.evous
> > > >

"Occupy La Défense" : les indignés ont pris racine

Une cinquantaine d’indignés occupent toujours le Parvis de La Défense. Ils s’apprêtent à y passer une 6e nuit d’affilée.

Des draps sur une grille, des écriteaux en évidence de manière quelque peu anarchique, une table de victuailles, une cinquantaine de manifestants ne baissant pas pavillon, des CRS bavardant, d’humeur joviale... Le Parvis de La Défense a cette semaine des airs surréalistes. Nous sommes mercredi midi, au 5e jour d’occupation de la grande place du centre d’affaires parisien. Hier, pourtant, les forces de l’ordre ont tenté de déloger l’assemblée générale des indignés ou usaient de la force pour retirer une bâche aux manifestants...

Les heurts les plus importants ont eu lieu ce week-end, lorsque les forces de l’ordre ont confisqué les tentes des manifestants. Ces derniers n’avaient en effet obtenu l’autorisation de manifester que vendredi dernier, jusqu’à 21h. Ils étaient pourtant 200 à dormir sur place la nuit venue. Depuis, le nombre d’indignés a diminué. Et ils peinent à établir un campement digne de ce nom, faute de réels abris. Sur twitter et sur le site Web du mouvement Occupy La Défense, les appels aux équipements et denrées nécessaires au quotidien se succèdent. Aujourd’hui, la solidarité semble aller crescendo. Hier, les manifestants ont notamment reçu une livraison de pizzas.

Sur place, malgré la difficulté à installer le mouvement, l’occupation fait son effet. Les passants, touristes ou costards-cravates, s’arrêtent, prennent des photos, voire se joignent aux discussions des indignés, jeunes pour la plupart. Le buzz, sur le Web, devient insistant. Les vidéos circulent de blog en blog, sur Facebook et autres réseaux sociaux. Vendredi 11, jour férié oblige, les indignés espèrent des renforts. Ils appellent d’ores et déjà à marcher depuis le Mur pour la Paix, sur le Champ-de-Mars, à partir de 11h, pour rejoindre une "grande assemblée populaire" à 14h sous la Grande Arche. Un événement que la Préfecture de police ne liste pas parmi les rassemblements autorisés le jour de l’armistice...

Mots-clés