evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Ile-de-France > Vie pratique > Roissy, Orly : de nouvelles trajectoires pour moins de bruit

Roissy, Orly : de nouvelles trajectoires pour moins de bruit

vendredi 6 octobre 2017, par Benoît

Dès jeudi 17 novembre, la circulation aérienne des avions en région parisienne va évoluer. L’objectif : ménager les oreilles des 800.000 Franciliens survolés quotidiennement par des avions à proximité des aéroports de Paris-Orly, de Roissy-Charles-de-Gaulle et de Paris-Le Bourget.

"Avec le relèvement d’altitude des avions en phase d’atterrissage, c’est toute la circulation aérienne en Ile-de-France qui a été revue", lance Nathalie Kosciusko-Morizet, pour asseoir l’ampleur qu’elle souhaite donner à l’événement. La ministre de l’Ecologie et des Transports a annoncé hier à Groslay, dans le Val d’Oise, plusieurs mesures pour limiter les nuisances sonores de l’aviation en Ile-de-France. Ainsi, dès le 17 novembre 2011, les altitudes de vol à l’approche de la région parisienne sont relevées de 300 mètres. Le ministère estime que cette décision permet la réduction de 50% du bruit entendu par les populations survolées. En outre, le nombre de Franciliens subissant des nuisances supérieures à 65 décibels (un seuil légèrement supérieur à une conversation normale) passerait grâce à cette mesure de 217.000 à 86.000.

Les associations de riverains sont aux anges ? Pas réellement. Patric Kruissel, président de l’association de riverains Advocnar, estime ainsi que ces mesures restent d’une ampleur limitée, malgré une légère amélioration du quotidien des riverains : "Nous avons une augmentation de 4% par an du trafic aérien sur les aéroports parisiens", a-t-il rappelé à l’AFP, estimant que les pouvoirs publics manquaient de vision stratégique sur le trafic aérien.

Surtout, ces déviations épargnent certains… pour créer des nuisances pour d’autres, même si l’altitude de vol est relevée. Le 2 novembre, plusieurs associations de riverains annonçaient déjà préparer une "riposte juridique" à l’arrêté prévoyant de nouveaux couloirs d’atterrissage. "J’ai considéré qu’il valait mieux améliorer la situation de dizaines de milliers de personnes, quitte à ce qu’il y ait quelques nuisances pour des milliers d’autres", s’est justifiée la ministre lors de la conférence de presse du 10 novembre.

Autre échéance : mars 2012. A compter de ce mois, l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle ne devrait plus accueillir d’avions jugés trop bruyants entre 22h et 6h. Par ailleurs, la nuit, les avions se dirigeant vers l’Ouest devront décoller vers le Nord. Le ministère estime que 220.000 personnes résidant au sud-ouest de Roissy devraient ainsi être épargnées de survol. A Orly, un couvre-feu est déjà imposé de 23h à 7h.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.