Accueil > Expositions

Bruxelles 2017. Musées et expositions

21 février 2017 par André Balbo

Bruxelles est si proche de Paris, et réciproquement, que l’on peut s’y rendre dans la journée, pour un rendez-vous, un déjeuner, voire une collection permanente ou une exposition temporaire...

Accès rapides à nos contenus : Le Palais des Beaux-Arts, BOZAR, L’Espace culturel ING, Le Musée d’Ixelles, Le Musée royal de l’Afrique centrale, Le Musée royal de l’Armée et de l’histoire militaire, Art & Design Atomium Museum, ADAM, Wiels // Centre d’art contemporain, La Verrière, Centrale for Contempory Art, Charles Riva Collection, Le Musée royal de Mariemont, La Galerie Daniel Templon, La Louvière. Centre de la gravure et de l’image imprimée, #14

Parmi les grandes villes européennes pour lesquelles nous indiquons les grands musées et quelques grands événements culturels : Amsterdam, Bâle, Berlin, Bruxelles, Genève, Liège, Londres, Madrid, Milan, et Venise.


***

Le Palais des Beaux-Arts, BOZAR

- Le Palais des Beaux-Arts, BOZAR. 23, rue Ravenstein. 1000 Bruxelles. 32 2 507 82 00. www.bozar.be. Fermé le lundi. De 10 à 21h le jeudi, et les autres jours de 10 à 18h. 12, 10, 8, 6, 2€.

Expositions ouvertes du mardi au dimanche, de 10 à 18h. Le jeudi jusqu’à 21h, sauf durant les vacances d’été.

Le Palais des Beaux-Arts est aussi ouvert en fonction des activités - concerts, spectacles ou autres événements - qui y sont organisées. Fermeture annuelle les 25 décembre et 1er janvier.

Haut-lieu de la culture bruxelloise, dans toutes ses acceptions : cinéma (thèque royale), danse, exposition, littérature, mode, musique, théâtre...

+ Du 25 novembre 2016 au 5 mars 2017. Joe Bradley. Entrée libre

Joe Bradley (°1975, Maine) présenter ses nouvelles œuvres. Depuis le début de sa carrière, cet artiste new-yorkais s’est essayé à divers styles et médias – des dessins au trait rudimentaire sur des cartons trouvés çà et là et des toiles saturées rappelant le colorfield painting aux toiles monochromes et sculptures en bronze modernes.

Au cours de ces 10 dernières années, il est devenu l’un des peintres les plus controversés mais aussi les plus suivis de sa génération. Il a exposé à la Whitney Biennial de 2008, au Kunstmuseum Bonn (New York Painting, 2015) et au MoMA (The Forever Now : Contemporary Painting in an Atemporal World, 2014–15). Le MoMA PS1 et Le Consortium à Dijon ont également accueilli ses œuvres pour des expositions solo.

+ Du 26 octobre 2016 au 5 mars 2017. Picasso. Sculptures 18 ou 16€. -26 ans 2€ le mercredi. Ouvert du mardi au dimanche de 10 à 18h, jeudi jusqu’à 21h. Fermé le lundi.

Pablo Picasso, Femme aux bras écartés, 1961. Tôle découpée, pliée et grillage peints. 183x177x72,5cm. Dation Pablo Picasso 1979.

« Grandiose, ambitieuse, vertigineuse ». Ces qualificatifs élogieux de l’exposition Picasso Sculpture au MoMA sont du New York Times.

En partenariat avec le Musée Picasso de Paris, BOZAR poursuit sur la même lancée. Nous présentons plus d’une soixantaine de sculptures exprimant à merveille la force créatrice insondable d’un artiste qui ne cessa d’innover par le recours à de nombreux matériaux et de multiples techniques.

Les sculptures entrent en dialogue avec les toiles, les céramiques, les photographies et les objets d’art de la collection privée de Picasso. L’exposition pose ainsi un nouveau regard sur un aspect moins connu et très personnel de l’œuvre de l’artiste.

Cette même exposition a été vue à Paris par 345 000 visiteurs et a été l’un des plus grands succès du musée Picasso-Paris depuis son ouverture.

Commissaires : Virginie Perdrisot et Cécile Godefroy.

+ Du 17 février au 27 mai 2017. Malta. Land of Sea Salles d’exposition, 10 ou 8€, -26 ans et chercheurs d’emploi, le mercredi 2€.

Cette exposition reflète la diversité culturelle fondatrice de l’identité maltaise. Avec l’omniprésence de la Méditerranée pour fil conducteur, qui n’a cessé d’influencer l’organisation pratique comme l’imaginaire des hommes, la mer-matrice ouvrit l’île au reste du monde.

"Malta. Land of Sea" réunit une soixantaine d’œuvres – dont certaines remontent à la préhistoire – ayant traversé les siècles. Chaque objet peut être considéré isolément ou être mis en relation avec les autres pour appréhender de manière dynamique l’histoire et l’âme de Malte, fondées sur de nombreuses hybridations culturelles. Et si la terre, loin d’être le pôle opposé de la mer, en était, en définitive, le prolongement ou, mieux encore, l’accomplissement ?

+ Du 23 février au 4 juin 2017. Pol Bury. Time in Motion 16 ou 14€. -26 et chercheurs d’emploi, le mercredi 2€

L’artiste belge Pol Bury (1922-2005) est un des fondateurs de l’art cinétique. Après des débuts en peinture marqués par l’influence de Magritte et un passage au sein des groupes Jeune Peinture belge et CoBrA, il emprunte une nouvelle voie. Fasciné par l’art d’Alexander Calder, Bury se tourne vers la sculpture et intègre le mouvement dans son œuvre. Grâce à son travail profondément personnel, à la fois héritier du surréalisme et pétri d’innovation, il s’impose sur les scènes artistiques de Paris et New York, accédant ainsi à une reconnaissance internationale.

Au travers de cette rétrospective, découvrez l’œuvre vaste et diversifiée de Bury. Peintures, sculptures, œuvres mobiles, fontaines, bijoux, réalisations graphiques et écrits vous sont présentés lors de cette exposition, la plus importante dédiée à cet artiste majeur sur le sol belge depuis vingt ans.

+ Du 29 mars au 20 août 2017. Yves Klein. Le théâtre du vide. 16 ou 14€. -26 et chercheurs d’emploi, le mercredi 2€.

Klein s’est fait connaître grâce à ses monochromes « bleu marine ». Comme nul autre, son art exprime l’idée d’une infinitude spirituelle et sa prédilection pour les rituels mystiques.

À travers ses œuvres picturales et ses performances spectaculaires, Yves Klein est considéré comme le précurseur du happening et du body art. Faite de chefs-d’œuvre jamais exposés et d’images rares, cette exposition se propose de vous faire découvrir l’œuvre de cet artiste d’avant-garde et les nouvelles perspectives qu’il a ouvertes sur le monde de l’art.

Commissaire : Darren Pih

Retour : Haut de la page


L’Espace culturel ING

- L’Espace culturel ING, 6, place Royale, 1000 Bruxelles. 32 2 547 22 92. Ouvert tous les jours même fériés de 10 à 18h, mercredi jusqu’à 21h. www.ing.be/art

+ Collection permanente. La banque ING possède 1800 œuvres d’art, allant de la 2e école de Laethem (Constant Permeke, Frits Van den Berghe, Gustave De Smet) et du fauvisme brabançon (Rik Wouters, Ferdinand Schirren, Adolphe Wansart) à l’art contemporain des années 60 à 90.

Retour : Haut de la page


Le Musée d’Ixelles

- Le Musée d’Ixelles, 71 rue Jean Van Volsem. 1050 Ixelles, Belgique. +32 2 515 64 22. www.museedixelles.irisnet.be/. Du mardi au dimanche, de 9h30 à 17h. Fermé lundi et jours fériés. 8 ou 5€. Les vernissages ont lieu la veille du 1er jour et sont gratuits.

+ Collections permanentes. Créé il y a plus de 120 ans, le Musée d’Ixelles conserve une collection permanente centré essentiellement sur l’art belge du XVIe siècle à nos jours. Des tableaux de Boulenger, Vogels, Van Rysselberghe, Frédéric, Khnopff, Wouters, De Smet, Magritte et Delvaux côtoient des exceptions étrangères prestigieuses comme des œuvres de Berthe Morisot, Rodin, Miró ou Picasso.

Il dispose aussi d’un formidable fond d’affiches Belle Époque dont notamment la série complète de celles de Toulouse-Lautrec.

Parmi les dernières acquisitions, des œuvres d’Alfred Stevens, du symboliste Constant Montald et une installation de Stephan Balleux.

+ Du 16 février au 14 mai 2017. Pierre et Gilles. Clair-obscur.

Pierre et Gilles, auteurs d’un art du portrait sophistiqué, entre photographie et peinture, insufflent une touche d’humanité aux stars à la beauté factice, magnifient les gens ordinaires, réenchantent le monde par leurs héros superbes arrachés à la mythologie, à la Bible ou aux contes de fée. Nourries d’art, de cinéma et de culture populaire, ces photographies peintes s’inscrivent résolument dans le monde contemporain.

Leur longévité de 40 ans sur la scène de la création contemporaine est rare. Sans doute repose-t-elle en partie sur la sincérité et la générosité de leur démarche artistique : honorer, glorifier et même déifier l’Humain… L’extirper de la vilenie, le sauver de la turpitude et lui assigner un monde flamboyant…

L’œuvre de Pierre et Gilles s’échafaude par l’accomplissement d’une équation habile : sous l’objectif de Pierre et les pinceaux de Gilles, les portraits peuvent être aussi séduisants que repoussants, aussi licencieux que pudiques, aussi actuels qu’atemporels, aussi drôles que graves, aussi candides que défiants, aussi authentiques qu’irréels… N’accomplissent-ils pas, de la sorte, l’un des hommages les plus justes – et universels – à l’Humain, pouvant être aussi brillant que médiocre ?

Par sa profusion iconographique, sa richesse des possibles approches et sa puissante harmonie esthétique, l’œuvre de Pierre et Gilles fascine légitimement un très large public.

+ Du 16 février au 14 mai 2017. Delphine. Never give up.

Artiste non-conformiste et coloriste, Delphine produit des œuvres multimédia débordantes de couleur, de texture et d’un humour à la portée universelle. De la peinture aux néons en passant par la sculpture, son travail est dynamique, ludique et décalé. Affectueusement, elle tente d’inspirer les plus dépossédés et de ramener les plus puissants et orgueilleux à la réalité. Ses sujets de prédilection sont les questions d’identité, de pouvoir et de justice.

Pour Delphine, son travail serait comme une réaction allergique à la puissance des ragots, des rumeurs et du commérage en général ! L’utilisation de mots et de phrases rend ses messages très simples et directs, tandis que son usage de la couleur et de la composition laisse place à la fantaisie et l’ironie.

C’est dans cet esprit que Delphine produit, dès 2016, sa série Never give up. Nerver give up when you fuck up, don’t self-destruct, reconstruct… Toutes ces variations autour du thème de la persévérance démontrent son besoin d’évoluer. À travers ces œuvres, Delphine contrecarre ses propres critiques et se met au défi, tant artistiquement qu’émotionnellement.

Exposition rétrospective de ses œuvres entre 1989 et 2016.

+ Du 16 février au 14 mai 2017. Jean Boghossian

Dans cette exposition, Jean Boghossian nous propose un bref aperçu de ses dernières et récentes recherches esthétiques. Elles touchent principalement à quatre supports : le papier, la toile, le livre d’artiste et le bois.

Depuis plusieurs années, il travaille ces matériaux avec le feu. Il utilise souvent la fumée, mais mêle aussi parfois celle-ci à des pigments.

+ Du 16 février au 14 mai 2017. Focus. Sébastien Bonin.

Focus sur un artiste belge émergent, en l’invitant à exposer et intégrer l’une de ses œuvres dans les salles permanentes du musée. Cette saison, découvrez Sébastien Bonin.

Il produit des œuvres envoûtantes et mystérieuses. Ses paysages désincarnés préfigurent toute présence humaine ou animale. La solitude se dessine, l’absence se fait ressentir. Le processus de création est au cœur de son travail. Long et complexe, il mêle la peinture à l’huile et la photographie argentique. À travers ses procédés physico-chimiques, Sébastien Bonin interroge notre rapport aux règles inhérentes à la bonne photographie ainsi que la valeur des images, l’information et le numérique.

Retour : Haut de la page


Le Musée royal de l’Afrique centrale

- Le Musée royal de l’Afrique centrale, Tervuren. www.africamuseum.be. Fermé pour travaux jusqu’en 2017 (dit-on).

La réputation internationale du MRAC est basée sur son expertise de l’Afrique centrale et sur un héritage unique et précieux dont à peine 1 % de la collection se trouvait dans l’exposition permanente du musée. Ce sont surtout les objets ethnographiques de l’Afrique Centrale et les archives du voyageur Henry Morton Stanley qui frappent l’imagination. Mais les collections d’échantillons d’animaux et de documents historiques sont tout aussi remarquables.

Les collections proviennent principalement de la RD-Congo, mais également d’autres pays et îles du continent africain. Avant 1960, ce sont les militaires, les missionnaires, les administrateurs coloniaux, les commerçants et les scientifiques qui ont constitué la base des collections actuelles. Après 1960, les collections ont continué à se développer grâce aux expéditions scientifiques en collaboration avec les instituts africains, aux achats dirigés et aux dons.

+ Collections permanentes. 10 000 000 échantillons d’animaux ; 6 000 000 d’insectes ; 1 000 000 poissons ; 170 000 photographies du Rwanda, du Burundi et de la RD-Congo des XIXe et XXe siècles ; 650 films sur la RD-Congo, le Rwanda et le Burundi entre 1940 et 1960 ; 120 000 objets ethnographiques ; 67 000 spécimens de plantes ligneuses ; 40 000 photographies aériennes ; 20 000 cartes géologiques ; 17 000 minéraux ; 8000 instruments de musique ; 4000 objets d’art ; 2 kilomètres d’archives historiques (parmi lesquelles plus de 10 000 lettres et photographies, 88 journaux et notes, notamment de Stanley).

Retour : Haut de la page


Le Musée royal de l’Armée et de l’histoire militaire

- Le Musée royal de l’Armée et de l’histoire militaire. Parc du Cinquantenaire 3-1000 Bruxelles. www.klm-mra.be/ Accès Gare centrale, Métro Mérode (lignes 1 et 5) - (liaison Paris-Bruxelles en 1h22 avec le Thalys). 12 ou 8€. Conditions pour groupes et écoles. Informations, réservations : +32 2 549 60 49, ou +32 2 737 78 11. Fermé les 1er janvier, 1er mai, 1er novembre, 25 décembre, jours d’élections et le lundi. Ouvert les autres jours de 9 à 17h.

+ Collections permanentes dans de nombreuses salles spécialisées : Armes et armures, Salle hollandaise, Salle historique, Salle technique, Salle 1914-1918, Salle russe, Halle Bordiau, Hall de l’Aviation, Marine, Blindés, Arcades, Antartica.

Retour : Haut de la page


Art & Design Atomium Museum, ADAM

- Art & Design Atomium Museum, ADAM 1, place de Belgique, 32 2 669 49 29. www.adamuseum.be

+ La collection Plasticarium est constituée de 2 000 objets en plastique, du plus quotidien à l’œuvre d’art [1960-2000] répartis sur 1500m² de surface d’exposition.

Rassemblée depuis les années 1980 par le collectionneur bruxellois Philippe Decelle, cet ensemble singulier et unique au monde a longtemps été convoité par Londres, New York et Paris. Le ADAM est fier et heureux de pouvoir le présenter en exclusivité à ses visiteurs.

Enzo Mari, Bambù, 1968-1969, PVC, Danese, ITA © Art & Design Atomium Museum - Elie Leon X

Des designers et artistes plasticiens de renommée internationale : César, Arman, Joe Colombo, Verner Panton, Evelyne Axell… De nombreuses pièces ont été prêtées au MoMA (New York), à la Tate Modern ou au Centre Pompidou (Paris).

De par leur caractère exceptionnel, de nombreuses pièces, souvent uniques ou s’agissant de l’édition originale, continuent d’être empruntées par les grands musées du monde.

Des applications audio ainsi que des fiches de salle sont mises gratuitement à la disposition des visiteurs.

+ Du 10 janvier au 19 mars 2017. Quand le silence parle. Au cœur d’un pays oublié

À travers des travaux ethno-photographiques réalisés dans la péninsule du Hornstrandir (Nord-Ouest de l’Islande), Johanne Verbockhaven (née en 1974) aborde des questions liées à la mémoire et à l’oubli à travers les dimensions du silence, de l’absence et de la trace.

Cette région des fjords islandais s’est vidé de ses habitants au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Les fermiers, attirés par une modernité naissante dans les villes, ont graduellement abandonné leurs terres et leurs fermes. La construction de bases militaires dans cette zone pré-arctique à l’époque fut, également, l’un des éléments déclencheur de cet exode rural.

Pour Johanne Verbockhaven, photographe et doctorante (Photographie & Anthropologie), ce fait socio-historique est devenu un terrain de recherches anthropologique et artistique qu’elle mène au Laboratoire d’Anthropologie Prospective (LAAP) de l’Université catholique de Louvain-la-Neuve (Belgique).

Durant les 15 premiers jours d’accrochage, Johanne Verbockhaven travaillait dans les salles d’exposition.

+ Du 16 mars au 11 juin 2017. Bauhaus #Itsalldesign

Avec The Bauhaus #itsalldesign, le Vitra Design Museum présente un aperçu complet du design au sein du mouvement Bauhaus. Une multitude d’œuvres, pour la plupart jamais exposées, issues des domaines du design, de l’architecture, de l’art, du film et de la photographie. Dans le même temps, cette exposition établit un parallèle entre le design du Bauhaus et les tendances actuelles du design et des œuvres de designers, artistes et architectes contemporains. L’exposition révèle ainsi l’étonnante actualité de cette institution culturelle légendaire.

+ Du 5 juin au 8 octobre 2017. The Paper Révolution. Du design graphique et du constructivisme soviétique (1920-1930)

En association avec le Moscow Design Museum, et dédiée au design graphique des années 1920 et 1930, cette exposition est illustrée par les travaux de Aleksandr Rodchenko, Varvara Stepanova et Vladimir Mayakovsky. Elle explore l’identité visuelle du mouvement constructiviste soviétique.

Outil artistique et culturel de la Révolution russe de 1917 (dont c’est le centenaire), ce mouvement accompagne l’utopie socialiste de Lénine et se fait le porte-voix de la révolution prolétarienne.

Retour : Haut de la page


Wiels // Centre d’art contemporain

- Wiels // Centre d’art contemporain, 354 avenue Van Volxem, 1190 Bruxelles. 32 23 40 00 53. www.wiels.org. De 11 à 18h. Nocturnes chaque 1er et 3e mercredi du mois jusqu’à 21h. 8, 5 ou 3€. Gratuit aux moins de 12 ans accompagnés de leurs parents. Fermé les lundi et mardi. Wiels est fermé le mercredi 25 décembre et le mercredi 1 janvier.

+ Du 20 avril au 13 août 2017. Le musée absent.

Préfiguration d’un musée d’art contemporain pour la capitale de l’Europe.

Pour marquer son 10e anniversaire, WIELS a initié une exposition de grande envergure, qui aura lieu non seulement dans le bâtiment Blomme, mais aussi dans deux bâtiments voisins, patrimoine historique de l’ancienne brasserie Wielemans.

Le titre est un clin d’œil à l’influence déterminante que le symbolisme, avec son engouement pour le mystérieux et le mystique, exerce toujours sur le modernisme. WIELS n’a pas le statut de musée mais est familièrement désigné comme le ‘musée WIELS’, signe de reconnaissance qui traduit également les attentes avec lesquelles le public perçoit l’institution, suggérant simultanément un fonctionnement muséal. Anticipant la création d’une telle institution à Bruxelles, WIELS élabore une simulation temporaire, une proposition de projet, une préfiguration d’un futur musée d’art contemporain pour la capitale européenne.

Le Kunstenfestivaldesarts, également plate-forme et interface entre visions artistiques, théories actuelles et vastes débats sociaux, est le partenaire évident pour le développement commun des contours d’un potentiel musée d’art contemporain pour la capitale de l’Europe. Ainsi le projet continuera le trajet déjà accompli par WIELS, en ajoutant de nouveaux questionnements et en imaginant de futures évolutions. Quel rapport peut-il y avoir entre une conscience historique locale et les engagements esthétiques des artistes cosmopolites, quand ils sont confrontés aux paradoxes de la mondialité et aux turbulences de l’histoire, tout en défendant leurs sensibilités et paroles individuelles ?

Dans le constat des problématiques liées aux récentes turbulences historiques, les musées, surtout les musées d’art contemporain, qui battent pourtant aujourd’hui tous les records de popularité, sont étonnamment absents dans l’espace public et la formation de l’opinion.

Walter Swennen, Zij die hier zijn van hier, 2013

Des œuvres existantes et de nouvelles productions d’environ 45 artistes, contemporains et d’un passé récent, cartographient les enjeux auxquels les musées, ainsi que les sociétés qui les inspirent, font face.

Avec Francis Alÿs, Archives de l’Ambassade Universelle, Younes Baba-Ali, Jo Baer, Monika Baer, Sammy Baloji, Guillaume Bijl, Dirk Braeckman, Marcel Broodthaers, stanley brouwn, Daniel Dewar & Gregory Gicquel, Marlene Dumas, Jimmie Durham, Jana Euler, Olivier Foulon, Michel François, Ellen Gallagher, Mekhitar Garabedian, Isa Genzken, Jef Geys, Jos de Gruyter & Harald Thys, Thomas Hirschhorn, Carsten Höller, Cameron Jamie, Ann Veronica Janssens, Martin Kippenberger, Goshka Macuga, Mark Manders, Lucy McKenzie, Wesley Meuris, Nastio Mosquito, Jean-Luc Moulène, Le Mur, Oscar Murillo, Otobong Nkanga, Felix Nussbaum, Willem Oorebeek, Marina Pinsky, Lili Reynaud-Dewar, Gerhard Richter, Walter Swennen, Wolfgang Tillmans, Rosemarie Trockel, Luc Tuymans, Peter Wächtler, Christopher Williams, Nil Yalter.

Commissariat d’exposition par Dirk Snauwaert, avec Zoë Gray, Frédérique Versaen, Caroline Dumalin & Charlotte Friling.

Retour : Haut de la page


La Verrière

- La Verrière, boulevard de Waterloo, 50, 1000 Bruxelles 02-511.20.62 www.fondationdentreprisehermes.org. Du lundi au samedi, de 11 à 18h. Entrée libre.

+ Du 18 janvier au 25 mars 2017. Douglas Eynon & Erwan Mahéo

Une grande broderie bouleverse la topographie du lieu scindé en deux espaces distincts. De part et d’autre, les univers a priori opposés de Douglas Eynon et Erwan Mahéo constituent une installation globale, métaphore du destin de Bruxelles, sous les auspices d’une mystérieuse entreprise.

L’un est britannique, âgé de 27 ans. L’autre est français, âgé de 48 ans. Leurs esthétiques ne se croisent guère. Leur point commun : Bruxelles, où ils vivent, évoluant au sein d’une scène artistique toujours plus attractive, plurielle et cosmopolite. À l’initiative de Guillaume Désanges, commissaire de La Verrière, cette invitation est pour eux l’occasion d’exposer ensemble, d’imaginer une proposition à deux voix tout en rendant un hommage subtil à la ville qui les réunit.

Douglas Eynon, Raft, 2013. Tirage photographique. Dimensions variables

Sous l’intitulé Novelty Ltd., toutes les interprétations sont permises, entre « innovation » et « babiole ». Dans cette installation, l’espace dévolu à Erwan Mahéo évoque le secteur tertiaire autour d’un bureau, selon une approche minimale et fonctionnelle. La broderie centrale, signée par le Français, retrace en filigrane le plan de l’exposition, comme une mise en abyme de La Verrière. De facto, de l’autre côté de la pièce textile se déploie l’univers de Douglas Eynon que l’on rejoint par un tunnel. Des nuages, des jeux de miroirs et une mystérieuse maisonnette constituent le contrechamp symbolique et onirique de ce diptyque artistique.

Dans le cadre du cycle « Poésie balistique », Guillaume Désanges considère que les deux artistes s’emparent tour à tour des deux aspects de cet oxymore : Douglas Eynon serait « poétique dans sa facture et balistique dans sa manière de toucher sans discours, tandis qu’Erwan Mahéo est balistique dans son programme, mais poétique dans sa déréalisation du monde ». Ces multiples facettes sont aussi celles de Bruxelles, naguère berceau du surréalisme, aujourd’hui épicentre administratif de l’Europe.

Retour : Haut de la page


Centrale for Contempory Art

- Centrale for Contempory Art, 44, place Sainte Catherine, +32 22796435, www.centrale-art.be. Du mercredi au dimanche de 10h30 à 18h. Fermé les 1er et 11 novembre, les 24, 25 et 31 décembre, et le 1er janvier. Entrée libre.

+ Du 9 février au 26 mars 2017. Benoit + Bo. Toujours Bruxellois

Le duo franco-chinois résidant à Bruxelles propose le projet « Toujours bruxellois » inspiré par leur nouvelle cité d’accueil qu’ils abordent sous différents angles : « elle fut d’abord pour nous une carte, celle que nous consultions lorsque nous ne connaissions pas bien la ville, puis celle que nous avons recrée pour nous l’approprier. Bruxelles fut ensuite une succession de rues et de quartiers dans lesquels nous déambulions curieux et heureux d’en faire partie. Nous l’avons photographiée et nous avons rejoué notre bonheur d’y être avec nos masques ‘Grosses Têtes’. Enfin, Bruxelles fut ‘les Bruxellois’. Nous sommes allés chez eux, dans leur intimité, pour les photographier avec nos ‘Têtes souriantes’ ». De ce processus naissent des photographies à la fois urbaines et humaines aux couleurs chatoyantes, composées de masques inspirés par la culture populaire chinoise qui y apportent une touche exotique et joyeuse.

+ Du 9 février au 26 mars 2017. Jean Lain

Tout l’univers de Jean Lain se déploie comme une fête inachevée et fantomatique, sorte de vitrine d’un monde en suspens où la main de l’artiste s’efface au profit de l’image.

Retour : Haut de la page


Charles Riva Collection

- Charles Riva Collection, 21 rue de la Concorde 1000 Bruxelles 0477 34 26 10, +32 (0)2 503 04 98, www.charlesrivacollection.com. Mercredi et vendredi de 11 à 18h, et samedi de 14 à 18h... et sur rendez-vous.

Retour : Haut de la page


Le Musée royal de Mariemont

- Le Musée royal de Mariemont, 100 chaussée de Mariemont, 326 426 29 24, www.musee-mariemont.be.

Amateur éclairé et éclectique à la fortune colossale, Raoul Warocqué promènera sa passion des livres rares à des œuvres représentatives des grandes civilisations d’Europe et d’Asie, ou du passé de sa région.

Les collections qu’il a rassemblées sont actuellement présentées dans ce musée à l’architecture, sobre, propice à la contemplation, et qui fut construit par l’architecte belge Roger Bastin. La qualité et l’éclectisme des œuvres présentées, que le collectionneur a su acquérir malgré la convoitise des plus grands musées du monde, en font l’un des premiers musées de Wallonie.

Vous pouvez y admirer des fresques réalisées pour une villa de Pompéi (Boscoreale) ou de nombreuses statues grecques et romaines, une très belle collection d’antiquités égyptiennes, dont notamment la statue monumentale de Cléopâtre (3m de haut, 5t).

Intéressé par les philosophies orientales, Raoul Warocqué a également rapporté d’Extême-Orient un nombre considérable de pièces d’art chinoises et japonaises, et l’un des seuls véritables pavillons de thé exposés dans un musée occidental, où se déroulent, à intervalles réguliers, des cérémonies du thé.

Également de vastes collections gallo-romaines et mérovingiennes témoignent du raffinement remarquable des objets conçus durant ces époques. Enfin, des milliers d’autographes et de livres précieux, réunis à Mariemont, sont présentés lors d’expositions temporaires.

+ Du 29 avril au 26 novembre 2017. Collections invisibles. Du château Warocqué au musée de demain

Le musée sort de ses réserves… des objets devenus invisibles aux yeux des visiteurs contemporains. Les objets non-exposés le sont pour de multiples raisons, des plus pragmatiques aux plus scientifiques, idéologiques ou sociologiques : dimensions, fragilité, caractère insolite, question de l’unique et du multiple, choix du conservateur, modes…

Devenus supports de récits, ces objets évoquent à la fois l’histoire du lieu et de sa collection – et en particulier le rôle de Raoul Warocqué – mais aussi celle de sa muséographie. Regarder, voir, entrevoir, reconnaître, discerner, la scénographie met en valeur le musée comme lieu de perceptions. Une expérience inédite à vivre dans la pénombre !

+ Du 29 avril au 26 novembre 2017. Collections particulières. Quelque chose en nous de Mariemont

Point de départ de cette exposition : une collecte d’objets et de documents conservés par des particuliers – pas nécessairement collectionneurs ! – dans un grenier, un meuble, un album… Autant de traces retrouvées par des voisins, promeneurs du parc, visiteurs ou Amis du musée, qui racontent un quotidien tout en esquissant une histoire du Domaine de Mariemont. Ce projet participatif permet de valoriser la dimension affective et mémorielle d’un espace public tel que Mariemont. Ce projet vise par ailleurs une dimension d’enregistrement de la mémoire vivante, collective et particulière…

+ Du 24 juin au 10 septembre 2017. Collecte – Collection – Collectionneur. Un monde à soi. 11e biennale ARTour – Art contemporain et Patrimoine. La Louvière et région du Centre

En écho à la célébration du centenaire du décès de Raoul Warocqué, la biennale ARTour propose d’interroger les rapports entre les artistes contemporains et la notion de collection. De nombreux artistes modernes disposaient d’une collection : Van Gogh et Monet (estampes japonaises), Picasso et Degas (des œuvres de leurs contemporains)… Mais qu’en est-il aujourd’hui ? Les artistes sont-ils des collectionneurs comme les autres ? Rassemblent-ils nécessairement des œuvres d’art ? La collection est-elle l’antichambre de l’art, voire l’une des sources d’inspiration de l’œuvre ?... Pour répondre à ces interrogations, Mariemont invite des artistes à présenter leurs rapports à la collection tout l’été.

+ Du 11 novembre 2017 au 18 février 2018. Porcelaines et faïences de Namur

Cette exposition entend faire le point sur la production d’objets en faïence et en porcelaine à Namur aux XVIIIe et XIXe siècles. C’est à Namur que Pierre-Philippe Decoux répond à un réel besoin de création d’objets prestigieux au XVIIIe siècle. Une faïencerie est également attestée dans la localité de Saint-Servais (Namur). L’exposition relate aussi la production de la manufacture jusqu’à son rachat en 1858. Cette épopée a été étudiée avec précision par Dominique Marcoux, commissaire de l’exposition. Celle-ci se tiendra à Mariemont pour les porcelaines et à Keramis (La Louvière) pour les faïences.

Retour : Haut de la page


La Galerie Daniel Templon

- La Galerie Daniel Templon, rue Veydt 13A, 1060 Bruxelles. 32 (0) 2 537 13 17. www.danieltemplon.com. Du mardi au samedi, de 11 à 18h. Entrée libre.

+ Du 12 janvier au 4 mars 2017. Prune Nourry. Archéologie contemporaine

Retour : Haut de la page


La Louvière. Centre de la gravure et de l’image imprimée

- La Louvière. Centre de la gravure et de l’image imprimée. Place communale 1, 7100 La Louvière, 064 27 78 11. www.lalouviere.be

La Louvière se situe à 50 km au sud de la capitale Bruxelles, à environ 260 km au nord-est de Paris, à 90 km à l’est de Lille, à environ 160 km à l’ouest d’Aix-la-Chapelle, à 20 km à l’est de Mons et à 30 km au nord-ouest de Charleroi. Elle se situe au centre d’un carrefour autoroutier européen, notamment avec la E19 (Amsterdam-Anvers-Bruxelles-Paris) et E42 (Lille-Charleroi-Liège-Francfort-sur-le-Main).

Retour : Haut de la page


La Patinoire royale

- La Patinoire royale. Rue Veydt 15, 1060 Saint-Gilles +32 495 23 60 70, www.lapatinoireroyale.com. Ouvert du mardi au samedi, de 11 à 13h et de 14 à 19h
. Expositions sur entrée libre.

La Patinoire royale, dite aussi le « Royal Skating », est au cœur du quartier de Saint-Gilles. Après avoir accueilli les patineurs à roulettes, puis être devenue le garage Bugatti... elle servit de dépôt d’armes et munitions.

La Patinoire royale a été classée monument historique par la Région de Bruxelles Capitale en 1995. Elle ne se veut ni une galerie, ni un musée, ni un centre d’art, mais les trois à la fois, et tient à assurer une présence constante dans le paysage culturel international. Et toc !

+ Du 7 avril au 24 mai 2017. Hassan Sharif

Retour : Haut de la page


Voir aussi Liège.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2017-2018 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musées d’Orsay et de l’Orangerie, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, au Petit Palais, et au Château de Versailles.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Vous pouvez consulter plus d’une centaine de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2017 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions 2017 dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
- Aix-en-Provence - Albi - Les Alpilles - Angers, - Angoulême - Antibes - Arles - Aubagne - Avignon : Saintes-Maries-de-la-Mer, L’Isle-sur-la-Sorgue - Bègles - Biarritz - Biot, - Blois - Bordeaux - Bourg-en-Bresse - Cagnes-sur-Mer, - Cannes, - Carcassonne - Dijon - Grasse- Grenoble - Hyères - Ile-de-France : Auvers/Oise, Boulogne-Billancourt, Bussy-Saint-Martin, Chamarande, Chantilly, Châtenay-Malabry, Compiègne, Écouen, Fontainebleau, Giverny, L’Isle-Adam, Jouy-en-Josas, Malmaison, Marne-la-Vallée, Meudon, Milly-la-Forêt, Noisiel, Pantin, Pierrefitte/Seine, Poissy, Pontoise, Royaumont, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Saint-Denis, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Ouen-l’Aumône, Sceaux, Sèvres, Versailles, Vitry/Seine, Yerres - Le Cannet - Le Havre - Lens - Le Rayol - Le Canadel/Mer - Les Sables-d’Olonne - Libourne - Lille : Villeneuve d’Ascq, Roubaix, Tourcoing, Croix, Graveline, Cassel, Valenciennes - Lodève - Lyon - Marseille - Martigues - Metz - Monaco, - Montauban - Montpellier - Mougins, - Nantes - Narbonne - Nice - Nîmes - Ornans - Rennes : Landernau, Quimper - Rodez - Rouen - Saint-Étienne - Saint-Nazaire- Saint-Paul-de-Vence, - Saint-Tropez - Sérignan - Sète - Strasbourg - Toulon - Toulouse - Tours - Valence - Vallauris - Vence - Vendôme - Villeurbanne

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam : Harlem, Rotterdam, La-Haye, Bois-le-Duc, Bâle, Berlin, Bruxelles, Genève, Liège, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

À voir également :
- La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en France
- La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en Europe

André Balbo

sources : visites, musées, presse...


Dernière modification : par André Balbo - Crédit image : Courtesies

Améliorez la pertinence de notre contenu en donnant votre avis, en apportant un complément d'information ou une correction

Qui êtes-vous ?
Votre message
Important : N'oubliez pas de modifier le titre par défaut, c'est votre titre qui sera mis en avant sur le site ...

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.