eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > 16e arrondissement de Paris > Actualités, Paris 16e > Sorties Paris 16e > Expositions, Paris 16e > Évènements au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris > Roms et nonettes âgées, de l’artiste Bertille Bak, avec Circuits, au musée (...)

Roms et nonettes âgées, de l’artiste Bertille Bak, avec Circuits, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris

Dernière mise à jour : lundi 6 mai 2019, par Expositions

Bertille Bak, jeune artiste française, née en 1983, développe dans l’exposition « Circuits » ses deux derniers projets, dont Paris est le point d’ancrage :
Ô Quatrième, qui porte sur le questionnement existentiel (et l’élévation !) de religieuses retirées dans un couvent, situé dans un des endroits grouillants de Paris, rue du Bac, et
Transports à dos d’hommes, un inédit stupéfiant, émouvant et interpellant, réalisé avec les habitants (est-ce le bon mot ?) d’un campement tsigane.

Films courts, sculptures mécanisées, objets bricolés, dessins et archives témoignent avec puissance, humour, poésie, humanité, détachement et engagement, aucun de ces termes n’est ici déplacé, des conditions d’existence et de moments de vie éprouvants.

Ces récits imaginaires puisent leur inspiration dans la mémoire de familles ou de communautés souvent unies dans l’adversité, au seuil d’un départ, en situation d’exil ou de migration.

Le travail de Bertille Bak ne se limite pas à l’observation et au témoignage. L’artiste s’attache à recréer des liens, à consigner les traditions, les histoires, les identités des groupes avant... leur dispersion ou leur disparition.

Lors de ses précédents travaux, son intérêt s’était concentré tour à tour
- sur la révolte d’une cité minière du Nord-Pas-de-Calais,
- sur celle des habitants d’un quartier de Bangkok menacés d’expulsion,
- ou sur la survivance de la culture polonaise perpétrée à New York par ses représentants émigrés.

Les digressions narratives de Bertille Bak associent des anonymes qui n’ont pas habituellement le droit de parole. Elles témoignent de son engagement et participent à la fabrication de nouvelles mythologies.

D’après le Nouveau Plan de Paris en relief... - Paris : Bauerkeller, 1840 © Bertille Bak

Ô Quatrième est constitué d’un court métrage, d’objets et de sculptures associés. Ce projet réalisé porte sur la communauté religieuse des Sœurs de la Charité, à deux pas du temple du luxe qu’est le Bon Marché et de Sèvres-Babylone, abordée par le portrait intime d’une Sœur, est entrecoupé d’insertions de scènes fictionnelles.

La vidéo relate les entrevues de l’artiste avec Sœur Marie-Agnès, retirée dans le couvent de la chapelle de la médaille miraculeuse, à Paris. Elle confie ses pensées, ses souvenirs, et livre des anecdotes de son quotidien.

L’artiste s’intéresse particulièrement à l’occupation du temps libre des Sœurs. Des questions existentielles et l’appréhension de la mort par l’insertion de saynètes fictionnelles relatent l’organisation structurelle du couvent.

La réalité rattrapant l’imaginaire, on découvre le règlement de la communauté qui enjoint aux Sœurs de monter d’un étage lorsque leur état de santé se dégrade. Les plus âgées et les plus fragiles rejoignent alors définitivement le quatrième et dernier étage, se rapprochant ainsi des cieux, qui resteront bien sûr inaccessibles, du moins de leur vivant.

Les objets personnels des religieuses (un verre, une boîte de cirage, une paire de ciseaux, une lampe de poche, un réveil, etc.) utilisés pour les sons et les bruits qu’ils produisent, constituent la bande sonore du film. Ils sont présentés dans l’exposition, accompagnés de fiches inventoriant leur emplacement dans la chambre des religieuses ainsi que dans la bande sonore.

Le projet global de Transports à dos d’hommes rassemble également un film, des objets et des archivages divers tels que des PILI (plans indicateurs lumineux d’itinéraires), de Paris, Londres, Berlin, Rome et Madrid, revisités en machines sonores, ou encore une peinture retraçant tous les paysages traversés par les Roms, entre Dororhoï et Paris, au cours de leur venue en France.

Ce film, - qui est certainement, avec un tableau du Caravage, l’élément qui manque le plus à l’exposition Bohèmes au Grand Palais sur les "Bohémiens aujourd’hui" -, est constitué d’images tournées au sein d’un campement rom installé dans la région parisienne.

Comme elle le fait habituellement, Bertille Bak s’est rapprochée de la communauté et a partagé son quotidien durant quelques mois. Le projet réalisé s’attache à traiter de déplacements, de territoires et de musiques, sans traduire frontalement la dimension politique et sociale du sujet, bien qu’elle soit en filigrane du récit dans son entièreté.

Il s’agit davantage de trouver des solutions pour déjouer l’hostilité constante à l’égard de la communauté, avec ses représentants eux-mêmes.

Bertille Bak, née à Arras, diplômée de l’École nationale des Beaux-Arts (atelier de Christian Boltanski, 2002-2007) et ancienne étudiante au Fresnoy (2007-2008), vit et travaille à Paris, où elle est représentée par la galerie Xippas,et par Nettie Horn à Londres.

Bertille Bak a reçu le Prix Gilles Dusein/Neuflize Vie, en 2007 ; le Prix Hiscox Start, en 2008, le Prix Edward Steichen-Luxembourg, Résidence de 6 mois à l’ISCP New York, (2010), et réalisé de nombreuses expositions personnelles et collectives.

Visite des expositions Roman Ondák et Bertille Bak par un conférencier les samedi et dimanche à 12h30, et accueil permanent le mardi de 14 à 18h. Durée 1h30. Sans réservation.

Circuits. Bertille Bak, au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, du 28 septembre au 16 décembre 2012. 11, avenue du Président Wilson 75116 Paris. Ouvert du mardi au dimanche de 10 à 18h. Nocturne le jeudi jusqu’à 22h. 5 ou 3,50€ (plus de 60 ans, enseignants, chômeurs, famille nombreuse), 2,50€ aux jeunes de 14 à 26 ans et aux RMIstes.

Vous retrouverez dans l’article « 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z » les différentes expositions 2012 déjà annoncées par leurs établissements et musées, et dans l’article « Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris », ces mêmes expositions classées par dates.

David méditant devant la tête de Goliath, d’Orazio Gentileschi, huile sur lapis-lazuli, exposition Artemisia

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : "LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du...".

Nous tentons aussi de vous les présenter chaque mois : Février, Mars, Avril, Mai, Juin, Septembre, Octobre, Novembre...

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons la sélection, pour Paris, des MEILLEURS CATALOGUES des expositions 2012.

André Balbo

sources : visite, MAMVP, Bertille Bak

Adresse

11 Avenue du Président Wilson Paris 16e

Horaires

- Du 28 septembre au 16 décembre 2012

- Ouvert du mardi au dimanche de 10 à 18h. Nocturne le jeudi jusqu’à 22h

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.