eVous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Paris > Vivre à Paris > Politique, Paris > Bêtisier 2012 : la rétro politique à Paris

Bêtisier 2012 : la rétro politique à Paris

Dernière mise à jour : lundi 12 juin 2017, par Benoît

L’année politique a été riche. Elle a évidemment apporté son lot d’événements marquants et... loufoques. Flash-back sur les faits les plus drôles de l’actualité parisienne. Sans oublier quelques buzz nationaux !

JANVIER : LE CLIP DU CHANGEMENT

C’est une vidéo originale, pas une parodie. C’est bel et bien le clip viral du PS (des Jeunes socialistes pour être exact) pendant la campagne présidentielle. Mais elle a été plus efficace qu’une vidéo humoristique pour faire le buzz. Probablement grâce au caractère "sophistiqué" de la chorégraphie...


Le changement, c’est maintenant : le signe de... par francoishollande

FÉVRIER : CONCOURS DE PARODIES

Nicolas Sarkozy est entré en campagne mi-février. Aussitôt, son slogan, "La France forte" a été dévoilé ainsi que son affiche, façon capitaine de navire bravant un temps peu clément. Pendant la campagne, le site mafranceforte.com, aujourd’hui fermé, a compté jusqu’à 20.000 affiches parodiques, à l’image de celle-ci :

AVRIL : TWITTER ET RADIO LONDRES

À la veille du 1er tour des élections présidentielles, les internautes sont mis en garde contre les risques de la diffusion des résultats avant 20h. Alors Twitter réinvente Radio Londres ! François Hollande devient "l’éléphant", "le flan", "Pays-Bas", Nicolas Sarkozy "Hongrie", "le nain", "Neuilly", "chouquettes", Marine Le Pen "la mère Moutarde", Jean-Luc Mélenchon "les chars russes"... Résultat, des tweets bien sentis comme "Le rouge accompagne le fromage" de @gregorylane4... mais faux : Jean-Luc Mélenchon n’a pas accompagné François Hollande au 2nd tour. #RadioLondres, c’était beaucoup d’amusement mais peu d’infos !

MAI : DES AFFICHES 100% "LOL"

Les affiches de certains candidats parisiens et franciliens aux législatives ont fait le buzz, à l’image du candidat écologiste Grégory Berthault, candidat dans la 1e circonscription de Paris, qui pose avec un furet. Pour l’anecdote, Grégory Berthault a joué l’autodérision en offrant un scoop au Tumblr Lolgislatives qui l’a médiatisé : "Ma furette s’appelle Léonie." Retrouvez ici notre sélection d’affiches insolites.

DEUX CANDIDATS HORS NORMES AUX LÉGISLATIVES

Un Delanoë nommé Gaspard. Le candidat du Parti Faire un Tour (ou P.F.T., à prononcer Pffft) est un récidiviste, déjà présent lors de la municipale parisienne 2008 entre autres. Son slogan : "Deux Delanoë valent mieux qu’un. Votez Gaspard Delanoë, le frais Delanoë."

Cindy Lee, éternelle candidate du plaisir. La strip-teaseuse s’était faite connaître lors de la présidentielle 2007. Elle était officiellement candidate au 1er tour aux législatives à Paris.

DÉCEMBRE : GUILLON ET LA GUERRE À L’UMP

Tout a été dit, et sur de multiples supports de presse, sur la lutte Copé/Fillon pour la présidence de l’UMP. Une initiative est cependant passée plutôt inaperçue. L’humoriste Stéphane Guillon a proposé son aide aux deux protagonistes en organisant un vote sur le réseau social Twitter. Il s’est exécuté et François Fillon a gagné. Largement, à 82,58%. Mais l’élection a malgré tout été entachée d’une fraude massive ! 13.552 votes suspects ont été invalidés. Tous émis en faveur de Copé selon Stéphane Guillon, qui précise : "Ils proviennent pour la plupart d’ordinateurs basés en Inde." Précisions tout de même : ce vote était une blague !

TOUTE L’ANNÉE : DES DUELS 100% PARISIENS

Untel fait la guerre à untel qui fait la guerre à untel qui boude, qui décide finalement de faire la guerre à untel, etc. S’ils ne font pas rire, les feuilletons politiques font toujours sourire.

Fillon VS Dati. À Paris, il n’y a pas eu de tweet dévastateur façon Valérie Trierweiler s’invitant dans le duel Falorni/Royal à La Rochelle lors des législatives. Mais Rachida Dati a longuement mené la guerre à François Fillon pour éviter qu’il ne s’installe dans ce qu’elle considérait être sa circonscription en vue des législatives. Bataille perdue.

Dati VS Debré. Après avoir renoncé à une candidature aux législatives, la maire UMP du 7e s’est attaquée au député UMP de Paris Bernard Debré. Elle a annoncé son soutien à la maire du 17e Brigitte Kuster, candidate dissidente au 1er tour aux législatives dans l’Ouest parisien face à Bernard Debré. Le clash (pour une fois, le mot n’est pas trop fort) a pris d’importantes proportions, avant tout sur Twitter. Florilège. Debré à Dati : "Tu m’as traité d’héritier ? La belle affaire ! Dois-je te dire que j’en suis fier ?" Dati à Debré : "Les Français attendent autre chose que la vulgarité des propos d’un professeur de médecine !" L’inimitié entre les deux politiques a par la suite perduré, Bernard Debré ayant notamment déclaré en juillet douter que "Vuitton ou Dior aient leur place" au niveau d’une candidature à la présidence de l’UMP. L’intéressée a par la suite fustigé le "machisme" du député de Paris.

Debré VS Kuster. La maire du 17e Brigitte Kuster a donc présenté une candidature dissidente aux législatives face à Bernard Debré en juin 2012. Pari perdant. Bernard Debré est rancunier. Il a annoncé en novembre 2012 sa candidature... à la mairie du 17e en 2014. Oeil pour œil, dent pour dent !

Hidalgo VS Le Guen. L’UMP n’a pas été ménagée en 2012 côté couacs, luttes internes et feuilletons à rebondissements. Mais le désormais célèbre sitcom Copé/Fillon pourrait avoir un équivalent au PS à Paris : la première adjointe Anne Hidalgo est candidate à la succession de Bertrand Delanoë à la mairie de Paris en 2014. Et Jean-Marie Le Guen fait tout en vue d’une future candidature... sans se déclarer ouvertement. Surtout, dans les médias ou même sur son propre compte Twitter, il se montre de plus en plus critique à l’égard d’Anne Hidalgo voire même de Bertrand Delanoë. Crise en vue ?

CHARON : MEILLEUR BLAGUEUR DE PARIS

Le sénateur parisien Pierre Charon, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, a remporté le prix spécial du jury du Press Club, qui décerne chaque année le prix de l’humour politique. Sa phrase choc : "Eva Joly, c‘est un pour tous, tous pour un et deux pourcents."

Et vous ? À Paris, ou ailleurs en France, quel moment avez-vous trouvé particulièrement drôle ou mémorable ?

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.