evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Paris > Calendrier Paris > Nuit Blanche 2017 à Paris > Nuit Blanche : Parcours et sélections > Nuit Blanche : Guide des expositions dans les musées

Nuit Blanche : Guide des expositions dans les musées

mercredi 15 novembre 2017, par André Balbo

C’est un peu compliqué, cette affaire ! Qu’une ville, que dis-je, une presque région, batte ainsi les publics en neige tout au long d’une Nuit blanche afin de les faire monter plus nombreux encore qu’ils ne l’étaient jusqu’à présent dans l’immense radeau des festivités culturelles et artistiques de Paris, avouez que c’est étrange et peu commun !

Du pain et des jeux ? Encore et toujours, bien sûr, mais en tranches de plus en plus fines. Sachons donc ne pas en perdre une miette.

La 12e Nuit blanche a cette année pour directeurs artistiques Chiara Parisi et Julie Pellegrin, et interviendra plus fortement sur les Berges de Seine (avec l’art pyrotechnique de Cai Guo Qiang qui dirigea les feux d’artifice des JO de Pékin), le canal Saint-Martin, la place de la République (avec les sculptures de brume du Japonais Fujiko Nakaya), et les quartiers du Marais, de Belleville (avec les sons et lumières électroniques de l’Égyptien Hassan Khan) et de Ménilmontant.

Mais comment peut-on utilement conseiller parmi tant d’événements, d’artistes, de créations et d’effervescence ? Nous oublierons forcément des événements essentiels ! Par avance, mille pardons. Mais tant pis pour vous aussi, vous n’aviez qu’à n’en faire qu’à votre tête ! D’autant que l’époque a convaincu maintenant les derniers d’entre nous que dans ce que l’on nous donne à voir (expression particulièrement maladroite !), rien n’est gratuit bien sûr, au bout du compte.

ORLAN, artiste corporelle et conceptuelle, a constitué un comité scientifique et fait établir à ses acteurs des choix de mots qui seront projetés sur les quais et défileront, invitant les spectateurs à réagir et construire des discours. Pauvres mots oubliés, fatigués, galvaudés, que peut-on faire pour vous ? France Culture y travaillera parallèlement. Nom de code : le Bœuf sur la langue.

Le Groupe F, pyrotechnicien de réputation internationale, qui avait notamment fait le Top 2000 de la Tour Eiffel, promènera ses incendies chorégraphiés au fil de la Seine et illuminera les berges de 22h jusqu’à 6h du matin ! Nom de code : le Parcours du feu.

Tarek Atoui, à la frontière des arts plastique et de la musique, adepte du bricolage digital et des sons de ruptures, coupures, contrastes et bruits intenses, déversera avec son groupe, de son bateau où vous êtes invités à monter, 4 heures de performances, de musique de renaissance arabe. Nom de code : Tarab pour une Nuit blanche.

À la Cité de l’Architecture, l’occasion de découvrir la spectaculaire maquette de Frank Gehry de la Fondation Louis Vuitton pour la création, qui ouvrira ses portes au Bois de Boulogne en 2014, et de visiter le Trocadéro et sa terrasse ouverte sur la Tour Eiffel.

Au Palais de Tokyo, accès possible de l’exposition Imaginer l’Imaginaire, et ses dérives flirtant avec les recherches ou intentions situationnistes, avec notamment les nombreuses œuvres de Fabrice Hyber et de Ryan Gander. Méfiez-vous de la cabane à orage comme de la cabane à vent !

Au musée d’Art Moderne de la Ville de Paris, ouverture en nocturne de deux expositions que nous avons aimées, - enlevées, critiques et plaisantes -, d’artistes plus que prometteurs, celle de Bertille Bak et celle de Roman Ondàk. À voir.

Aux Galeries nationales du Grand Palais, l’exposition Bohèmes, un des grands événements culturels maintream du moment, et qui fera certainement le plus d’entrées, en nocturne jusqu’à 1h du matin.


Van Dongen - Le doigt sur la joue - 1910

À l’Assemblée nationale, qui ouvre pour la première fois ses portes au public, proposant aux visiteurs un parcours à travers ses lieux emblématiques comme l’hémicycle, le salon Delacroix, ou la bibliothèque, et qui permettra aussi de découvrir quelques-unes des œuvres de sa collection d’art contemporain, dont celles de Pierre Alechinsky, Olivier Debré ou Walter de Maria, qui côtoient désormais celles de Delacroix, Horace Vernet ou Dalou. De 19h à 3h45 (mais la dernière entrée sera à 2h30).

Place de la Concorde. Julio Le Parc offrira une vision toujours changeante de l’Obélisque qui semblera éclairer le ciel de flammes blanches et de volutes, comme un autre phare parisien. De 20h à 7h du matin.

Sur la place, Majida Khattari fera défiler des femmes peu habillées entre deux rangées de voiles, ou de foulards de soie colorés, richement calligraphiés de l’inscription arabe « Ceci n’est pas un voile », ce qui devrait sonner une cloche à beaucoup d’entre nous. Magritte ne nous contredira pas : le voile islamique n’est-il pas déjà un accessoire de mode ?

Au musée des Arts Décoratifs, l’exposition Van Cleef & Arpels étalera, en nocturne, de 19h à 3h du matin, ses 500 petits bijoux, dont certains furent portés par des stars comme Élisabeth Taylor. Un court métrage sera projeté jusqu’à 7h du matin.

Au musée du Louvre, Hervé Di Rosa, co-fondateur à Sète avec Bernard Belluc du fameux Musée international des Arts modestes, plus souvent connu sous le nom de MIAM, présentera, pour la première fois à Paris, les 3 caravanes de l’art modeste, qui abritent une partie de son incroyable collection entre surréalisme et vaudou, une floraison visuelle aux frontières de l’art brut, de l’art naïf et du pop : archéologie de l’enfance, représentations religieuses, et techno-bidules.

Wim Delvoye, pour sa flèche gothique de 12m en acier Corten, désinvoltement appelée Suppo 2012, et thérapeutiquement placée sous le fondement de la pyramide de Pei. Visible jusqu’au 3 décembre.

Église Saint-Eustache, les projections lumineuses d’Alberto Mecarelli feront apparaître des choses sur les toits de l’édifice religieux. Pas croyable !

Le chantier des Halles, avec, d’Olivier Lounissi, une projection vidéo en boucle, clone de marche militaire illustrant peut-être le long calvaire que la mode impose à la femme, et dont l’homme n’est pas exclu. Visible depuis la rue Berger, à l’angle de la rue Pierre-Lescot, de 19h à 7h du mat.

Caterpillar, l’installation hors-norme des Frères Ripoulin : ou Calder, il revient, et il est pas content ! Crac boum, hue !

À la Sama-ritaine, avec l’installation lumineuse de Laurent Grasso : Du Soleil dans la nuit. Reflet de nos interrogations sur la ville livrer au mirage du luxe marchand ? Penser à proposer à l’équipe municipale de relire La Part maudite, de Georges Bataille. De 19h à 7h du matin (le spectacle, pas la lecture !).

Au musée du Luxembourg, dans le cadre de l’exposition Le Cercle de l’Art moderne : des collectionneurs d’avant-garde au Havre, une expérience « immersive » est proposée sur l’architecture urbaine des villes portuaires d’Europe. Dernier accès 0h15.

Albert Marquet, La Femme blonde.

À Notre-Dame de Paris, le film de Valerio Carignano sera projeté sur un écran de tulle de plus de 100 m2, transparent, accroché dans la nef de ce monument, qui est le plus visité en France : détails, vues exceptionnelles, et les sourdes techniques de charme hypnotique que savent exercer depuis si longtemps sur l’Homme les lieux religieux. De 21 à 22h30.

À la Tour Saint-Jacques, Ciels vivants traversés d’une douce lumière ? C’est la vidéo de Seb Janiak, projetée de 19h à 7h du mat.

À l’Hôtel de Ville, parcours, dans les salons et même dans le bureau du Maire, parmi 55 œuvres : des sculptures, des installations, et des tableaux d’art contemporain J.-P. Bertrand, Daniel Buren, Marc Desgrandchamps, Gérard Garouste, Toni Grand, Simon Hantaï, Christian Jaccard, François Morellet, Roman Signer, Djamel Tatah, François Rouan, Carole Benzaken, Richard Fauguet, Véronique Joumard, Anita Molinero, Adel Abdessemed, Nicolas Dhervilliers, Renaud-Auguste Dormeuil, Claire Maugeais... De 19h à 3h du mat.

Paris vu par Hollywood, des extraits de plus de 100 chefs-d’œuvre d’un Paris de grand écran. Accessible de 19h à 7h du mat.

Vous retrouverez dans l’article « 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z » les différentes expositions 2012 déjà annoncées par leurs établissements et musées, et dans l’article « Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris », ces mêmes expositions classées par dates.

David méditant devant la tête de Goliath, d’Orazio Gentileschi, huile sur lapis-lazuli, exposition Artemisia

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et vous remercions des suggestions, précisions et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : "LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du...".

Nous tentons aussi de vous les présenter par mois : Février, Mars, Avril, Mai, Juin, Septembre...

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons la sélection, pour Paris, des MEILLEURS CATALOGUES des expositions 2012.

André Balbo

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.