.evous
> > >

Le livret A progresse. L’assurance vie en perte de vitesse.

Le livret A progresse. L’assurance vie en perte de vitesse.

La rapidité avec laquelle le gouvernement est venu (mercredi 1er octobre) au secours de l’Écureuil tient certainement à la place de l’établissement bancaire pour abriter le bas de laine des Français, depuis l’augmentation du taux du Livret à 4 % le 1er juillet 2008. Monopole jusqu’au 1er janvier 2009 de la Caisse d’épargne, l’encours du Livret A (distribué aussi par La Banque postale), qui était de 120,4 milliards d’euros, est monté à 128,1 milliards d’euros dès le mois de juillet. Comme les autres réseaux bancaires vont pouvoir le distribuer dès l’année prochaine, la bataille est rude pour tenter d’arracher quelques-uns de ses 26 millions de clients au réseau des Caisses d’épargne.

Si l’on ajoute les autres placements de « père » de famille, avec les Livrets bleus du Crédit mutuel (22,5 milliards d’euros), comptes d’épargne logement (38 Md ?), Livret de développement durable (67,6 Md ?), Livrets d’épargne populaire (61,7 Md ?), Livrets jeunes (7,1 Md ?) et livrets soumis à l’impôt (130,4 Md ?), le total de cette épargne atteint 454 milliards d’euros. Elle a progressé globalement de 7 % en 2008 !

L’assurance vie était jusqu’à maintenant le placement préféré des Français, à tel point que son encours dans l’ensemble des réseaux est à peu près équivalent au budget annuel de la France, soit 1 223 milliards d’euros en 2008.

Mais ses positions s’érodent, comme l’affirme Philippe Carayol, directeur adjoint du Crédit agricole d’Aquitaine : « Nous prévoyons pour cette année une progression réduite à un chiffre. » Aujourd’hui, les contrats multisupports, c’est-à-dire adossés à des actions, sont évidemment repoussés au profit des constats en euros, garantis comme les dépôts bancaires, avec un plafond de 70 000 euros.

Au contraire, le Livret A que tous les réseaux vont pouvoir distribuer va bénéficier à la fois de son taux attrayant de 4 % et de sa totale exonération de fiscalité.

(Source Sud-Ouest - 3 octobre 2008)

Mots-clés