Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 5e > Actualités Paris 5e > Sorties, Paris 5e > Expositions, Paris 5e > Évènements et expositions à l’Institut du Monde Arabe

DERNIERS JOURS de l’exposition Osiris

15 juin 2016 par André Balbo

À l’Institut du Monde arabe, du 8 septembre 2015 au 6 mars 2016 (prolongation pour succès), 250 objets retrouvés lors des fouilles sous-marines de Franck Goddio, et une quarantaine d’œuvres prêtées par les musées du Caire et d’Alexandrie...

Déjà plus de 220 000 visiteurs...

La grande cérémonie, qui évoquait les Mystères d’Osiris, perpétuait chaque année l’un des mythes fondateurs de la civilisation égyptienne. Les fouilles sous-marines, effectuées en eaux peu profondes (autour de 5m) par plusieurs équipes dirigées par l’égyptologue français Franck Goddio, ont permis de remonter à la surface des objets riches en explications sur ce sujet, même si elles ne sont pas exhaustives, et préservent une part de mystère.

Elles furent réalisées en près d’une vingtaine d’années à quelques kilomètres d’Alexandrie, permettant la découverte des villes de Thônis-Héracléion et de Canope, qui étaient englouties depuis le VIIIe siècle en baie d’Aboukir, au nord-ouest du delta du Nil.

Une stèle trilingue, en hiéroglyphique, en démotique et en grec, dite de Canope, avait été découverte en 1881 à Kôm el-Hisn (238 av. J.-C.). Elle indiquait que dans une ville nommée Héracléion se célébraient, comme dans la plupart des villes d’Égypte, les cérémonies des Mystères d’Osiris. Celles-ci se concluaient, aux dires de la stèle, par une longue procession nautique sur les canaux, partant du temple d’Amon Géreb (Héracléion) et se rendant au sanctuaire de Canope. Cette procession revêtait dans tout le Nord de l’Égypte une importance considérable. Elle devait favoriser l’obtention de l’abondance des récoltes, la stabilité de la dynastie... comme celle de l’Univers.

L’effigie du dieu était alors parée d’or et de pierres précieuses, de lapis-lazuli. Des prêtres mimaient certains épisodes de sa passion, et chantaient sa victoire et sa gloire. D’autres cérémonies, secrètes, se déroulaient dans la "maison de dieu", et échappaient aux regards des profanes. Elles touchaient à la résurrection et seul le Pharaon était habilité à les officier.

Statue de reine. 3e siècle avant notre ère. Granit noir (musée des antiquités de la Bibliotheca alexandrina - IEASM)

La légende d’Osiris, fils de la Terre (le dieu Geb) et du Ciel (la déesse Nout), qui essaima sur une partie du monde méditerranéen, raconte qu’après que son frère Seth l’eut tué, il démembra son corps en 14 morceaux jetés dans le Nil. Isis, sœur-épouse d’Osiris, parvint grâce à ses pouvoirs divins à remembrer son corps (inventant en cela les gestes de momification), lui rendre vie... et ils conçurent leur fils Horus, à tête de faucon. Osiris, qui avait enseigné aux hommes l’agriculture, les lois, le respect des dieux, la civilisation et avec elle la croyance en une vie éternelle, devint alors le Maître de l’Au-delà, et Horus, victorieux de Seth, reçut l’Égypte en héritage. Ce fut Plutarque qui nous transmit ce mythe au IIe siècle.

Les fouilles des équipes de l’Institut Européen d’Archéologie Sous-Marine (IEASM) permirent de mettre au jour à partir de ces deux villes restées enfouies depuis 12 siècles (Thônis-Héracléion fut découverte en 2000, Canope en 1997) monuments, statues, instruments rituels et offrandes cultuelles qui attestaient bien que de telles cérémonies se tenaient en ces lieux. La célébration initiatique des Mystères d’Osiris durait 21 jours.

L’exposition de l’Institut du Monde arabe donne à voir sur 1100m2 des éléments de ces rituels, ces objets remontés, étudiés et restaurés, recréant des sensations sous-marines qui ajoutent du mystère et aiguillonne la curiosité.

Osiris, sur sa couche funèbre. Moyen Empire, 13e dynastie, époque du roi Khendjer (-1747). En arrière-plan, la barque trouvée engloutie.

Ces récits cosmogoniques renvoient à bien d’autres mythes fondateurs, à bien d’autres cultures. Certains poseurs d’équivalences trouvent un lien fort d’Osiris au Grec Dionysos, ou au Romain Bacchus, comme ils rapprocheraient Isis d’Aphrodite ou de Vénus.

Images d’une épave d’une dizaine de mètres, qui révéla des objets rituels, statues monumentales et de toutes autres dimensions, objets votifs, ou quotidiens, bijoux et parures, mais également films et explications sur les émotions scientifiques fortes que procurèrent à ces équipes ces découvertes archéologiques.

Le commissariat général de l’exposition est fort heureusement confié à Franck Goddio.

Osiris. Les Mystères engloutis de l’Égypte, du 8 septembre 2015 au 6 mars 2016, à l’Institut du Monde arabe, 1, rue des Fossés-Saint-Bernard, Place Mohammed V, 75236 Paris Cedex 05. www.imarabe.org. Ouvert les mardi, mercredi et jeudi de 10 à 19h, vendredi de 10 à 21h30, samedi et dimanche de 10 à 20h. Métro Jussieu, Cardinal Lemoine, Sully-Morland. Bus 24, 63, 67, 86, 87, 89. 15,50 ou 12,50€.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans LES GRANDES EXPOSITIONS 2016 à Paris de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans CALENDRIER 2016 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2016 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musée d’Orsay, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2016 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2015, 2014, 2013, 2012.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
- Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam, Berlin, Bâle, Bruxelles, Genève, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : Visite, IMA

Dernière modification : par André Balbo - Crédit image : Courtesy Institut du Monde arabe

Améliorez la pertinence de notre contenu en donnant votre avis, en apportant un complément d'information ou une correction

Qui êtes-vous ?
Votre message
Important : N'oubliez pas de modifier le titre par défaut, c'est votre titre qui sera mis en avant sur le site ...

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.