eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 18e > Guide Paris 18e > Se promener, Paris 18e > L’ancien cabaret le Lapin Agile

L’ancien cabaret le Lapin Agile

Dernière mise à jour : dimanche 28 octobre 2012, par Franck Beaumont

C’est sans doute le plus célèbre des cabarets montmartrois et c’est peut-être le plus minuscule... Le Lapin Agile est resté intact, adossé aux pentes de la Butte, juste en dessous des derniers arpents de vigne.

Connue de longue date comme un cabaret aux noms si évocateurs ("le cabaret des assassins", "Au rendez-vous des voleurs"), cette pittoresque petite maison fut surtout célèbre à partir de 1886. La propriétaire, Adèle Decerf, a une spécialité : le lapin sauté à la casserole. Le dessinateur montmartrois André Gill s’en sinspire pour créer une enseigne, un lapin bondissant d’une casserole. Par jeu de mots, le "Lapin à Gill" devint rapidement "Le Lapin agile". Sa peinture originale est conservée au Musée de Montmartre situé un peu plus haut, au n° 12 rue Cortot. Du jardin nord de ce charmant musée centré sur l’histoire de Montmartre et de ses habitants, vous découvrez d’ailleurs un beau panorama sur le flanc nord de la Butte, avec au premier plan les vignes et le Lapin Agile.

Le Lapin Agile fut racheté en 1903 par Aristide Bruant, qui le confia à Frédéric Gérard, surnommé le Père Frédé. Jusqu’à la Première Guerre Mondiale, le Lapin Agile devint le foyer des artistes de la Butte : Dorgelès, Carco, Renoir, Courteline, Picasso, Fargue, Utrillo, Van Gogh, Dullin, Forain, etc... on venait y écouter des chansonniers.

Ce lieu somme toute banal a inspiré de nombreux artistes. Le plus connu est Picasso, dont le tableau "Au Lapin Agile" est aujourd’hui au Métropolitan Museum de New-York : on y voit Picasso représenté en arlequin à côté de Frédé jouant de la guitare. Le peintre s’en inspira également pour "La Femme à la corneille", un portrait de Margot, la future femme de Mac Orlan.

Les écrivains aussi y trouvèrent une source d’inspiration : Raymond Dorgelès dans "Château des Brouillards" et "Marquis de la Dèche". Mac Orlan dans "Quai des Brumes" (mis en scène au cinéma par Marcel Carné mais transposé au Havre).

Le cabaret a conservé sa salle basse originale. Il est ouvert très régulièrement sauf le lundi, de 21h à minuit. Le conservatoire des chansons populaires et anciennes s’y produit sur des airs souvent connus, ainsi que des auteurs-compositeurs-interprètes.

Pour découvrir la Butte-Montmartre avec un guide-conférencier et tout savoir sur cette visite guidée, cliquez ici.

Franck Beaumont

Source : Guide du promeneur Paris 18e.

Adresse

4 rue des Saules

Messages

  • je possède 2 tableaux signés REPIQUET
    le premier représente l’ancien cabaret le lapin agile et une autre oeuvre
    ces deux tableaux ont été peints en utilisant la technique graphique

  • Excusez-moi mais le Lapin est ouvert très régulièrement sauf le lundi, de 21h à environ minuit-1h du matin suivant l’affluence. Jusqu’à 22:30 c’est le conservatoire des chansons populaires et anciennes, qu’on reprend en choeur et qu’on apprend aux Japonais dociles ; après c’est le laboratoire des auteurs-compositeurs-interprètes aux talents multiples. A part cela votre description est parfaite.
    Le Picasso y est : c’est une copie à l’identique, réalisée par le Musée lui-même, car c’était une condition pour accepter de le vendre :-)))
    Merci d’avoir précisé pour "Quai des brumes" ! ce roman fait revivre le Lapin des années trente, quand la porte du cimetière St Vincent, en face, n’était pas encore murée.
    MF Turpaud, maire de la Commune Libre de Montmartre.