.evous
> > > >

L’hôtel Bony

Niché au milieu d’un îlot, l’hôtel Bony est un des plus hôtels particuliers du 9e arrondissement et reste un témoin exceptionnel de l’architecture "Restauration" à Paris.

René Bony est un entrepreneur et spéculateur qui sous la Restauration possède plusieurs maisons rue des Petites Ecuries, rue du Faubourg Poissonnière et rue Bleue. Il confie en 1826 la construction de son hôtel à l’architecte Jules-Jean de Joly. Celui-ci a déjà travaillé au Palais-Bourbon et se verra confier par le duc de Morny la réalisation de la "galerie des Tapisseries" en 1860.

L’hôtel Bony est une oeuvre référence de la dernière période du néo-classicisme français. On y accédait autrefois par la rue Bleue (l’ouverture de la rue de Trévise date de 1832). A la fois gracieux et doux, il se présente comme un grand pavillon isolé, son inspiration semble vénitienne. Sa façade sur cour est marquée par un avant-corps à 3 travées sur lequel l’architecte a superposé les ordres : colonnes doriques au rez-de-chaussée, ioniques à l’étage, puis de simples pilastres à l’étage de l’attique. Côté jardin, la demeure possède un étage supplémentaire situé en contrebas du rez-de-chaussée, le terrain ayant été creusé à cet effet. De ce côté, la façade est encore plus élégante avec son péristyle où encore une fois les ordres se superposent : ionique au niveau des colonnes, corinthien au niveau de l’ étage. A l’intérieur subsiste un exceptionnel décor pompéien. Des communs dans le même style que l’hôtel bordent la propriété.

En semaine, on peut apercevoir la façade sur jardin par le hall d’accueil des bureaux qui occupent l’hôtel, au n° 32 rue de Trévise. L’ hôtel Bony est également accessible par le n° 13 rue Bleue : une allée (fermée par grille et digicode hélas) mène à l’ancienne entrée de l’hôtel.

Franck Beaumont

32 rue de Trévise

Adresse

Mots-clés