evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Expositions > Bordeaux. Musées gratuits, fiertés et monuments

Bordeaux. Musées gratuits, fiertés et monuments

vendredi 27 octobre 2017, par André Balbo

LES MUSÉES GRATUITS LE 1ER DIMANCHE DU MOIS

Les musées suivants de Bordeaux sont en entrée libre et gratuite chaque 1er dimanche du mois (hors les mois de juillet et août), aussi bien pour les expositions permanentes des collections que pour toutes les expositions temporaires, aussi prestigieuses soient elles.


***

Le CAPC (musée d’art contemporain de Bordeaux)

Le CAPC (musée d’art contemporain de Bordeaux), 7 rue Ferrère, 33000 Bordeaux, 05 56 00 81 50, www.capc-bordeaux.fr. Ouvert tlj de 11 à 18h, le mercredi jusqu’à 20h. Fermé lundis et jours fériés. Ouvert les 14 juillet et 15 août de 11 à 18h.
Collections permanentes 5 ou 3€. Billet collection + expositions temporaires 7 ou 4€ réduit
Gratuit le 1er dimanche du mois, et tous les jours pour les moins de 18 ans, personnes handicapées et leur accompagnateur, bénéficiaires des minimas sociaux, détenteurs de la Carte jeunes et du Pass Musées
Pass Musées Bordeaux : accès illimité
Carte jeunes Bordeaux : accès illimité

Retour : Haut de la page


Le musée d’Aquitaine

Le musée d’Aquitaine, 20 cours Pasteur 33000 Bordeaux, 05 56 01 51 00, www.musee-aquitaine-bordeaux.fr Ouvert de 11 à 18h. Fermé lundi et jours fériés. Ouvert les 14 juillet et 15 août. 5 ou 3€.

Il présente l’histoire de Bordeaux et de sa région, depuis la préhistoire jusqu’à nos jours, à travers ses collections d’archéologie, d’histoire et d’ethnographie régionale et extra-européenne. "Musée de civilisation", il présente chaque année des expositions temporaires explorant des thèmes sur l’histoire et les cultures du monde. Le musée d’Aquitaine propose au public cycles de conférences, projections, tables-rondes, visites commentées, concerts, rencontres avec les communautés étrangères, ateliers pédagogiques.

Installé dans l’ancien Entrepôt Lainé de denrées coloniales, réaménagé par les architectes Denis Valode, Jean Pistre et Andrée Putmann, le CAPC Musée d’art contemporain de Bordeaux est consacré à l’actualité artistique émergente. Sa collection permanente compte parmi les plus riches de France : 1 299 œuvres de 189 artistes. Il propose toute l’année un programme d’expositions temporaires et des rendez-vous autour de l’histoire de l’art, des visites commentées et des stages de pratique artistique ouverts aux enfants.

Retour : Haut de la page


Le musée des Arts décoratifs et du design, madd

Le musée des Arts décoratifs et du design, madd, 39 rue Bouffard 33000 Bordeaux. 05 56 10 14 00. http://www.madd-bordeaux.fr. Ouvert tous les jours de 11 à 18h. Fermé les mardis et jours fériés. Ouvert les 14 juillet et 15 août. 5 ou 3€. Gratuit le premier dimanche du mois (hors juillet et août). Pass Musées Bordeaux et Carte jeunes Bordeaux : accès illimité.

Il est installé dans l’hôtel particulier de Lalande, construit en 1779 "entre cour et jardin", par l’architecte bordelais Étienne Laclotte, pour la famille du parlementaire Pierre de Raymond de Lalande. L’hôtel a été remeublé dans le goût de la fin du XVIIIe siècle, proposant ainsi un aperçu vivant de l’art de vivre d’une classe sociale privilégiée, au moment de la Révolution Française.

Les collections du musée, mobilier, meubles portuaires, céramique, verrerie, orfèvrerie, instruments de musique et de mesure, miniatures, arts de la table ou objets de l’intime constituent un riche exemple des arts décoratifs français, et en particulier bordelais, des XVIIIe et XIXe siècles et un témoignage sur l’histoire de Bordeaux, ville des Lumières et grand port de négoce au XVIIIe siècle.

Le musée présente ses collections permanentes sur les trois étages du corps central de l’hôtel. Les expositions temporaires sont accueillies dans un espace de 300 m2 pris sur les communs. Quatre petits salons, dans le goût du XIXe siècle, sont consacrés à la collection Jeanvrot sur les Bourbons de la Restauration.

Les faïenceries bordelaises, fabrique de Hustin, manufacture de porcelaine dite des Terres de Bordes et pour le XIXe siècle, les manufactures de faïence fine de David-Johnston et de Vieillard, sont en outre abondamment représentées dans le musée.

Retour : Haut de la page


Le Centre Jean Moulin

Le Centre Jean Moulin, Place Jean Moulin 33000 Bordeaux. 05 56 10 19 90. Ouvert du mardi au dimanche de 14 à 18h. Fermé les lundis et jours fériés. Ouvert les 14 juillet et 15 août. Entrée libre et gratuite.

Témoignage historique, le centre national Jean Moulin, en accord avec l’esprit de celui qu’il honore, n’en est pas moins tourné vers l’avenir, apportant sa contribution à l’enseignement et à la recherche.

Créé en 1967, à l’instigation de Jacques Chaban-Delmas, compagnon de la Libération et délégué militaire national du Général de Gaulle, le centre national Jean Moulin, musée et centre de documentation de la Seconde Guerre mondiale, est installé dans les locaux de l’ancienne Caisse d’Epargne de Bordeaux, immeuble édifié au milieu du XIXe siècle.

Retour : Haut de la page


Le musée des Beaux-Arts

Le musée des Beaux-Arts, 20 cours d’Albret 33000 Bordeaux, 05 56 10 20 56. www.musba-bordeaux.fr. Tous les jours de 11 à 18h, sauf mardi et jours fériés. Ouvert les 14 juillet et 15 août. 5 ou 3€. Billet couplé collections permanentes + expositions temporaires : 7 ou 4€. Gratuit le premier dimanche du mois (hors juillet et août).
Pass Musées Bordeaux et Carte jeunes Bordeaux : accès illimité.

Eugène Delacroix (St Maurice, 1798 – Paris, 1863) La Grèce sur les ruines de Missolonghi (détail) Huile sur toile, 1826

Le musée organise régulièrement des expositions temporaires qui sont présentées en ses murs ou dans la Galerie des beaux-arts située en face du musée.

Des œuvres essentielles du XVIe au XXe siècle, notamment du Pérugin, Brueghel de Velours, Pierre de Cortone, Van Dick, Van Goyen, Rubens, Chardin, Magnasco, Corot, Delacroix, Matisse, Kokoschka, côtoient un important ensemble des artistes bordelais Odilon Redon, Albert Marquet et André Lhote.

La peinture hollandaise y est particulièrement bien représentée.

Après d’importants travaux de rénovation intérieure le musée a ré-ouvert ses portes début 2014.

Retour : Haut de la page


La base sous-marine

La base sous-marine, Boulevard Alfred Daney 33300 Bordeaux, 05 56 11 11 50. Lors d’exposition, ouvert du mardi au dimanche de 13h30 à 19h. Fermé les lundis et jours fériés. En dehors des expositions temporaires, la Base sous-marine n’est pas ouverte au public. 5 ou 3€. Gratuité le 1er dimanche du mois (hors juillet et août). Pass Musées Bordeaux et Carte jeunes Bordeaux : accès illimité

Retour : Haut de la page


Le muséum d’histoire naturelle

Le muséum d’histoire naturelle, 5 place Bardineau 33000 Bordeaux, fermé jusqu’en... 2018.

Ces collections figurent parmi les premières collections publiques créées au lendemain de la Révolution française à partir de riches cabinets privés d’Histoire naturelle, reflets de la passion de l’aristocratie et de la grande bourgeoisie pour les sciences.

La collection générale de zoologie présente des spécimens du monde entier de mammifères, oiseaux, reptiles, poissons, crustacés, papillons, témoignages de l’importante activité portuaire de la Ville notamment au XVIIIe et XIXe siècles.
Une place importante est consacrée à la faune régionale avec les ours et les loups, avec les oiseaux du littoral Atlantique, les rapaces pyrénéens, les poissons de nos côtes et de nos rivières.

Il aide à comprendre la logique de l’évolution des espèces, il nous sensibilise aux effets de l’action de l’homme qui participe directement ou indirectement à la disparition de nombreuses espèces.

Le Muséum d’Histoire naturelle de Bordeaux a fermé ses portes au public afin de mener d’importants travaux de rénovation et agrandissement.

Retour : Haut de la page


Le musée Goupil

Le musée Goupil, 20 cours Pasteur 33000 Bordeaux, 05 56 01 69 40. http://www.musee-aquitaine-bordeaux.fr/fr/collection-goupil.

En dehors des expositions temporaires, la collection est uniquement accessible aux étudiants/chercheurs sur demande motivée.

LES MONUMENTS DE BORDEAUX

Les monuments (Tour Pey Berland, Porte Cailhau, Flèche St Michel, la Grosse Cloche …) sont tous payants sauf pendant les journées du patrimoine (les 16 et 17 septembre).

Retour : Haut de la page


La Tour Pey Berland

La Tour Pey Berland. Du nom de l’archevêque Pey Berland, ce clocher, séparé de la Cathédrale Saint-André, est situé sur la place Pey-Berland. Classée au titre des monuments historiques par la liste de 1862, elle l’est également au patrimoine mondial de l’Unesco.

La tour Pey Berland est gérée, animée et ouverte à la visite par le centre des monuments nationaux.

Construite de 1440 à 1500 à l’initiative de l’archevêque éponyme, superbement sculptée, elle est couronnée d’un clocher, et est toujours restée isolée du reste de la Cathédrale. Vendue comme bien national sous la Révolution, elle fut transformée en fabrique de plombs de chasse et en magasin à fourrage. La tour Pey Berland est redevenue un édifice religieux par décret du 29 juin 1851.

Tour de Pey Berland, Photo d’Olivier Aumage

La flèche, qui fut tronquée lors d’un ouragan au XVIIIe siècle, est aujourd’hui coiffée de la statue dorée d’une Vierge à l’enfant appelée Notre-Dame d’Aquitaine (réalisée par Jean-Alexandre Chertier et installée en 1863). Elle abrite un fameux bourdon de plus de 8 tonnes. La statue de la Vierge est orientée vers le village de Saint-Raphaël, situé dans le Médoc, d’où était originaire Pey Berland.

La situation isolée de cette tour-clocher n’a rien de bien étonnant en Gironde, précaution dû au fait que les vibrations des cloches et le sol marécageux auraient pu fragiliser la cathédrale. Toutefois jadis la tour était liée à la cathédrale par les maisons des chanoines, selon une coutume courante dans l’Ouest de la France.

Il faut escalader 233 marches dans un étroit escalier à vis pour atteindre la terrasse située au sommet de la tour en galerie autour de la flèche, qui se trouve à environ 50m du sol. La base de la statue, qui est de 6m, se trouve à 60m.

Retour : Haut de la page


La Porte Cailhau

La porte Cailhau. 05 56 48 04 24. L’accès au 1er étage est gratuit, mais pour le reste de la visite 3,50 ou 3€ tarif. Gratuit pour les moins de 12 ans. Le tramway A s’arrête à la station Place du Palais. Ouverte tous les jours de avril à octobre ainsi que lors des vacances scolaires de février et de Noël de 10 à 12h et de 13 à 18h. Le reste de l’année, les visites ne sont ouvertes que le week-end (à ces mêmes horaires).

Haute de 35 mètres, elle faisait partie des fortifications de la ville. Elle est située au fond de la place du palais et faisait autrefois face à un palais. Elle sert aussi d’arc de triomphe puisqu’on y a placé une petite niche avec une statuette du roi Charles VII, construite pour l’honorer de sa victoire sur les Italiens à Fornoue.

Une légende voudrait que son nom fasse référence aux cailloux que les marins ramassaient au pied de la porte pour lester les bateaux. Une autre l’attribue à une famille de bourgeois dont plusieurs membres furent maires de la ville.

En 1822, on commença une grande restauration du bâtiment, abîmé par le temps. Certaines des fresques sont aujourd’hui conservées au Musée d’Aquitaine. Le 28 mai 1883, elle devient un monument historique classé au patrimoine français.

Retour : Haut de la page


La Basilique Saint-Michel

La Basilique Saint-Michel. 05 56 94 30 50. Ouverte tous les jours de 8 à 12h et de 13 à 18h. Visite de la flèche et de la crypte 5 ou 3,50€. Gratuit pour les moins de 12 ans. Le tramway C s’arrête à la station Saint-Michel. Les bus 24 et 45 desservent les environs

La Basilique Saint-Michel, de style gothique flamboyant, est une importante église de Bordeaux, dont les motifs décoratifs mettent le feu à l’honneur. Son clocher culmine à 114m, ce qui en fait l’un des plus hauts de France.

Cette basilique comporte une crypte, qui a longtemps abrité des ossements récupérés d’un ancien cimetière que l’on avait terrassé pour construire la place Meynard au XVIIIe siècle. Ils furent exposés au public dans la crypte, puis transférés en 1979 au cimetière de la Chartreuse.

Ce monument bordelais fut construit du XIVe au XVIe siècle, à la place d’une ancienne église. Il fut habité par des Chanoines dès le XVe siècle, avant même l’achèvement de sa construction. C’est une étape importante pour les pèlerins qui se rendent à Saint-Jacques-de-Compostelle, raison certainement suffisante à expliquer la générosité et le nombre des donateurs qui aidèrent au financement des travaux.

Retour : Haut de la page


La Grosse Cloche

La Grosse Cloche. 1 rue Saint-James, Cours Victor Hugo 33000 Bordeaux 05 56 48 04 24. Tarif unique 5€. Du 04/03/2017 au 27/05/2017, de 14h à 17h30. Fermé Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi, Dimanche.
Du 01/06/2017 au 30/09/2017. Ouvert tous les jours de 13 à 19h.
Du 07/10/2017 au 25/11/2017, de 14h à 17h30. Fermé Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi, Vendredi, Dimanche.

Visite sur réservation tous les samedis de mars à mai et d’octobre à novembre de 14 à 17h (à 14h, 14h45, 15h30 et 16h15). Billets en vente à l’Office de Tourisme.

Visite toutes les 45 minutes par groupe de 5 personnes de juin à septembre, billets en vente sur place.

C’est le beffroi de l’ancien hôtel de ville. La porte et les tours, dites de la Grosse Cloche, sont classés au titre des monuments historiques par arrêté du 12 juillet 1886.

C’est un des rares monuments civils (avec la porte Cailhau) que la ville conserve du Moyen Âge. Elle vient d’être restaurée.

Elle a été édifiée au XVe siècle sur les restes de l’ancienne Porte Saint-Éloy (dite aussi porte Saint-James) du XIIIe siècle (adossée à l’église Saint-Éloi du XIIe siècle), ouverte sur le rempart du XIIIe siècle et sous laquelle passaient les pèlerins de Saint-Jacques en route pour Compostelle. D’où le nom de la rue Saint-James voisine, Saint-James étant le nom gascon de Saint-Jacques.

Elle est composée de deux tours circulaires de 40m de haut reliées par un bâtiment central et dominée par le léopard d’or. À l’origine c’était un ensemble de quatre tours rondes et crènelées auxquelles furent adjointes, au XIIe siècle, deux autres tours et ne s’élevait que d’un étage. Ces deux dernières se situaient à l’emplacement du milieu de l’actuel cours Victor Hugo qui était à l’époque un fossé longeant le rempart.

Toutes les modifications successives effectuées entre le XVe et le XVIIe siècle transformeront la physionomie primitive de cette porte devenue beffroi, le clocher du ban communal lui ayant été adjoint dès le XVe siècle.

Les magistrats de la ville sonnaient la cloche pour donner le signal des vendanges et alerter la population en cas de débuts d’incendies.

C’est la raison pour laquelle elle est depuis toujours le symbole à la ville et figure encore aujourd’hui sur les armoiries de la cité.

Les Bordelais étaient très attachés à cette cloche. D’ailleurs, lorsque le roi voulait les punir pour leur insubordination, il lui suffisait de la faire enlever : les habitants ne tardaient guère alors à rentrer dans le rang pour retrouver leur emblème... C’est ainsi qu’elle est enlevée aux Bordelais par le roi Henri II et brisée pour les punir de leur révolte de 1548 (la jacquerie des pitauds) ; la cloche revient en 1561 pour la plus grande joie du bon peuple.

Après l’incendie de 1755, crénelage et campanile viennent couronner les tours couvertes en forme de poivrière.

Retour : Haut de la page


Le Miroir d’eau

Le Miroir d’eau

Considéré comme un des monuments de Bordeaux, il est le seul à être en accès libre donc gratuit.

Il a moins de 10 ans, mais face à un bâtiment monumental de près de trois siècles, c’est désormais lui l’attraction. Situé face à la place de la Bourse, entre le quai de la Douane et le quai Louis XVIII, cette œuvre spectaculaire, due au paysagiste Michel Corajoud, alterne des effets extraordinaires de miroir et de brouillard.

Les métamorphoses régulières de 2 cm d’eau sur une gigantesque dalle de granit transforment l’endroit, magique, en une scène permanente de jeux pour les enfants, de rêverie pour les amoureux, de flânerie rafraîchissante par temps chaud, les pieds dans l’eau.

Lieu le plus photographié de Bordeaux, entre Garonne et façade du XVIIIe siècle, le Miroir d’Eau s’inscrit désormais dans le Patrimoine Mondial contemporain.

Retour : Haut de la page


Le CityPass

Le CityPass (une carte sans contact commercialisée par l’office de tourisme de Bordeaux), permet aux détenteurs un accès libre aux principaux musées et monuments de la ville et à La Cité du Vin, et aux transports en commun.

Retour : Haut de la page


Voir aussi :
Bordeaux. Musées et expositions,
Bordeaux. Musées gratuits, fierté et monuments
Bègles, Biarritz, Libourne
Les Musées pour enfants à Bordeaux


***

Vous retrouvez comme chaque année dans PARIS 2017. LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Le CALENDRIER 2017 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2017-2018 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musées d’Orsay et de l’Orangerie, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs, à la Fondation Cartier pour l’art contemporain, au musée Guimet, au musée Galliera, au Petit Palais, et au Château de Versailles.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : PARIS EXPOS HEBDO. Nouveautés / Conseils / Derniers Jours.

Vous pouvez consulter plus d’une centaine de présentations d’artistes, classées de A à Z.

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2017 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2016, 2015, 2014, 2013, 2012.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions 2017 dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
Aix-en-Provence - Albi - Les Alpilles - Angers - Angoulême - Antibes - Arles - Aubagne - Avignon - Bègles - Biarritz - Biot - Blois - Bordeaux - Bourg-en-Bresse - Brest - Cagnes-sur-Mer - Cannes - Carcassonne - Dijon - Grasse- Grenoble - Hyères - Ile-de-France : Auvers/Oise, Boulogne-Billancourt, Bussy-Saint-Martin, Chamarande, Chantilly, Châtenay-Malabry, Compiègne, Écouen, Fontainebleau, Giverny, L’Isle-Adam, Jouy-en-Josas, Malmaison, Marne-la-Vallée, Meudon, Milly-la-Forêt, Noisiel, Pantin, Pierrefitte/Seine, Poissy, Pontoise, Royaumont, Rueil-Malmaison, Saint-Cloud, Saint-Denis, Saint-Germain-en-Laye, Saint-Ouen-l’Aumône, Sceaux, Sèvres, Versailles, Vitry/Seine, Yerres - L’Isle-sur-la-Sorgue - Landerneau - Le Cannet - Le Havre - Lens - Le Rayol - Le Canadel/Mer - Les Sables-d’Olonne - Les-Saintes-Maries-de-la-Mer - Libourne - Lille : Villeneuve d’Ascq, Roubaix, Tourcoing, Croix, Graveline, Cassel, Valenciennes - L’Isle-sur-la-Sorgue - Lodève - Lyon - Marseille - Martigues - Metz - Monaco - Montauban - Montpellier - Mougins - Nantes - Narbonne - Nice - Nîmes - Nogent/Seine -Ornans - Rennes - Rodez - Rouen - Saint-Étienne - Saint-Nazaire - Saint-Paul-de-Vence - Saint-Tropez - Sérignan - Sète - Strasbourg - Toulon - Toulouse - Tours - Valence - Vallauris - Vence - Vendôme - Villeurbanne

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam : Harlem, Rotterdam, La-Haye, Bois-le-Duc, - Bâle - Berlin - Bruxelles - Genève - Liège - Londres - Madrid - Milan - Monaco - Venise

À voir également :
La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en France
La carte des grandes expositions, musées et collections permanentes en Europe

André Balbo

sources : visites, musées, presse...

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.