.evous
> > >

Halloween : Légendes parisiennes pour frissonner

A LIRE AUSSI :
Idées de sorties pour Halloween avec les enfants à Paris
Les magasins de Farces & Attrapes à Paris
Où cueillir une citrouille près de Paris ?
Halloween 2014 à Disneyland Paris
Notre sélection des soirées clubbing le soir d’Halloween à Paris
Sélection de films à voir pour frissonner

Quelques légendes pour vous mettre en appétit avant Halloween.

Angélique Cottin : la fille électrique
En 1846, Angélique Cottin manifeste de tels dons pour déplacer les meubles, qu’elle ouvre le terrain pour que le spiritisme s’abatte sur la capitale.

Les armées de Belzébuth
ll y aurait plus de 20 démons à Paris, comme Asmodée dans le XIIIe arrondissement, Eurynome dans les cimetières parisiens, Thamuz aux Invalides, ...

La Voisin
Le satanisme trouva sa première expression en France avec La Voisin. Cette charmante femme organisait des messes noires pour les dames du Marais en mal de sensations fortes. Elle aurait brûlé plus de 2000 enfants entre 1666 et 1679.

Le fantôme de la rue Mahler
La princesse Lamballe erre rue Mahler à la recherche de sa tête et autres morceaux éparpillés. En 1792, la princesse en voulant s’opposer aux massacres de septembre, s’est fait scier la tête et arracher le coeur. La foule, toujours en quête de spectacle à l’époque, mutila le corps et chacun orna sa pique d’un morceau de la princesse.

Le suicidé de la rue Rambuteau
C’est l’histoire d’un homme, père de famille respectable, qui se suicida pour éviter à son fils d’aller sous les drapeaux ; en effet, il fut de ce fait exempté comme fils unique de veuve. Jusque là, pas quoi entrer dans la légende ! Sauf qu’en 1859, Allan Kardek, maître incontesté du spiritisme au XIXe siècle, entra en conversation avec le suicidé de la rue Rambuteau. Ce dialogue, une sorte d’interview de l’au-delà, faisait partie de la rubrique " Entretiens familiers d’outre-tombe" , publié dans le " Bulletin de la Société Parisienne des études spirites ".

Et pour rentrer dans la légende !
Petit manuel du spiritisme à l’usage des débutants

Mots-clés