evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Paris > Transports à Paris > Voitures à Paris > Autolib’ à Paris > 60 premières voitures électriques Autolib’ livrées à Paris avant (...)

60 premières voitures électriques Autolib’ livrées à Paris avant l’été

vendredi 6 octobre 2017, par André Balbo

Les 60 premiers exemplaires de cette Bluecar de Bolloré, retenue pour Autolib’, sont en cours d’homologation. La production industrielle de cette 4-places, de 3,65m de long va maintenant s’intensifier jusqu’à ce que soient disponibles, fin 2011, les 3 000 véhicules attendus dans les 1 000 stations de recharge.

Après une quinzaine d’années de recherche et de développement investis dans ce véhicule électrique, et 1,5Md€ déjà dépensés, Vincent Bolloré accélère en augmentant ses capacités de production.

Il a posé près de Quimper le 17 janvier la première pierre d’une nouvelle usine pour la fabrication de batteries électriques selon la technologie lithium métal polymère qu’il est le seul au monde à développer. On dit que l’industriel breton aurait garanti son approvisionnement en minerai, précaution bien utile en période de pénurie orchestrée notamment par la Chine.

Autolib’ va représenter pour Bolloré une indéniable vitrine, mais cette filière des voitures électriques ne devrait être rentable selon lui qu’à partir de 2014.

Il a en revanche l’intime conviction que les besoins en stockage d’énergie, aussi bien des professionnels que des particuliers, vont se développer dans les prochaines années.

Bon vendeur, Vincent Bolloré insiste sur le fait que « cette batterie permettra d’emmagasiner de l’énergie aux heures creuses pour s’en servir ensuite aux heures de pointe. Ce système permettra de faire des économies sur sa facture d’électricité ».

À l’occasion de la pose de cette première pierre, le ministre de l’Industrie Éric Besson annonçait l’octroi à l’industriel d’un prêt « véhicule décarboné » de 50M€.

Sans trop chercher à jouer les Cassandre, on aimerait voir aussi une accélération et des moyens octroyés à résoudre les grandes questions qui demeurent sur cette filière :
- comment stockera-t-on et éliminera-t-on les batteries usagées ?
- de combien devra croître notre parc de centrales électronucléaires pour faire face à un succès (petit, moyen ou important) de la voiture électrique et satisfaire à ces nouveaux besoins en énergie ?
- à quelle durée estimons-nous cette génération de véhicules électriques avant le passage à des véhicules réellement et intégralement propres, c’est-à-dire de la deuxième ou de la troisième génération ?

André Balbo

sources : Le Parisien, Autolib’, Bolloré

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.