vicuña. Spécialisée dans les livres d’artistes à tirages limités, elle publie les ouvrages de ses propres membres, mais aussi ceux d’autres contemporains. Dans l’esprit de la cottage industry, elle adapte coûts et échelles à ses besoins et garde sous le même toit – celui de son antenne bucolique – toutes les étapes de la production, de la conception éditoriale et de l’impression jusqu’à la distribution des livres par le biais du réseau postal.

Cette exposition retrace leur histoire à travers 75 de leurs livres publiés en 5 ans d’existence. Foisonnement créatif, productivité, modes opératoires et rayonnement international de cette communauté de courte durée, qui fonctionnait sur la résidence d’artiste avant la lettre. Bien qu’elle ait opéré à la périphérie des centres artistiques de l’époque, Beau Geste Press fut sans doute l’une des aventures éditoriales collectives les plus fécondes et influentes de sa génération.

Page intérieure de "Japanese Schmuck (N°.8)", édité par Taii Ashizawa, Takehisa Kosugi, David Mayor. Beau Geste Press, 1976

Ce parcours « imprimé » est jalonné de sculptures en aluminium de l’artiste Xavier Antin. Œuvres-machines dont la course semble avoir été suspendue, elles évoquent autant d’opérations ou de gestes de duplication et de révélation des images, esthétisant à dessein les fantasmes entourant le sacro-saint espace de l’atelier de production.

Intitulé « Quelque chose de Beau Geste en commun », un ensemble d’interventions, ateliers et projets spécifiques impliquant des collectifs, artistes, structures associatives et étudiants à l’échelle de la Nouvelle Aquitaine accompagne aussi cette présentation historique.

Commissaire : Alice Motard. Scénographe : Benedeta Monteverde. Cette exposition est soutenue par l’Institut culturel du Mexique à Paris.

+ Du 18 mai au 27 août 2017. Oscar Murillo

Ses peintures et installations incorporent une grande diversité de médiums et de techniques, y compris des éléments textuels, des matériaux recyclés et des fragments de son atelier. Associant actions, performances et chaos, ses tableaux grand format sont méthodiquement composés de toiles grossières cousues ensemble qui incorporent souvent des fragments de texte ainsi que des débris, saletés et poussières provenant de son atelier.

Ses peintures, vidéos et performances sont liées à une certaine idée de la collectivité née des relations interculturelles que l’artiste entretient avec Londres et la Colombie.

Commissaire : Osei Bonsu.

+ Du 7 septembre au 12 novembre 2017. Steffani Jemison

Cette exposition, dans le cadre de L’économie du vivant, est une proposition du commissaire, Osei Bonsu pour la programmation Satellite 2017.

Steffani Jemison utilise des dispositifs photographiques temporels et discursifs pour interroger le concept de "progrès" et ses alternatives. Abordant dans son travail la culture afro-américaine en relation avec le modernisme et la pratique conceptuelle, elle a adopté, pour stratégie d’étude, la lecture collective de la littérature historique noire.

S’appuyant sur une pratique assignant à l’histoire et à la culture afro-américaines une place située au carrefour de l’art conceptuel, Steffani Jemison sonde les stratégies visuelles léguées par le passé et la façon dont elles limitent et élargissent tout à la fois notre accès à l’histoire.

Retour : Haut de la page


Le Musée des Arts décoratifs et du design

- Le Musée des Arts décoratifs et du design, 39, rue Bouffard - 33000 Bordeaux, 05 56 10 14 00, www.bordeaux.fr www.madd-bordeaux.fr. Tous les jours, de 11 à 18h. Fermé le mardi.

Installé dans l’hôtel particulier de Lalande, construit en 1779 "entre cour et jardin", par l’architecte bordelais Étienne Laclotte, pour la famille du parlementaire Pierre de Raymond de Lalande, il a été remeublé dans le goût de la fin du XVIIIe siècle, proposant un aperçu vivant de l’art de vivre d’une classe sociale privilégiée, au moment de la Révolution Française.

+ Les collections, mobilier, meubles portuaires, céramique, verrerie, orfèvrerie, instruments de musique et de mesure, miniatures, arts de la table ou objets de l’intime constituent un riche exemple des arts décoratifs français, et en particulier bordelais, des XVIIIe et XIXe siècles et un témoignage sur l’histoire de Bordeaux, ville des Lumières et grand port de négoce au XVIIIe.

+ Du 17 novembre 2016 au 26 février 2017. L’Histoire se met à table : les menus de la collection Jean-Maurice Sacré

Qu’il s’agisse d’un mariage royal, d’un déjeuner d’investiture présidentiel, d’un banquet officiel, d’une rencontre diplomatique, tous les grands événements qui ont marqué l’histoire ont, à un moment donné, réuni leurs protagonistes autour d’une table pour partager un repas - et symboliser une
entente, un accord.

Dès lors, loin d’être un simple morceau de papier accessoire, le menu est devenu un document historique qui témoigne d’une époque, d’un contexte, d’un art de vivre, d’un goût.

Carton d’invitation pour un dîner au GuidHall

Cette exposition présente près de 200 menus inédits issus d’une collection privée. Des hôtes illustres invitent le public à leur table, du roi Georges II (menu de 1737) à J.F. Kennedy (réception à l’Élysée, 1961) en passant par Napoléon III et l’impératrice Eugénie (1852-1870), leurs homologues
autrichiens François-Joseph et Elisabeth, dite Sissi, son cousin Louis II de Bavière, le tsar Nicolas II, ou encore le Shah d’Iran et son mirifique festin organisé en 1971 à Persépolis pour célébrer les 2500 ans de la fondation de l’Empire perse.

Cette collection rassemble également des menus officiels des Présidents de la République à l’Élysée, du XIXe siècle à nos jours dont certains accompagnés d’un livre de cave.

Retour : Haut de la page


Le Cap Sciences

- Le Cap Sciences, 20 quai de Bacalan, Hangar 20, 33300 Bordeaux, 05 56 01 07 07, www.cap-sciences.net. Expo seule, 8 ou 5€. Gratuit pour les -12 ans. Du mardi au jeudi de 14 à 18h, vendredi de 14 à 21h. Samedi & dimanche de 14 à 19h. Vacances scolaires également le lundi de 14 à 18h.

+ Du 9 juillet 2016 au 5 mars 2017. Les momies ne mentent jamais

Que nous racontent-elles ? Que vont-elles nous apprendre ? Les momies nous connectent directement à un passé que nous voudrions mieux connaître.
Elles ne sont plus de simples témoins silencieux. Les scientifiques sont devenus les interprètes des histoires qu’elles ont à nous raconter.

Ces histoires, d’une grande valeur historique, scientifique et anthropologique nous apportent de nombreuses informations sur les modes de vie d’anciennes sociétés au travers de leur lien à la mort. Faites connaissance avec plusieurs d’entre elles. Découvrez et partagez leurs histoires formidables.

Durée moyenne de la visite : 1h30. Tout public/ à partir de 5 ans

Retour : Haut de la page


Le Musée national des Douanes

- Le Musée national des Douanes, 1 place de la Bourse, 33000 Bordeaux. 05 56 48 82 82. www.musee-douanes.fr. 3 ou 1,50€. Ouvert de 10 à 18h tous les jours sauf le lundi. Fermé les 25 décembre et 1er janvier.

Retour : Haut de la page


Le Musée d’Aquitaine

- Le Musée d’Aquitaine, 20 cours Pasteur, 33000 Bordeaux. 01 56 01 51 00. www.musee-aquitaine-bordeaux.fr. Tous les jours de 11 à 18h, sauf lundi et jours fériés. Tramway ligne B du réseau TBC arrêt musée d’Aquitaine. Stationnement parkings Victor Hugo, Pey-Berland et République. Accessible aux personnes à mobilité réduite. Collections permanentes, entrée libre. Expositions temporaires 6,50 ou 3,50€. Gratuité pour les scolaires, étudiants en groupe (à partir de 10 personnes), jeunes de moins de 18 ans, personnes handicapés, détenteurs de la carte Culture Jeunes de Bordeaux ou du pass Bordeaux découverte.

+ Les collections permanentes. Ce musée présente quelques réels chefs-d’œuvre dont le bas-relief de la Vénus de Laussel, découvert à Marquay en Dordogne et daté à environ - 25 000 ans ; le tombeau, ou plutôt cénotaphe de Montaigne, sculpté en 1593 à la demande de son épouse Françoise de la Chassaigne ; la statue d’Hercule, en alliage de cuivre, datant du IIIe siècle, abimée mais spectaculaire ; le trésor de Pauillac ; des traces de la traite négrière, entraves, portraits, journal de bord de navire ; des objets d’Outre Mer, etc, etc.

Statue d’Hercule, Bordeaux. Fin du IIe siècle – tout début du IIIe siècle. Alliage de cuivre. Photo, mairie de Bordeaux, musée d’Aquitaine

+ Du 13 décembre 2016 au 30 avril 2017. Tromelin, l’île aux esclaves oubliés

Parti le 17 novembre 1760, un navire de la compagnie française des Indes orientales s’échoue le 31 juillet 1761 sur un îlot désert au large de Madagascar. L’équipage regagne Madagascar, laissant 80 esclaves sur l’île avec la promesse de venir bientôt les chercher.

Illustration S. Savoia © photo F. Rebeyrotte

15 ans plus tard, l’enseigne de vaisseau Tromelin sauve 8 esclaves survivants.

À travers la présentation de recherches archéologiques et historiques, cette exposition tente de comprendre comment ces rescapés malgaches cherchèrent à survivre sur cet îlot inhospitalier.

+ Du 31 janvier au 30 avril 2017. Vous me voyez ? De Ouaga à New-York Entrée libre.

Exposition-dossier. Elles et ils ont en commun d’être arrivés à Bordeaux en provenance d’autres pays, depuis quelques mois ou quelques années, et de se croiser à Saint-Michel. Pour cette exposition, avec chacun sa sensibilité, sa culture et son expérience, ils ont écrit et photographié pour dire ce qu’ils voyaient ici, dans un quartier historiquement populaire, qui est en train de changer, de se gentrifier dit-on.

Un regard qui implique pour eux des allers-retours entre ce quartier français et l’Espagne, la Syrie, le Mali, les États-Unis, l’Inde, l’Algérie, l’Italie, le Burkina Faso et l’Argentine. Les visions de ces nouveaux Bordelais sont libres et singulières, elles invitent à se décaler des bruits du temps présent.

Retour : Haut de la page


Le Centre d’architecture Arc-en-Rêve

- Le Centre d’architecture Arc-en-Rêve, 7, rue Ferrère, 33000 Bordeaux. 05 56 52 78 36. www.arcenreve.com

+ Du 3 novembre 2016 au 12 février 2017. Everything architecture

Retour : Haut de la page


L’Institut culturel Bernard Magrez

- L’Institut culturel Bernard Magrez, 16 rue de Tivoli, 05 56 81 72 77. www.institut-bernard-magrez.com. Du vendredi au lundi de 13 à 18h. Le mardi de 13 à 21h. 8 ou 6€. Gratuité pour les moins de 12 ans et le premier dimanche du mois.

+ Jusqu’au 14 février 2017. La collection. Une impressionnante collection d’art contemporain. Peu d’artistes célèbres n’y figurent pas... Une centaine des plus belles pièces issues d’un fonds permanent de quelques 400 œuvres, où les créations d’artistes émergents côtoient celles de grands noms de l’art moderne et contemporain comme Bernard Buffet, Mircea Cantor, Johan Creten, Wim Delvoye, JR, Claude Lévêque, Steve Mc Curry, Jean-Michel Othoniel, Pierre & Gilles, Joana Vasconcelos, Xavier Veilhan, Yan Pei Ming...

+ Du 8 mars au 25 juin 2017. Portrait de galeriste : Daniel Templon Vernissage le 8 mars à partir de 18h.

Avec près de 600 expositions et 250 artistes, Daniel Templon est l’un des rares marchands d’art français à réputation mondiale, qui a toujours su donner la part belle aux avant-gardes artistiques.

Cette exposition est construite comme un portrait de cet homme, figure majeure du monde de l’art, comme un itinéraire à travers 5 artistes phares de sa galerie, d’univers et d’horizons différents : Philippe Cognée, Jan Fabre, Pierre et Gilles, Yue Minjun et Chiharu Shiota.

+ Du 16 mars au 14 mai 2017. Ann Cantat Corsini : Respire !

« Respire » se doit d’être un cheminement, un voyage intérieur et une aventure sur terre. Toujours entre imaginaire et beauté fulgurante d’instants des plus banals, la photographe nous envoie une invitation à danser (dans) les villes, vibrer (dans) la nature, à prendre la route... / photographie / vidéo / installation /

Retour : Haut de la page


La Galerie Cortex Athletico

- La Galerie Cortex Athletico. 20 rue Ferrère. 05 56 94 31 89. www.cortexathletico.com. De 12 à 19h les vendredi et samedi et sur rdv. Gratuit.

+ Du 28 janvier au 25 février 2017. Vincent Gicquel. As-tu vraiment besoin d’aller là-bas ?

+ Du 11 mars au 15 avril 2017. Kevin Rouillard - Contre-attaque

+ Du 22 avril au 27 mai 2017. Anita Molinero

Retour : Haut de la page


La Base sous-marine

- La Base sous-marine. Boulevard Alfred Daney 33300 Bordeaux, 05 56 11 11 50. www.bordeaux.fr/o271/base-sous-marine. Ouvert du mardi au dimanche de 13h30 à 19h. Fermé lundi et jours fériés. Entrée libre.

Par la rocade, sortie 4 C Bordeaux centre. Par les quais, direction Paris.
Bus-Tram Liane 9, direction Brandenbourg, arrêt Latule. Tram C, direction Les Aubiers, arrêt Place Ravezies-Le Bouscat, puis Liane 9 Brandenburg, arrêt Latule. Tram B, direction Bassins à flot, arrêt Bassins à flot, puis la Corol 32, direction Bouliac Centre commercial, arrêt Latule. Accès vélo par des nombreuses pistes cyclables et parking à vélos devant l’entrée de la Base sous-marine. Parking gratuit.

+ Ce fut l’une des cinq bases construites sur le littoral atlantique pour abriter des flottilles de sous-marins U-Boote pendant la Seconde Guerre mondiale (1941-1943). Gigantesque bunker de 43 000 m2, il est organisé en onze alvéoles liées entre elles par une rue intérieure.

Aujourd’hui, seuls 12 000 m2, convertis en un espace culturel atypique, sont ouverts au public. En dehors des expositions, la Base n’est pas ouverte au public.

+ Du 23 mars au 21 mai 2017. Carte blanche à Romain Tardy

Ses installations utilisent notamment la technique du videomapping. Elles sont conçues comme des expériences sensibles in situ. La lumière est le medium qui lui permet d’augmenter des architectures existantes ou encore des structures de sa création.

Les installations de Romain Tardy ont pour ambition d’évoquer des problématiques actuelles telles que notre rapport à la réalité face à l’imagerie informatique et les changements sociétaux induits, par le biais d’une approche poétique.

Retour : Haut de la page


La Galerie D.X

- La Galerie D.X. 10 place des Quinconces, 33 000 Bordeaux. 05 56 23 35 20. www.galeriedx.com.

Retour : Haut de la page


Le FRAC Aquitaine

- Le FRAC Aquitaine. Hangar G2, Bassins à flot n°1, Quai Armand Lalande, 33300 Bordeaux. 05 56 24 71 36 / www.frac-aquitaine.net. Du lundi au vendredi de 10 à 18h, et le samedi de 14h30 à 18h30. Gratuit.

+ Du 19 janvier au 20 mai 2017. B.D. Factory

L’influence de la bande dessinée sur l’art contemporain a suivi l’introduction progressive des sources populaires dans les pratiques artistiques (Roy Lichtenstein, Andy Warhol, Jeff Koons), artistes et auteurs partageant leur goût du récit en images et en séquence des héros et des héroïnes légendaires.

La bande dessinée a été également marquée par la pratique des artistes et leurs créations, la célèbre souris elle-même n’y échappant pas : dans le journal de Mickey, on la découvre déambulant dans un musée américain.

Bruno Peinado, The Big One World, 2000 Collection Frac Poitou-Charentes © Paris, ADAGP. Photo Christian Vignaud

L’histoire commune de l’art contemporain et la bande dessinée est récente, mais de quels emprunts, liens, clins d’œil, glissements et réciprocités parle-t-on ? Il s’agira de percevoir les influences de ce monde du "dessin en séquence", organisé sous forme de grille (plutôt qu’un cadre), ou animé, au travers de trois générations d’artistes (Raymond Pettibon et Jim Shaw actifs depuis les années 1980 ; Philippe Parreno, Franck Scurti, Bruno Peinado, et Richard Fauguet dans les années 1990-2000, puis, Pauline Fondevila, Sophie Lamm, Louis Granet, Camille Lavaud, Suzanne Husky dans les années 2010).

Si l’on distingue assez aisément trois foyers culturels dominants liés au 9e art (Walt Disney aux États-Unis, les mangas au Japon et une tradition plus européenne rattachée à Hergé), il est intéressant de noter que les artistes contemporains, nourris de ces influences, savent aussi s’en émanciper, voire s’en affranchir, par le jeu des hybridations et des mutations...

L’art contemporain est-il encore sous influence de l’univers des comics ? Celui-ci n’est-il pas déjà la préhistoire d’une nouvelle ère, celle de Minecraft ou Pokemon GO ? Cette exposition constitue un terrain d’observation permettant d’entrevoir les fondements et ferments distillés par la bande dessinée, désormais bien ancrés dans le champ de la création contemporaine.

Retour : Haut de la page


La Bibliothèque Mériadeck de Bordeaux

- La Bibliothèque Mériadeck de Bordeaux. 85 cours du Maréchal Juin, 33000 Bordeaux. 05 56 10 30 00. bibliotheque.bordeaux.fr. Lundi et jeudi de 13 à 19h. Mardi, mercredi et vendredi de 10 à 19h. Samedi de 10 à 18h. Fermé dimanche et jours fériés.

Retour : Haut de la page


Le Musée d’ethnographie de l’université de Bordeaux (MEB)

- Le Musée d’ethnographie de l’université de Bordeaux (MEB). 3 ter, Place de la Victoire 33076 Bordeaux Cedex. 05 57 57 18 97. meb.u-bordeaux.fr. Ouvert du lundi au jeudi de 14 à 18h, le vendredi de 10h à 12h. Le musée est fermé les week-ends et les jours fériés.

2e musée d’ethnographie ouvert en France après celui du Trocadero, il détient des collections d’un intérêt historique et scientifique incontestable. Situé en centre ville sur le site de « la Victoire », le Musée d’ethnographie a été créé suite à la fondation de « l’Institut colonial », en 1894.

+ Du 14 septembre 2016 au 1er juin 2018. Best Of. Un regard sur les collections

Une sélection d’archives et d’œuvres issues des collections, pour bonne part nationales. Objets humbles, ou curieux, ou somptueux, collectés de par le monde, ils évoquent l’histoire et les missions de cette institution centenaire.

« Best of » établit des passerelles entre pratiques du passé et du présent, d’ici et d’ailleurs. Pour faire connaissance avec ceux qui ont créé ou enrichi ce musée universitaire, et mieux comprendre les enjeux de la collecte ethnographique. « Best of » permet aussi, tout simplement, de déambuler au gré de ses envies et de se laisser surprendre par un masque, une cuillère, un accessoire de parure ou des objets énigmatiques.

Retour : Haut de la page


Itinéraires des Photographes Voyageurs

- Itinéraires des Photographes Voyageurs.

Depuis 1991, l’association “Itinéraires des Photographes Voyageurs” organise chaque mois d’avril à Bordeaux un festival regroupant une sélection d’expositions de photographies d’auteurs autour du voyage, avec l’objectif de promouvoir la photographie la plus diverse, mais aussi d’accompagner des photographes pour produire, réfléchir et poursuivre leurs démarches de création.

Les Itinéraires des Photographes voyageurs se tiennent dans les principaux lieux culturels de la Ville et de l’agglomération...

+ Du 1er au 30 avril 2017. Itinéraires des Photographes Voyageurs

La sélection officielle de la 27e édition du festival présente les photographie de Anne-Sophie Costenoble, Nia Diedla, Aurélia Frey, Manon Lanjouère, Marie Mons, Marie Moroni, Lluc Queralt, Robert Ramser, Max Riché, Eric Supiot, Simon Tanguy, Alex Troesch & Aline Paley, Sébastien Van Malleghem, Antoine Vinces de Tapol, Patrick Wack.

Retour : Haut de la page


Le Centre Jean Moulin

- Le Centre Jean Moulin Place Jean Moulin 33000 Bordeaux. 05 56 10 19 90. Ouvert du mardi au dimanche de 14 à 18h. Fermé les lundis et jours fériés. Ouvert les 14 juillet et 15 août. Entrée libre et gratuite. Tramway lignes A et B.

Créé en 1967 à l’instigation de Jacques Chaban-Delmas, compagnon de la Libération et délégué militaire national du Général de Gaulle, le centre national Jean Moulin présente sur trois niveaux, des collections consacrées à la Résistance, à la Déportation et aux Forces Françaises Libres. Le centre, dont la vocation première est pédagogique, attire lycéens, étudiants et chercheurs en quête de documents.

Retour : Haut de la page


Le Musée Goupil

- Le Musée Goupil 20 cours Pasteur, 33000 Bordeaux. 05 56 01 69 40. En dehors des expositions temporaires, la collection est uniquement accessible aux étudiants/chercheurs sur demande motivée.

Le musée Goupil conserve le fonds de la maison Goupil, dynastie d’éditeurs d’art parisiens actifs de 1827 à 1920. Il présente uniquement des expositions temporaires et fonctionne comme un cabinet d’art graphique.

Le fonds Goupil est hébergé au musée d’Aquitaine depuis 1998 et est accessible toute l’année sur rendez-vous pour les étudiants et les chercheurs.

+ Les collections se répartissent en 3 domaines : estampes, photographies et archives. Le matériel nécessaire à la production des images : cuivres gravés, pierres lithographiées, négatifs photographiques sur plaque de verre, presses lithographiques et taille douce vient compléter cette iconographie.

Visuel Ch. Mozin, Marine © coll. musée Goupil

Œuvres originales, reproductions gravées ou photographiques, les collections permettent à la fois d’avoir un panorama de l’art et du goût du XIXe siècle, mais aussi de découvrir tous les procédés de reproductions utilisés à cette époque, si féconde en inventions. Elles ont aussi une grande valeur documentaire, permettant de retrouver nombre d’œuvres disparues, détruites ou simplement dispersées.

Les maîtres anciens côtoient la peinture académique et les dessins d’Auguste Rodin, les planches destinées à l’enseignement du dessin ou des arts et techniques voisinent avec les photographies du voyage en Inde de Louis Rousselet.

Les collections du musée Goupil permettent de comprendre les premiers pas de la diffusion de masse des images à l’échelle internationale. Elles proposent ainsi une étonnante plongée dans le monde des images, au moment où celles-ci commençaient à circuler à travers le monde.

Retour : Haut de la page


Voir aussi :
Bordeaux. Musées et expositions,
Bordeaux. Musées gratuits, fierté et monuments
Bègles, Biarritz, Libourne
Les Musées pour enfants à Bordeaux


***

Vous retrouvez comme chaque année dans PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2017-2018 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musées d’Orsay et de l’Orangerie, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, au Petit Palais, et au Château de Versailles.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Vous pouvez consulter plus d’une centaine de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2017 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions 2017 dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
- Aix-en-Provence - Albi - Les Alpilles - Angers - Angoulême - Antibes - Arles - Aubagne - Avignon - Bègles - Biarritz - Biot - Blois - Bordeaux - Bourg-en-Bresse - Brest - Cagnes-sur-Mer - Cannes - Carcassonne - Dijon - Grasse- Grenoble - Hyères - Ile-de-France : Auvers/Oise, Boulogne-Billancourt, Bussy-Saint-Martin, Chamarande, Chantilly, Châtenay-Malabry, Compiègne, Écouen, Fontainebleau, Giverny, L’Isle-Adam, Jouy-en-Josas, Malmaison, Marne-la-Vallée, Meudon, Milly-la-Forêt, Noisiel, Pantin, Pierrefitte/Seine, Poissy, Pontoise, Royaumont, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Saint-Denis, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Ouen-l’Aumône, Sceaux, Sèvres, Versailles, Vitry/Seine, Yerres - L’Isle-sur-la-Sorgue - Landerneau - Le Cannet - Le Havre - Lens - Le Rayol - Le Canadel/Mer - Les Sables-d’Olonne - Les-Saintes-Maries-de-la-Mer - Libourne - Lille : Villeneuve d’Ascq, Roubaix, Tourcoing, Croix, Graveline, Cassel, Valenciennes - L’Isle-sur-la-Sorgue - Lodève - Lyon - Marseille - Martigues - Metz - Monaco - Montauban - Montpellier - Mougins - Nantes - Narbonne - Nice - Nîmes - Nogent/Seine -Ornans - Rennes - Rodez - Rouen - Saint-Étienne - Saint-Nazaire - Saint-Paul-de-Vence - Saint-Tropez - Sérignan - Sète - Strasbourg - Toulon - Toulouse - Tours - Valence - Vallauris - Vence - Vendôme - Villeurbanne

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam : Harlem, Rotterdam, La-Haye, Bois-le-Duc, - Bâle - Berlin - Bruxelles - Genève - Liège - Londres - Madrid - Milan - Monaco - Venise

À voir également :
- La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en France
- La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en Europe

André Balbo

sources : visites, musées, presse...


Dernière modification : par André Balbo - Crédit image : -
Vos posts
Deux journées consacrées à la culture gasconne ! De quoi satisfaire tous les goûts : atelier de cuisine (la fameuse "garbure"), conférence (...)

Tous les messages

  • Deux journées consacrées à la culture gasconne ! De quoi satisfaire tous les goûts : atelier de cuisine (la fameuse "garbure"), conférence sur la gastronomie gasconne, présentation d’ouvrages en gascon (bilingues), spectacle pour les tout-petits, dîner gascon (assiette gastronomique !), Concert et bal traditionnel...

    Vendredi 4/11 : 11h : Atelier de cuisine. Gratuit mais inscription obligatoire.
    20h : Voyage culinaire dans toute la Gascogne. Gratuit.

    Samedi 5/11 : 10h30 : présentation de livres récemment édités par l’auteur. Gratuit
    16h30 : Spectacle pour les tout-petits sur le thème des sonnailles. Gratuit.
    19h30 : assiette gastronomique gasconne : 18 euros, sur réservation
    à partir de 20h. Ginginha gratis : concert et bal traditionnel : 5 euros. Restauration sur place et sur réservation. Attention : la soirée du samedi se passe au Palio, avenue du stade, 33320 Le Taillan-Médoc, toutes les autres animations au Pôle culturel, de la Haye, 33320 Le Taillan-Médoc !

    Réservations : 05 56 42 70 42 animation-culture@taillan-medoc.fr

    Répondre

  • La Mairie de Bassens et les Éditions Sud-Ouest s’associent pour inaugurer la sortie d’un livre de Contes bilingue gascon/français : Contes d’un doman acabat/Contes d’un futur achevé, lors d’une soirée qui mêlera musique, chants et évidemment contes.

    Ces contes sont pour la plupart des récits que l’auteur, Éric Roulet, a écrit au fil des années d’après ses expériences personnelles et son engagement pour l’illustration de la langue et de la culture occitanes. Mais ce n’est pas un livre militant !

    Lors de la soirée (entrée gratuite) à la Médiathèque de Bassens, le 30 septembre à 18h30, Éric Roulet, accompagné de son groupe Gric de Prat, fera vivre ses Contes. Il dédicacera aussi son livre.

    Pour ceux qui ne pourraient pas venir à cette soirée fort animée, il faut savoir que le livre comporte, sur sa couverture, un code QR téléchargeable : Éric Roulet y dit huit de ses contes, mis en musique par Jean-Michel Rivet.

    Répondre

  • LE RELAIS DE MARGAUX reçoit Sylvie OMETZ, artiste peintre vitrailliste bordelaise.pour une exposition personnelle jusqu’au 16 octobre 2016.
    Entrée libre et gratuite.
    A découvrir , à seulement quelques km de BORDEAUX, des oeuvres sur le thème du vin sous forme de sculptures et tableaux.Unique dans sa manière de concevoir ses oeuvres,l’artiste s’intéresse à la manière de les traduire et cela, au-delà du travail du verre.
    http://www.sylvieometz.fr
    contact : 06 03 41 24 35

    5 route de l’Ile Vincent 33460 MARGAUX

    En savoir plus sur http://www.evous.fr/Expositions.html#44WFjOlgKodyMvod.99

    Répondre

  • Exposition Bordèu Metropòli
    Du lundi 21 mars à 14h. au vendredi 1er avril à 14h. aura lieu dans le Grand hall de l’Hôtel de Bordeaux-Métropole, Esplanade Charles de Gaulle, à Bordeaux, une exposition sur la culture occitane et plus particulièrement gasconne en Gironde. Cette exposition est réalisée avec l’aide des Archives départementales, des Archives municipales de Bordeaux, du Musée d’Aquitaine et de différentes associations culturelles girondines dont Gric de Prat, Gric dau Medoc, le Pays de Ségur, le Rondeau Bordelais, les Calandretas etc.
    Cette manifestation s’appuiera sur les 24 panneaux "la Gironde occitane" procurés par les Archives départementales, sur l’exposition de costumes anciens authentiques, sur la présentation de livres dans le domaine de la littérature et de la culture d’oc en Gironde, sur une présentation de documents anciens en diaporama et sur l’exposition de travaux réalisés par les élèves des Calandretas. Les Éditions des Régionalismes tiendront un stand de présentation et de vente (figureront en particulier la réédition de l’oeuvre de Mèste Verdié et celle de l’ouvrage Ma Garbeta, de l’Abbé Bergey).
    Des visites guidées de 45 minutes (sur inscription préalable auprès de la plate-forme sur le lien direct : http://inscription.bordeaux-metropole.fr/visite-guidee-de-lexposition-bordeu-metropoli/) auront lieu à 10h. et à 15h. le jeudi 24 mars, le vendredi 25 mars, le jeudi 31 mars. La visite du jeudi 24 mars à 10h. se fera en gascon.
    Le lundi 21 mars de 14h. à 16h. est prévue une conférence-débat sur : la Métropole et la Culture gasconne : que faire avec l’histoire et l’identité bordelaise ?
    L’inauguration officielle (sur invitation) se tiendra le vendredi 25 mars à 13h. en présence des élus de la Métropole (dont son Président, M. Juppé) et des membres de diverses associations culturelles girondines ,et sera suivie de la présentation de la nouvelle édition de l’oeuvre de Mèste Verdié, auteur bordelais bien connu.
    L’entrée est libre et gratuite de 8h.15 à 17h. du lundi au vendredi (sauf dimanches et jours fériés). L’accès peut se faire depuis l’Esplanade Charles de Gaulle (niveau zéro) ou depuis la rue Jean Fleuret (niveau -2). À noter : une pièce d’identité est exigée à l’entrée.

    Répondre

Améliorez la pertinence de notre contenu en donnant votre avis, en apportant un complément d'information ou une correction

Qui êtes-vous ?
Votre message
Important : N'oubliez pas de modifier le titre par défaut, c'est votre titre qui sera mis en avant sur le site ...

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.