.evous
> > >

Ford Blanquefort : Le ciel leur tombe sur la tête...

Lundi matin, la préparation de l’arbre de Noël était à l’ordre du jour, dans les locaux du comité d’entreprise de Ford. Trois heures après, la direction annonce la fermeture de l’usine pendant dix semaines ! Le personnel est resté comme K.O. en apprenant la nouvelle.

« On s’est pris un sacré coup de massue sur la tête » dit Bernard Biron, 22 ans de maison. Très vite après la réunion ordinaire du comité d’entreprise, la nouvelle a circulé dans les ateliers. « On nous a endormis » dit-il. Bien sûr, depuis deux mois, tout le monde savait pour les difficultés de l’entreprise. Mais dix semaines de fermeture complète, personne n’y avait pensé.

Dans l’urgence, à 17 heures ce lundi, une assemblée générale a été organisée. 200 salariés ont spontanément cessé le travail. « Il y avait des gens qui ne se mobilisent jamais qui sont venus écouter », s’étonne le délégué syndical CGT Philippe Poutou. De son côté, la direction du géant automobile met en avant "le contexte financier, la crise mondiale" (France Bleu Gironde). "La décision de fermer 10 semaines a été prise après réception d’un message en provenance du siège américain de Ford annonçant une baisse des commandes passées à l’usine de Blanquefort." (...) "Le site fabrique des boîtes automatiques destinées au marché américain. Le sort du site de Blanquefort pourrait se jouer avant la fin novembre. Une délégation de salariés doit être reçue le 23 octobre à Bercy par des collaborateurs de Christine Lagarde." (FR3 Gironde)

A peine informés de la situation, les employés sont lentement retournés dans les ateliers. Certains ont appelé leurs proches pour les informer qu’à partir de samedi, ils allaient rester à la maison pendant deux mois et demi. D’autres sont restés comme abasourdis.

Quelques salariés calculent déjà ce qui va leur rester avec les aides.
« Il y a en qui vont avoir de graves difficultés financières. Quand on a un crédit, des enfants et qu’on est seuls à les élever, les fêtes de fin d’année vont être difficiles » pour l’un d’eux qui se confie à Sud-Ouest.

Et puis. « Qui sait si on va vraiment reprendre en janvier ? » s’interroge même un salarié.

Lundi 20 octobre 2008. Ford Blanquefort. La confiance n’est plus au rendez-vous...

Mardi 21 octobre 2008. Source Sud-Ouest.