.evous
> > >

Dangereux safari au Devedjian dans les Hauts-de-Seine…

Mais où va-t-il chercher tout ça ? Selon le Canard Enchaîné, quelques vedettes du 9-2 seraient tout disposées à aider la gauche à battre aux prochaines cantonales de mars 2011 le président du Conseil général Patrick Devedjian.

Cet automne, le Prince Jean déjeuna plusieurs fois avec Jean-Noël Chevreau, maire (NC) de Bourg-la-Reine « pour l’encourager à défier Devedjian sur ses terres », dans le but inavouable de disperser les voix de droite dans le canton d’Antony et Bourg-la-Reine.

Afin de mieux mesurer l’intérêt d’une telle manœuvre fratricide il convient de se remémorer que l’ex-ministre de la Relance n’avait succédé à la tête des Hauts-de-Seine à Nicolas Sarkozy qu’à une courte majorité de 51,37%, et qu’il avait chipé ce même canton en 2004 à… Chevreau bien sûr, vous aviez deviné.

Une fois engrangée cette défaite de Devedjian, la route vers le trône du 9-2 serait dégagée pour le Prince Jean pour 2014.

En mentionnant dans un précédent article les 3 manquements de Patrick Devedjian à l’étiquette de la principauté des Hauts-de-Seine, nous avions oublié de mentionner que Nicolas Sarkozy le jugeait en plus responsable du fiasco de la candidature de son fils à la présidence de l’Epad, ce qui montrerait en passant que cet ancien avocat n’est pas tout à fait non plus dépourvu d’un certain pouvoir de nuisance…

De son côté, il fut dit dans la presse, que le chef de l’État, qui manquait peut-être à l’époque d’occupations, avait personnellement, et avec ses conseillers, organisé la défaite de Devedjian au secrétariat départemental du 9-2 de l’UMP, en appelant les indécis à voter plutôt pour l’outsider Jean-Jacques Guillet, député-maire de Chaville. Ce dernier fut élu, après une campagne interne particulièrement rude, par 64% des 500 grands électeurs du parti qui s’étaient exprimés.

La cérémonie des vœux du Conseil général se passa dans une tension palpable, Jean Sarkozy tenant les siens en retrait et Isabelle Balkany, durablement froissée par la mention de Devedjian, à son arrivée à la tête du département, d’une gestion comparable aux Écuries d’Augias, persiflant : « Le champagne est dégueulasse et il n’y a rien à manger ! ». O tempora ! O mores !

Lors de Questions d’Info (LCP/France Info/AFP), son époux, le député-maire UMP de Levallois-Perret Patrick Balkany, a dit « souhaiter » qu’elle puisse candidater pour la présidence du conseil général des Hauts-de-Seine, considérant que Devedjian ne serait pas le meilleur : « Il ne peut pas être nul, il est de chez nous, il est à l’UMP ! », a-t-il pourtant concédé...

Rien n’est encore vraiment joué, mais le spectacle qui sera donné sur cette scène départementale aura au moins valeur nationale. Il promet d’être enlevé, certainement saignant, et riche d’horions, de révélations et de dossiers… Selon la qualité de ce qui sera exprimé, il pourrait peut-être même prétendre à la qualité "Export".

Entrez, entrez, Mesdames et Messieurs, dans un instant, ça va commencer…

André Balbo

sources : Le Canard Enchaîné, Wikipedia, LCP/France Info

Mots-clés