eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Ile-de-France > Val-d’Oise > Abbaye de Royaumont

Abbaye de Royaumont

Dernière mise à jour : samedi 15 décembre 2018, par Pauline

Comme celle de Maubuisson, l’abbaye de Royaumont se situe dans le Val d’Oise. Ruines de l’église abbatiale, cloître, réfectoire, parc, palais abbatial, l’espace est riche. C’est également un centre culturel dynamique, dédié à la musique et à la danse.

Retrouvez sur ce lien les plus beaux parcs et jardins du Val d’Oise.

Édifiée en 1228 par Saint Louis (dont la mère Blanche de Castille créa la voisine abbaye de Maubuisson en 1236), l’abbaye de Royaumont se situe dans un parc bordé de ruisseaux, à proximité d’une réserve ornithologique, d’étangs et de forêts. C’est un lieu particulièrement agréable, où se mêlent nature, architecture et histoire.

L’abbaye connaît à sa création un grand rayonnement. Plus de cent moines y vivent et Saint Louis y séjourne à plusieurs reprises. Jusqu’au 18ème siècle, elle dispose d’un hôpital destiné à accueillir les malades et les infirmes des environs. Après la mort de Saint Louis, jusqu’au 14ème siècle, elle reste un lieu privilégié par les rois de France, par des legs, des exemptions et des privilèges.

Peu à peu, la communauté religieuse de Royaumont diminue. Il finit par ne rester au 18ème qu’une dizaine de moines.

L’église est détruite en 1792. Avec les pierres de l’édifice, le nouveau propriétaire, le marquis de Travanet, fait construire des habitations pour les ouvriers de la filature de coton qu’il installe à Royaumont.

Dans la deuxième moitié du 19ème siècle, plusieurs communautés religieuses s’y succèdent de nouveaux. Elles entreprennent des travaux destinés à reconstituer l’architecture gothique initiale des lieux, qui dessinent leur morphologie actuelle.

Comme celle de Maubuisson, l’abbaye de Royaumont est aujourd’hui un centre culturel, "Centre international pour les artistes de la musique et de la danse". Créée en 1964, la Fondation Royaumont a pour missions de conserver et d’enrichir les lieux en les mettant au service des artistes, et en les rendant accessibles à un large public.

Elle organise des sessions de formation en musique et danse, des résidences d’ensemble musicaux, un cycle de rencontres tout au long de l’année, des concerts, spectacles et manifestations dans et hors les murs, ainsi que des activités d’éveil artistique dans le cadre scolaire, périscolaire et familial.

LE PARC :

Le Ministère de la Culture a accordé le label "Jardin Remarquable" à l’abbaye de Royaumont. Le domaine présente un paysage varié et modifié à diverses époques, depuis les canaux cisterciens jusqu’aux allées arborées et à la petite grotte réalisées au 19ème.

Depuis 2004, un jardin d’inspiration médiévale s’organise autour de 9 carrés de culture, d’un jardin de plantes mères et d’un petit verger. Il accueille tous les trois de nouvelles collections, dont la dernière, datant de 2010, est consacrée aux "plantes magiques".

Plusieurs films ont été tourné dans ce décor singulier, parmi lesquels, La Belle et la Bête, de Jean Cocteau (1946), Chouans ! de Philippe de Broca (1987) ou plus récemment, Gainsbourg, vie héroïque, de Joann Sfar (2010).

INFORMATIONS PRATIQUES :

Horaires : ouvert tous les jours de l’année de 10h à 18h (17h30 de novembre à février) y compris le 25 décembre et le 1er janvier. Interruption de la vente des billets de 12h45 à 13h45, du lundi au vendredi.

Tarifs : Tarif plein : 6,50 € / Tarif réduit : 5 € / Billet famille : 20 € (2 parents accompagnés de leurs enfants de moins de 18 ans).

Pour vous y rendre :

Train : Royaumont est à 5 km de la gare la plus proche, gare de Viarmes. Prendre le train à Paris Gare du Nord Banlieue, direction Luzarches, arrêt gare de Viarmes.

Voiture : A partir de Paris Nord, porte de la Chapelle, direction Lille, A1
› sortie n°5 « Le Bourget », D317-direction Senlis › direction Cergy-Pontoise, D104-Francilienne › direction Chantilly, D316 › abbaye de Royaumont / A partir de Paris Ouest, porte Maillot, direction Nanterre, A14
› direction Saint Denis, A86 › direction Cergy-Pontoise, A15 › direction Beauvais-Amiens, A115 › direction Roissy Charles de Gaulle, N184-N104-Francilienne › abbaye de Royaumont.

A LIRE AUSSI :

Les plus beaux monuments religieux d’Île de France

Adresse

Abbaye de Royaumont 95270 Asnières-sur-Oise, France

Messages

  • Inauguration les 28 et 29 juin 2014 en danse et musique

    En 2009, la Fondation Royaumont lance une consultation pour la création d’un “Potager Contemporain Allégorique” d’environ un hectare sur la
    parcelle d’un ancien potager de l’abbaye. Les paysagistes Astrid Verspieren et Philippe Simonnet sont lauréats du concours.

    Un potager du XXIè siècle
    Créer un potager à Royaumont, c’est renouer avec le passé d’une abbaye prestigieuse et ancrer un geste contemporain dans une tradition séculaire. Longtemps, les abbayes ont été à la fois conservatoire et champ d’expérience des méthodes et des savoirs. La vocation contemporaine de Royaumont ne rompt pas avec cette tradition. Le séjour des résidents, comme autrefois celui des moines, est soumis à un emploi du temps qui compte l’égrènement des heures et des activités qui
    les occupent. Ces temps définissent les conditions d’une sociabilité culturelle proche de celle qui animait autrefois l’abbaye.

    De la graine à la graine
    Réalisé courant 2013, le projet des paysagistes Astrid Verspieren et Philippe Simonnet, lauréats du concours, concilie l’organisation formelle du potager traditionnel avec un mode de production original des végétaux comestibles. Aux côtés des classiques et emblématiques sillons du potager, les concepteurs mettent en contrepoint une organisation culturale libre et irrégulière en cellules potagères, inspirée des mixed-borders* des jardins anglais. Largement expérimentale, proche de la permaculture, cette organisation “ensauvagée” s’appuie sur les capacités de régénération et de réensemencement naturel propre à chaque plante et sur le savoir-faire et le sens esthétique de la jardiniere-maraîchère, Justine Marin, gestionnaire sensible du site, placée au coeur de l’esprit du projet.

    L’ancrage paysager dans le site cistercien
    Le jardin est comme un tapis végétal déroulé sur le sol, sans rupture de niveau, respectueux du site classé dans lequel il s’inscrit. Son tracé évoque le jardin lapidaire constitué par les ruines de l’abbatiale cistercienne. La forme des carrés s’inspire de celles du potager classique, déjà présentes dans les jardins du cloître et des Neuf Carrés. Le Potager-Jardin est un lieu d’inspiration et d’expression pour les artistes, un espace intime voué au calme et à la détente du public, des résidents et des employés de la Fondation, un jardin de découverte pédagogique et de surprise.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.