.evous
Paris
  

La rue René Boulanger et le baron Taylor, protecteur des Arts

Dernière mise à jour : vendredi 6 janvier 2012,    par: Franck Beaumont

Dans sa partie piétonne, la rue René Boulanger conserve plusieurs immeubles intéressants datant du XVIIIe siècle. Elle accueillit notamment un philantrope français d’origine britannique, le baron Taylor (1789-1879), à qui la France doit beaucoup.

Au n° 54, cette belle maison aurait été construite en 1772 pour le célèbre chancelier Etienne-François d’Aligre, ex-garde des sceaux, qui avait amassé une fortune considérable. Aussitôt mise en location et non à usage d’habitation, cette maison a conservé sur sa façade des bas-reliefs des Quatre Saisons, attribués à Clodion (les originaux auraient été remplacés par des copies).

Au n° 62-64, percé par un passage qui mène à la rue Taylor, ce bel hôtel aurait été construit de 1777 à 1785 par l’architecte Girardin pour le banquier Octave-Pie Giambone, secrétaire de la maison du Roi. Il est aussi appelé hôtel Le Peletier de Rosanbo, du nom du président du Parlement de Paris qui l’habita avant la Révolution et mourut décapité. Le salon chinois de cet hôtel est aujourd’hui au musée Carnavalet.

Au n° 66 subsiste également l’hôtel du comte de Sechtré, le plus élégant de la rue. D’époque Louis XVI, il a conservé deux élégants balcons, mais a été surélevé sous le Second Empire. (illustration ci-contre).

Moins prestigieux, le n° 68 a néanmoins abrité le personnage le plus intéressant, le baron Taylor, qui y est mort en 1879 comme le rappelle une plaque (illustration ci-dessous).

Bien que destiné à une carrière militaire, cet homme originaire de Bruxelles commence par voyager beaucoup en Europe et en France. En 1818, il rédige des volumes consacrés aux régions de France, intitulée "Voyages pittoresques et romantiques dans l’ancienne France".

A partir des années 1820, il écrit plusieurs pièces de théâtre, participe à la création du théâtre Panorama-Dramatique. Il mettra ensuite en scène Henri II et sa cour d’Alexandre Dumas, et Hernani de Victor Hugo. C’est grâce à son instigation que l’obélisque de Louxor, située sur la place de la Concorde, est offerte par le vice-roi d’Egypte à la France. Elle y sera installée en grande pompe le 25 octobre 1836.

A partir de 1840, le baron Taylor créa des sociétés de secours mutuel pour les artistes dramatiques, peintres, musiciens. Il fut élu membre de l’Académie des beaux-arts en 1847. Il est également à l’origine de la fondation des gens de Lettres. La fondation Taylor, qui porte son nom, existe toujours au 1 rue La Bruyère dans le 9e arrondissement et des expositions d’artistes y sont régulièrement organisées.

Un buste à proximité de la rue Taylor rappelle aujourd’hui sa mémoire. Vous pouvez également découvrir au Père-Lachaise le monument sculpté qui le représente.

Franck Beaumont

Source : Guide du promeneur Paris 10e.

68 rue rené Boulanger

Adresse

Mots-clés