eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Bordeaux Lyon Marseille Nantes Toulouse Guides France Musique Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Terres et saveurs > En forêt > Des airelles comme s’il en pleuvait > Jus de cranberry : efficace ou coup marketing ?

Jus de cranberry : efficace ou coup marketing ?

Dernière mise à jour : jeudi 17 octobre 2013, par Marion Augustin

Souvent cité comme remède naturel aux infections urinaires, le jus de cranberry serait moins efficace que l’on ne le pense généralement. Deux études récentes (américaine et française) ouvrent le débat.

Le jus de cranberry est souvent cité en exemple comme remède naturel contre les infections urinaires du fait de ses propriétés diurétiques, antibactériennes et son fort taux d’acidité qui aideraient à assainir l’appareil urinaire. Mais une étude américaine du centre national sur les maladies des reins (été 2011) et une publication de l’ANSES (agence française de sécurité sanitaire de 2011) récentes remettent en question cette croyance.

Dans l’étude américaine, des femmes agées de 18 à 40 ans ont pris du jus de cranberry ou un placebo. Le placebo aurait eu des effets légèrement meilleurs que le jus de cranberry dans la lutte contre les rechutes d’infections urinaires. De plus, les extraits d’airelles contiennent des centaines de composants mais qu’il est difficile de déterminer lesquels peuvent être responsables d’effets bénéfiques. Boire de l’eau reste le meilleur remède pour lutter contre les infections urinaires et les rechutes, conclue l’étude.

De même, une publication de l’ANSES de mars 2011, conclue qu’en l’état des recherches, l’efficacité du jus de cranberry n’est absolument pas prouvée dans la lutte contre les infections urinaires. Une trop grande consommation pourrait même créer des dysfonctionnements.

Cependant, de nombreux spécialistes de la santé continuent à soutenir les propriétés des airelles mais ils n’excluent pas l’utilisation d’antibiotiques en cas d’infections urinaires chroniques ou graves. A consommer avec modération, en tout cas.

Source : ANSES – Request no. 2010-SA-0214 - article de mars 2011- U.S. DEPARTMENT OF HEALTH AND HUMAN SERVICES -NKUDIC

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.