eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Le Marais > Vie de quartier, Le Marais > Faits divers, Le Marais > Hôtel-Dieu à Paris : la fermeture des urgences dès novembre ?

Hôtel-Dieu à Paris : la fermeture des urgences dès novembre ?

Dernière mise à jour : vendredi 25 octobre 2013, par Benoît, Morgan

Le plus vieil hôpital de Paris se meurt à petit feu... la fermeture des urgences, initialement prévue au 4 novembre 2013, puis repoussée à 2014 par la ministre de la Santé Marisol Touraine, constatant que le climat social à l’hôpital est dégradé, pourrait finalement être effective dès ce mois de novembre 2013. D’après Le Parisien, une note du Bureau des opérations de secours inciterait les pompiers à orienter leurs victimes vers les autres urgences du secteur à compter du 4 novembre. Une fermeture officieuse ?

LIRE AUSSI : Les plus grands hôpitaux de Paris

Dernière actu...

Face à la "la dégradation du climat" social à l’Hôtel Dieu, la ministre de la Santé avait décidé de "décaler" la fermeture des urgences de l’hôpital du centre-ville parisien. Pour rappel, les derniers mois avaient été marqués par de nombreuses manifestations du personnel soignant et par des témoignages de solidarité. Début octobre, un comité de soutient à l’Hôtel-Dieu avait été reçu par le directeur de cabinet de Marisol Touraine dans une certaine agitation.

La mort lente de l’Hôtel-Dieu n’est plus un mystère depuis le début de l’année 2012. Depuis cette date, les signaux négatifs se succèdent, annonçant à chaque fois la fin proche ou annoncée d’un nouveau service. Pourquoi ? Du fait de structures d’accueil inadaptées et vétustes, l’Hôtel-Dieu doit subir une reconversion ou une rénovation. En raison d’un coût estimé à 1 milliard d’euros pour une éventuelle rénovation, l’AP-HP (Assistance publique - hôpitaux de Paris) a choisi la première solution, moins coûteuse, mais qui implique la fin de l’Hôtel-Dieu en tant que grand hôpital du centre-ville.

Le projet : un hôpital universitaire de santé publique

Il est actuellement question de projet de "nouvel Hôtel-Dieu", selon la directrice générale de l’AP-HP dans des propos relayés dans Le Monde en septembre 2012. Mi-février 2013, les professeurs Fagon et Lombrail ont présenté à l’AP-HP un ensemble de recommandations allant dans ce sens.

L’idée : transformer l’établissement en hôpital universitaire de santé publique. Le "plan stratégique" de l’AP-HP peut être résumé ainsi : faire de l’Hôtel-Dieu un pôle de santé regroupant des étudiants des écoles de chirurgie et d’infirmières et un grand centre de consultation à horaires élargis. Enfin, une petite partie de l’espace libéré pourra accueillir l’administration de l’AP-HP qui aura quitté l’avenue Victoria (4e). Pour soutenir ce concept d’hôpital universitaire innovant, un site Web a été créé spécialement pour le projet.

Quid des urgences ?

Reste la très épineuse question des urgences. Car le transfert des services d’hospitalisation (chirurgie, réanimation...) vers l’hôpital Cochin est aujourd’hui acté. Il se fait progressivement au cours de l’année 2013. En revanche, les manifestations se poursuivent à l’Hôtel-Dieu pour protester contre la fermeture des urgences malgré l’annonce, le 14 mai dernier, d’une décision définitive sur le sujet par la direction de l’AP-HP.

Dès novembre 2012, la commission médicale d’établissement (CME) avait donné un avis favorable à la fermeture progressive du service d’accueil des urgences comme on le découvre sur le site du CME. Cette commission, composée de personnels médicaux, odontologistes et pharmaceutiques de l’AP-HP, explique qu’une seule solution est compatible avec le départ des services d’hospitalisation à Cochin : une fermeture, donc, mais "avec prise de relais par une consultation sans rendez-vous qu’assurerait une "maison médicale" vouée aux soins primaires, dont les horaires d’ouverture seraient adaptés à la demande (avec une plage minimale de 8h à 20h)". C’est l’option qui tient toujours la corde à l’été 2013. D’autant que depuis mars 2013 un service mobile d’urgence et de réanimation (SMUR) est opérationnel 24h/24 à l’Hôtel Dieu. L’échéance de la fermeture des urgences est reportée... mais elle paraît toujours inéluctable.

Messages

  • Vous avez cotisé toute votre vie et pourtant, il ne fait pas bon vieillir et devoir passer par les urgences hophtalmo de l’Hotel Dieu pour un abcès de la cornée. On vous donne un traitement à faire toutes les heures... Soit ! Mais sans ordonnance pour un infirmier libéral ; si ça existe un infirmier qui vient toutes les heures, plus la nuit. Et en plus on vous refuse un bon de transport pour l’ambulance...à 99 ans avec 80% d’invalidité. Alors vous ressortez avec une grande colère. Et qu’on les ferme vous n’en n’avez que faire.
    Comme à la SNCF, le personnel ne se bat pas pour les usagers dont ils n’ont que faire, mais pour leurs avantages acquis et seulement pour cela. C’est une honte. On devait déjà faire avec leur manque d’humanité. On fera sans eux.

  • pour trouver de l argent pour le credit lyonnais hollande sait le faire mais pour l ap-hp rien .
    il y a socialites et socialistes caviar !
    que va t il y avoir a la place un musee tsoin tsoin

  • Alors que tous les services d’Urgence de Paris sont au bord de l’asphyxie, que les Sapeur-Pompiers sont contraints de faire la queue aux entrées de ces mêmes services d’Urgences pour décharger les personnes secourues (ce qui immobilise leur matériel et leurs personnels, limitant ainsi leurs possibilités d’intervention), la direction générale de l’AP ne pense qu’à faire une operating immobilière juteuse en fourguant les bâtiments de l’avenue Victoria et en reprenant l’actuel Hôtel Dieu.
    Et que vont faire les nombreux touristes du centre de Paris, chercher les Urgences de Cochin ou saint Antoine (tous deux largement surchargés avec lits dans les couloirs, etc…) ? J’imagine les titres de la presse étrangère s’il arrivait malheur à l’un d’entre eux…
    Il serait temps que la direction de l’AP e les autorités sanitaires pensent un peu à la notion de « Service Public » plus qu’à celles d’ « économies » et de « gestion ». J’ai un proche actuellement hospitalisé à Sainte Périne et on a nettement l’impression que le personnel est débordé (voir drame récent).
    Que pensent de tous cela les candidats aux élections municipales ?

  • Ce n’est pas la joie en ce moment dans les structures publiques :/, entre les cheminots et autre personnel féroviaire qui font grève sans arrêt et le manque d’argent (ou problème de gestion, qui sait) qui conduit à fermer des structures publiques (hôpitaux) ou à limiter le nombre d’emplois (encore hôpitaux + enseignants)... Certains établissement ont été contraints d’élargir leur activité pour pouvoir survivre, tel que vendre des code promo conforama, c’est quand même dingue ! Petite nuance à cela : on parle de créer des milliers de postes mais personne ne sait d’où proviendra l’argent pour...

  • Il en est de même pour les urgences ophtalmologiques dont on ne parle pas. Le plus grand service d’ophtalmologie de l’assistance publique va disparaître sans que le sujet soit même abordé dans les médias.

    • Il ne fait pas bon vieillir et devoir passer par les urgences hophtalmo de l’Hotel Dieu pour un abcès de la cornée. On vous donne un traitement à faire toutes les heures... Soit ! Mais sans ordonnance pour un infirmier libéral ; si ça existe un infirmier qui vient toutes les heures, plus la nuit. Enfin, on vous refuse un bon de transport pour l’ambulance...à 99 ans avec 80% d’invalidité. Alors vous ressortez avec une grande colère. Et qu’on les ferme vous n’en n’avez que faire. Il y a longtemps que ces lieux sont déshumanisés et maltraitants.

  • alors pourquoi les syndiats lancent la grève le lendemain soit le 14 en se servant de la grève legitime européenne
    soit ils sont betes employns un chatr un chat
    soit ils sont malhonete
    à ce moment mme zarka maire du 4 l’est aussi mais je pense qu’elel a suivi les syndciats
    elle n est pas informée
    alors hotel c est fini jeannine habitant de paris 4