eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Terres et saveurs > Au verger > Le temps des cerises > La cerise noire d’Itxassou

La cerise noire d’Itxassou

Dernière mise à jour : vendredi 21 juin 2013, par Marion Augustin

Dans les Pyrénées-Atlantiques, Itxassou vit au rythme de la cerise, qu’il a prise pour emblème. Le village, au creux de la montagne, organise, les premiers jours de juin, une immense fête pour la cueillette. Dans tout le Pays basque, on apprécie avant tout la beltza, un fruit juteux et noir qui, transformé en confiture, fait merveille et tempère le goût animal du fromage de brebis.

L’origine de la culture de la cerise d’Itxassou reste mystérieuse et lointaine, mais le saint qui veille sur le village, Saint Fructueux (Jondoni Murtuts en basque), témoigne de l’ancienneté de la culture de la cerise dans le village.

Les cerises noires apparurent en bordure des sentiers d’Itxassou dès le XII° siècle. Au XIX°, elles alimentaient les foyers de Bayonne, avec une production moyenne de 30 tonnes par saison. L’« or rouge » était vendu sur les marchés alentours, à Cambo les Bains au Pas de Roland et le long de la route de Bayonne à Saint Jean Pied de Port. La production de ces cerises constituait pour les agriculteurs locaux un revenu non négligeable. Après avoir été cueillies à la main, les cerises étaient portées à dos d’âne ou sur des traîneaux, dévalant les pentes où étaient plantés les cerisiers. Dans les années 20, on produisait encore quelque 300 tonnes de fruits jusqu’à la Seconde Guerre Mondiale, où la production devint moins importante. Alors qu’elle était sur le point de disparaître, les villageois, très attachés sentimentalement à « leur » fruit, ont décidé de relancer sa production.
En 1994, une douzaine de producteurs ont ainsi décidé de réintroduire 3000 plans de variétés locales (Peloa, Xapata et Beltza).

Les variétés de cerises d’Itxassou, parmi lesquelles domine la xapata, de couleur jaune orangée et plus acide, qui se vend surtout fraîche. Elle mûrit début juin.
La Peloa, rouge foncé si on la laisse mûrir, tient son nom de son introducteur. C’est elle qu’on utilise pour fabriquer la fameuse confiture de cerises noires, tout comme la Beltxa (noir en basque). Les deux variétés mûrissent fin mai.

La Fête de la Cerise à Itxassou dimanche 2 juin 2013
Réservations repas conseillées au 06 80 30 99 55 ou 05 59 29 32 79 ou billets en vente à l’Office de Tourisme de Cambo au 05 59 29 70 25

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.