eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Le Marais > Sorties, Le Marais > Concert, Cinéma, Spectacle et Théâtre, Le Marais > Faits d’Hiver : STIMMLOS d’Arthur Perole

Faits d’Hiver : STIMMLOS d’Arthur Perole

Dernière mise à jour : jeudi 1er février 2018, par Flavien

Vidéo : Interview de Christophe Martin et extraits de la pièce STIMMLOS d’Arthur Perole

Pas à pas, les yeux ouverts

"Il n’est pas facile de garder les yeux ouverts pour accepter le regard qui nous cherche."
Jean Starobinski

Comme les tableaux dans un musée ou les paysages, les spectacles nous regardent aussi, nous cherchent, nous interpellent. Sans cesse, ils demandent si nous sommes disponibles à recevoir leur altérité, profonde, irrémédiable. L’aventure du spectateur s’origine dans cette acceptation, dans sa capacité à entendre l’appel.
Ensuite, vient le parcours, le cheminement, celui qui mène d’oeuvre en oeuvre aux découvertes, à la comparaison, à l’entreprise critique.
Dans Faits d’hiver 2014, vibre ce besoin renouvelé d’offrir des danses, des lieux, de relancer la curiosité et l’attente. Des créations, six, jalonnent ce mois ; de nouveaux partenaires de diffusion, six, ouvrent leurs espaces.
Ces danses qui se déploient dans cette édition résonnent toutes dans le champ contemporain, rebondissant souvent sur une accroche particulière, un penchant remarquable, une référence majeure. Manière de souligner encore cette diversité esthétique si forte, prégnante et riche dont le festival témoigne année après année. Manière de saluer également la richesse de cet art, son opiniâtreté, son ouverture, ses coups de génie, et son souhait, non rassasié, de reconnaissance, mérité.
Regardez donc le monde danser !

Christophe Martin

CHORÉGRAPHiE
10 & 11 fév - 20h30
Micadanses
Arthur Perole
Stimmlos ’création

Cinq danseurs vêtus de noir attendent coté cour de se projeter sur le plateau. L’une des interprètes amorce son entrée dans une configuration contrôlée de l’espace et pénétrante. Il est vrai que le choix de la musique, des préludes de Wagner, n’est pas fait pour rendre l’atmosphère légère et tressautante. Pourtant c’est dans ce souffle retenu que s’imprime la délicatesse du geste, chorégraphiée par Arthur Perole, pour muer ce désert macabre en une constellation de présences silencieuses, mais parlantes en mouvement, sans jamais être bavardes. Une forme de hiératisme et de précision graphique du geste fait de cette création une ode au romantisme. Et quand on sait que le chorégraphe s’est inspiré de Baudelaire, on pourrait imaginer que ses interprètes reformulent aujourd’hui, de manière chorégraphique le bouquet de ces Fleurs du mal si mythiques comme autant de chimères gracieuses et élégamment disposées.

Interprètes : Eva Assayas, Marie Barthélémy, Ariane Derain, Steven Hervouet, Matthieu Patarozzi.

Ce contenu peut aussi vous intéresser :
Ce contenu peut aussi vous intéresser :

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.