eVous
Bientôt les vacances
Accueil Environnement Seniors Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > 16e arrondissement de Paris > Lieux clés Paris 16e > Cité de l’Architecture et du Patrimoine > L’atelier de Geoffroy-Dechaume, sculpteur romantique, et l’Autoportrait de (...)

L’atelier de Geoffroy-Dechaume, sculpteur romantique, et l’Autoportrait de Baudelaire !

Dernière mise à jour : jeudi 21 avril 2016, par Expositions

La Cité de l’architecture présente du 24 avril au 22 juillet 2013 une curieuse petite exposition sur l’atelier d’Adolphe Victor Geoffroy-Dechaume, dont elle a reçu une exceptionnelle donation-acquisition des descendants (en 2000 puis en 2011). 8 000 pièces, œuvres graphiques (2 000), moules, moulages (1 400), plâtres, photographies anciennes (385) et 3 000 documents d’archives.

Geoffroy-Dechaume dans son atelier (vers 1891-1894), par Frank Antoine Bail, huile, CAPA / MMF - Fonds GD

Geoffroy-Dechaume fut élève aux Beaux-Arts des sculpteurs David d’Angers et James Pradier.

Il fut l’un des principaux collaborateurs d’Eugène Viollet-le-Duc pour la restauration de la statuaire de Notre-Dame de Paris, collabora avec Lassus à celle des statues des apôtres qui ornent la flèche et le tympan haut de la Sainte-Chapelle, et participa à de nombreuses autres restaurations prestigieuses sur des monuments religieux ou autres.

Il tenait son atelier à Paris, au 13 quai d’Anjou sur l’île Saint-Louis, où il recevait ses amis dont Honoré Daumier, Jean-Baptiste Corot ou Charles-François Daubigny, avec qui il fonda, avec également le verrier Louis Steinheil et le peintre Trimolet, une sorte de phalanstère d’artistes fouriéristes sur les bords en 1836.

Geoffroy-Dechaume fut aussi un acteur prépondérant de la constitution du fonds des moulages monumentaux de ce qui allait devenir le musée des Monuments français.

Une surprise vous est réservée dans cette exposition.

Baudelaire, autoportrait © Fonds Geoffroy-Dechaume, MMF/CAPA

Lors de l’inventaire des œuvres graphiques de complément de la 2e donation (2011), la commissaire de cette exposition, Carole Lenfant, remarque un dessin aquarellé qui s’avérera, après recueil des avis d’Emmanuel Bréon, conservateur en chef du musée et de Jean-Paul Avice, spécialiste baudelairien, être un autoportrait de Charles Baudelaire, entouré de 12 croquis au graphite : 3 figures féminines (dont l’une pourrait représenter sa maîtresse Jeanne Duval, 3 portraits d’hommes, et un chien. Cet autoportrait est présenté dans cette exposition.

L’exposition sur l’atelier de Geoffroy-Dechaume montre l’étendue des sources d’inspiration, de ce sculpteur-mouleur, puisant dans le monde végétal, le règne animal, les gravures anciennes, les estampes et la photographie, pour ne citer qu’elles.

L’exposition présente l’atelier et la création des modèles. Dans une deuxième partie, quelques croquis pour des modèles d’orfèvrerie et des objets réalisés pour de nobles clients.

Dans la 3e partie sont illustrés l’avant et l’après de la restauration, et les éléments sculptés sont accompagnés de dessins de Viollet-le-Duc, de Lassus, et de photographies de Marille, Nègre ou Mestral.

Un livret très instructif est disponible à l’entrée de l’exposition et permettra au visiteur d’une part d’avoir une présentation épurée des objets présentés, mais également d’avoir toute l’information pour s’informer en cours de visite, et en conserver le souvenir précis.

Dans l’intimité de l’atelier. Geoffroy-Dechaume (1816-1892), du 24 avril au 22 juillet 2013, Cité de l’architecture, Palais de Chaillot, 1, place du Trocadéro 75016 Paris Métro Trocadéro. Ouvert tous les jours sauf le mardi de 11 à 19h. Nocturne le jeudi jusqu’à 21h. Entrée comprise dans le billet d’accès au musée, 8 ou 6€.

Vous retrouverez dans les articles 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z et 2013 à Paris : les grandes expositions de A à Z les différentes expositions 2012 et celles de 2013 déjà annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans les articles Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris, et Calendrier 2013 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Retrouvez aussi notre sélection Les expositions pour enfants à Paris en 2013

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer.

Nous avions établi notre sélection, pour Paris, des MEILLEURS CATALOGUES des expositions 2012, en vous indiquant en plus les nominés, et les primés au Prix CatalPa 2012 pour les catalogues d’expositions de Paris.

Nous procédons de la même manière en 2013, avec MEILLEURS CATALOGUES des expositions 2013.

André Balbo

sources : Visite, Cité de l’architecture