.evous
> > >

Saint-Valentin 2021 : Sélection de films romantiques à voir en couple

Pour la Saint-Valentin 2021, pas de rendez-vous au cinéma. Mais sur les plateformes de streaming, quelques nouveautés qui satisferont les plus avides de romance : Malcom et Marie, A Tous les Garçons que j’ai aimés, Soulmates ou encore Palm Springs sont vivement conseillés !

La Saint-Valentin approche et vous n’avez rien prévu pour la soirée ? Pas de panique : Voici quelques idées de films à visionner en couple. Que vous aimiez la romance classique ou la comédie loufoque, que vous soyez plutôt Clark Gable ou plutôt Hugh Grant : Tous les goûts sont dans la nature... et sur eVous.

Accès rapide : Les dernières sorties // Les Saint Valentins récentes // Des films cultes à revoir absolument


Les dernières sorties les plus romantiques

En février, les plateformes de streaming proposeront quelques nouveautés destinées au public adepte de romantisme et de belles histoires.

Sur Netflix, dès le 5 février, le film Malcom et Marie sortira en exclusivité. Réalisé par Sam Levinson et mettant en scène Zendaya et John David Washington, ce drame romantique raconte les tensions d’un couple de retour d’une projection de presse qui a mal tournée.
Le 12 février, les ados seront servis avec le troisième volet d’A Tous les Garçons que j’ai aimés 3 : Pour toujours et à jamais. Le titre est assez explicite...

Sur Amazon Prime Video, une nouvelle série attirera tous les regards dès le 8 février : Soulmates est une anthologie dans laquelle chaque épisode raconte la tentative de plusieurs personnages pour trouver l’amour grâce aux nouvelles technologies dans un monde futuriste...
Plus joyeux, le 12 février verra la comédie romantique à grand succès Palm Springs, avec notamment Adam Samberg et Cristin Milioti, intégrer la plateforme. Un jour de mariage sans fin, pour résumer l’histoire.



En DVD, Blu-Ray ou VOD

Les vieilles soupières
Halte au culte de la jeunesse ! Les vieilles soupières aussi ont leur charme.

L’amour c’était quelque chose au temps jadis ! Dans le temps, l’amour était un jeu, un combat même pour lequel on s’envoyait des horreurs ampoulées en s’éventant la mouche ( Les Liaisons dangereuses ). Dans le temps, on savait repousser l’amour d’une belle jeune femme avec autant de classe que de cruauté ("Franchement, ma chère, c’est le cadet de mes soucis" dans Autant en Emporte le vent ). Dans le temps, Jean Gabin disait à Michèle Morgan qu’elle avait de beaux yeux, et c’était vrai, et c’était même pas un cliché ( Quai des Brumes ). Dans le temps, enfin, Clint Eastwood réalisait des films destinés à relancer le marché stagnant du mouchoir en papier ( Sur la Route de Madison ). A vrai dire, cette remarque reste toujours valable aujourd’hui.

Les canailles
C’est bien connu : les gangsters au grand cœur ont la cote auprès de la gent féminine. Cela dit, il vaut mieux être plutôt bon, au risque de finir au mitard à conter fleurette avec un gros dur.

Dans cette catégorie, les femmes sont souvent les canailles, et les hommes ceux qui passent dans l’illégalité malgré eux. Comment résister en effet à cette jolie femme un peu fatale (Marilyn Monroe, forcément) qui chante "I Wanna be loved by you" ( Certains l’aiment chaud ), ou à Patricia Arquette qui parvient à garder le même chewing-gum tout au long du film et à rester sexy ( True Romance ) ?

Deux belles canailles aussi que ces Gena Davis et Susan Sarandon dans le cultissime Thelma et Louise . S’il est beaucoup question d’amour dans le film de Ridley Scott, ce n’est certes pas toujours dans le bon sens, mais cette amitié si forte entre ces deux femmes mal traitées, n’est-ce pas de l’amour ?
Enfin, il ne faut pas oublier que c’est pour les beaux yeux de Marion Cotillard que Joaquin Phoenix et Jeremy Renner s’écharpent entre cousins dans The Immigrant de James Grey, une histoire d’amour dans un New-York corrompu.

Bande-annonce The Immigrant

Les gay friendly
Si Scarlett O’Hara avait été un homme, Rhett Butler aurait-il dit non ?

Le cinéma aime parfois briser des tabous. Si l’homosexualité n’en est plus vraiment un, l’amour entre cow-boys (Jake Gyllenhaal et Heath Ledger dans Brokeback Mountain ) ou entre détenus d’un pénitencier (Jim Carrey et Ewan McGregor dans I Love You Philip Morris ) reste des sujets trop rarement traités. On attend les révélations sur l’idylle entre Captain America et Thor avec impatience.
Plus récemment, en 2013, Brian de Palma a sorti son dernier opus, Passion , avec Rachel McAdams et Noomi Rapace, un jeu sensuel de séduction et de manipulation entre deux femmes... De quoi faire des économies de chauffage pour la soirée.
Dans l’hexagone, ce sont Alain Guiraudie et Abdellatif Kechiche qui ont rendu 2013 plus gay. Le premier a filmé les amours brutes entre hommes dans L’Inconnu du Lac et le second la découverte de la sexualité entre filles dans La Vie d’Adèle

Bande-annonce La Vie d’Adèle

Les fétichistes
Avec eux, le moindre objet ou la moindre action du quotidien deviennent la source d’un érotisme sans borne.

Que penser de ce médaillon posé délicatement sur la poitrine en creux de Kate Winslet et croqué par un Leonardo DiCaprio dans la fleur de l’âge ? ( Titanic ) Comment résister à l’envie de s’inscrire au cours de poterie municipal après avoir vu Ghost , ou à celle de se lancer dans le business de la blanchisserie de culottes XXL à cause du Journal de Bridget Jones  ? Ce n’est pas mieux quand l’objet du fantasme est une action anodine : On ne peut plus essayer tranquillement un nouveau pantalon dans la boutique du coin sans se prendre pour Julia Roberts ( Pretty Woman ) ou effectuer un porté à bout de bras avec sa voisine sans se prendre pour Patrick Swayze dans Dirty Dancing ( Voir Crazy, stupid, Love avec Ryan Gosling et Emma Stone ).
Enfin, Hollywood, qui aime bien réutiliser les recettes qui marchent, nous a proposé deux comédies romantiques certes très sirupeuses, mais tout aussi efficaces, sur le thème de la correspondance épistolaire. Dans N’Oublie jamais comme dans P.S. I Love you , la simple évocation d’un journal intime ou d’une boîte aux lettres suffisent à provoquer l’émoi des âmes romantiques.

Bande-annonce Ghost

Les fantaisistes
Ceux-là sont un peu barrés : Avec eux, l’amour nécessite d’avoir une solide mutuelle afin de couvrir les frais dentaires ou les séances chez le psy.

Ceux qui entendent des voix ne réagissent pas toujours de la même façon : Il y en a qui bâtissent des religions, et d’autres qui, comme Mel Gibson, essaient des collants pour voir ce que ça fait ( Ce que veulent les femmes ). Toujours au rayon "l’amour rend dingue", les personnages de Minuit à Paris qui changent d’époques comme de chemise, sont assez gratinés. Et que dire de Ben Stiller qui se fait hameçonner - littéralement - par amour ( Tout pour Mary ) ou Kristen Wiig qui, de rage, démonte une fontaine de chocolat ( Mes Meilleures amies ) ?

Les indépendants
Ils n’ont besoin de personne pour arriver à leurs fins.

Eh oui : Il est autant possible de se faire plaisir en solitaire que de produire un bon film sans l’aide de la très généreuse Hollywood. Voyez Juno ou Garden State et demandez vous si ce ne sont pas là deux des meilleures comédies romantiques que vous ayez vu ?

En dehors de Hollywood, en France, les Garrel, le père et le fils, se sont fait une spécialité de l’analyse des sentiments amoureux. Le dernier films en date, La Jalousie , n’est peut-être pas le film idéal à voir lors de la Saint-Valentin, sauf si vous êtes un peu casse-cou.

Bande-annonce La Jalousie

Les "tous ensemble"
Pour certains, plus on est de fous, plus on rit...

C’est le cas de ces films plus ou moins bons, qui sortent en général lors de vacances scolaires ou pour des fêtes populaires, et qui affichent un casting aussi long qu’un cheveu de Rocco Siffredi dans les années 1970. Pour la Saint-Valentin, on pensera évidemment à Valentine’s Day et pour les vacances de Noël, on se réservera un petit Love Actually ou The Holiday .

Les déguisés
Pour mettre un peu de piment dans votre couple, il est parfois bon de se prendre pour d’autres le temps d’une soirée.

Pour ce faire, oubliez les classiques costumes de grutier de Créteil ou de professeur de philosophie agrégé : Ce qui marche le mieux, ce sont les costumes d’époque. Pour trouver l’inspiration, revisionnez Shakespeare in love avec Gwyneth Paltrow et Joseph Fiennes ou encore Raison et sentiments avec Kate Winslet et Hugh Grant. Dans la même veine, on citera aussi le très bon Orgueil et Préjugés avec Keira Knightley et Matthew Macfadyen. De toute façon, en adaptant Jane Austen, on se trompe rarement...
Enfin, et puisqu’on dit que l’amour rend léger, pourquoi ne pas aller faire un petit tour dans l’espace, là où plus rien n’a le moindre poids ? Avec Interstellar , non seulement vous aurez droit à un film haletant, philosophique et intense, mais en plus, Matthew McConaughey et Anne Hathaway y sont enfermés dans une boite de conserve. Il va forcément se passer quelque chose...

Bande-annonce Interstellar

Les nuits parisiennes

Venise a coulé : Paris est la vraie capitale de l’amour.

Dans Ninotchka (1939) d’Ernst Lubitsch, pour séduire Greta Garbo en émissaire bolchévique incorruptible, Melvyn Douglas vante les mérites de la vieille civilisation européenne et les lumières de Paris qui « brillent et scintillent ».
Dans le remake musical du film réalisé par Rouben Mamoulian en 1957, La Belle de Moscou, c’est Fred Astaire qui reprend cette réplique en faisant admirer à Cyd Charisse les irrésistibles feux de la capitale.
Pour profiter de l’envoûtement romantique de Paris, rien de tel que de voir ou revoir quelques films ayant pris la ville comme décor. Même si plusieurs options s’offrent à vous.

Musicale. « We got the red blues », chantent en bondissant les habitants d’un appartement communautaire moscovite dans La Belle de Moscou, tandis que Paris, magnifié, offre amour et liberté au splendide couple Astaire/Charisse.
Dans Un américain à Paris (1951) de Vincente Minnelli, c’est le robuste Gene Kelly qui s’éprend de Leslie Caron et nous entraîne dans un merveilleux Paris reconstitué en studio, jusqu’au ballet final sur la célèbrissime musique de George Gershwin.
Plus récemment, sur une jolie partition d’Alex Beaupain, Christophe Honoré, et ses Chansons d’amour (2007), plonge ses personnages, tous plus ou moins amoureux les uns des autres, dans une géographie parisienne beaucoup plus réaliste, principalement située dans le 10e arrondissement.

Causante. Les chassés-croisés amoureux d’Eric Rohmer prennent souvent Paris comme décor, avec un ancrage précis et attentif, aussi bien dans l’espace que dans le temps.
_ Quel film a mieux saisi que Les Nuits de la pleine lune (1984), les distances entre Paris et sa banlieue (en l’occurrence, Marne-la-Vallée où habite Tchéky Karyo), mais aussi l’air des années 80 où Pascale Ogier, Fabrice Luchini et Virginie Thévenet virevoltent, joyeux et graves, sur une musique d’Elli et Jacno ?

Explicite. Si vous préférez le 16e arrondissement, alors rejoignez Maria Schneider et Marlon Brando pour leurs rendez-vous troublants dans Le Dernier Tango à Paris (1972) de Bernardo Bertolucci.
Le même réalisateur nous fait partager, dans un Paris habité par le souvenir de la Cinémathèque française (Palais de Chaillot), de Mai 68 et du Quartier Latin, les péripéties affectives d’un irrésistible trio amoureux (Eva Green, Michael Pitt, Louis Garrel) dans Innocents (2003).

_
Comique. Pour plus de légèreté, le cinéaste qui a, ces dernières années, utilisé le charme de Paris à la façon des classiques hollywoodiens est évidemment Woody Allen.
Dans Tout le monde dit I love you (1996), il fait explicitement référence aux grandes comédies musicales, notamment dans ce mémorable duo dansé où il fait virevolter, glisser, bondir, s’envoler (!) Goldie Hawn sur un quai de Seine féérique, franchement minnellien.
Plus récemment, Woody Allen s’amuse à précipiter Owen Wilson dans le Paris des années 20 pour y tomber amoureux de Marion Cotillard en muse de Modigliani et Picasso dans le charmant Minuit à Paris (2011).

Paradoxale. Finalement, le seul problème d’une soirée romantique au cinéma, pourrait être de concilier flirt et cinéphilie - ce dont Luc Moullet nous avertissait déjà dans Les Sièges de l’Alcazar (1989), histoire impossible entre un critique des Cahiers du cinéma et sa consœur de Positif.
Entre profiter de l’obscurité et la proximité qu’offre une salle de cinéma lorsqu’on s’y retrouve à deux, et l’attraction irrésistible (et un brin solitaire) qu’exerce l’écran, réside sans doute le paradoxe du cinéphile amoureux.



A voir également
Deux
Sortie le 12 février 2020
De Filippo Meneghetti ; Avec Barbara Sukowa, Martine Chevallier, Léa Drucker
L’Histoire : Nina et Madeleine sont profondément amoureuses l’une de l’autre. Aux yeux de tous, elles ne sont que de simples voisines vivant au dernier étage de leur immeuble. Au quotidien, elles vont et viennent entre leurs deux appartements et partagent leurs vies ensemble. Personne ne les connaît vraiment, pas même Anne, la fille attentionnée de Madeleine. Jusqu’au jour où un événement tragique fait tout basculer…

Queen & Slim
Sortie le 12 février 2020
De Melina Matsoukas ; Avec Daniel Kaluuya, Jodie Turner-Smith, Bokeem Woodbine
L’Histoire : Lors d’un ordinaire rendez-vous amoureux en Ohio, un homme noir et une femme noire, sont arrêtés pour une infraction mineure de circulation. La situation dégénère, entraînant des conséquences soudaines et tragiques quand l’homme tue un policier pour se défendre. Terrifiés et leurs vies désormais en danger, l’homme, un employé de magasin, et la femme, avocate de la défense criminelle, se voient obligés de fuir. Mais l’incident a été filmé et la vidéo se propage. Le couple devient alors involontairement un symbole de traumatisme, terreur, deuil et douleur pour les américains.

Cinquante Nuances de Grey (sortie le 11 février 2015) : De Sam Taylor-Johnson ; Avec Jamie Dornan, Dakota Johnson, Jennifer Ehle
Anastasia Steele, une jeune étudiante, travaille dans un magasin de bricolage pour gagner sa croûte. Un jour, pour venir en aide à une amie, elle accepte d’interviewer un jeune milliardaire séduisant. Anastasia est conquise, mais Christian Grey a un côté sombre : il est sado-masochiste...

It Follows (sortie le 4 février 2015) : De David Robert Mitchell ; Avec Maika Monroe, Keir Gilchrist, Daniel Zovatto
Après une expérience sexuelle apparemment anodine, Jay se retrouve confrontée à d’étranges visions et l’inextricable impression que quelqu’un, ou quelque chose, la suit. Abasourdis, Jay et ses amis doivent trouver une échappatoire à la menace qui semble les rattraper...

Toute Première fois (sortie le 28 janvier 2015) : De Noémie Saglio, Maxime Govare ; Avec Pio Marmai, Franck Gastambide, Camille Cottin
Un film de filles à voir entre filles, ou alors en couple, à la rigueur, si le garçon veut passer pour quelqu’un de compréhensif et sensible. Pour les jeunes couples.

Carol (sortie le 13 janvier 2016) : De Todd Haynes ; Avec Cate Blanchett, Rooney Mara, Kyle Chandler
Une histoire d’amour sulfureuse dans le New York des années 1950, entre Therese, jeune employée d’un grand magasin, et Carol, une bourgeoise prisonnière de son mariage.

Alaska (sortie le 10 février 2016) : De Claudio Cupellini ; Avec Elio Germano, Astrid Bergès-Frisbey, Valerio Binasco
Une histoire d’amour passionnel entre un jeune italien travaillant comme serveur à Paris et une belle mannequin qui monte. Coups bas, coups durs et bons coups s’enchaînent dans ce film mi-action mi-passion.

Encore Heureux (sortie le 27 janvier 2016) : De Benoît Graffin ; Avec Sandrine Kiberlain, Edouard Baer, Bulle Ogier
Un couple au bord de la rupture mais qui survit dans l’inattendu, l’étrange et le cocasse. Une comédie romantique avec un duo d’acteurs très touchants.

La La Land (sortie le 25 janvier 2017) : De Damien Chazelle ; Avec Ryan Gosling, Emma Stone, John Legend
Au cœur de Los Angeles, une actrice en devenir prénommée Mia sert des cafés entre deux auditions. De son côté, Sebastian, passionné de jazz, joue du piano dans des clubs miteux pour assurer sa subsistance.
Une comédie musicale et romantique à la fois moderne et très référencée. Le duo Emma Stone - Ryan Gosling fonctionne mieux que jamais.

Jackie (sortie le 1er février 2017) : De Pablo Larraín ; Avec Natalie Portman, Peter Sarsgaard, Greta Gerwig
22 Novembre 1963 : John F. Kennedy, 35ème président des États-Unis, vient d’être assassiné à Dallas. Confrontée à la violence de son deuil, sa veuve, Jacqueline Bouvier Kennedy, First Lady admirée pour son élégance et sa culture, tente d’en surmonter le traumatisme, décidée à mettre en lumière l’héritage politique du président et à célébrer l’homme qu’il fut.
Un film pour les nombreux amants et amantes secret(e)s de Natalie Portman. Un film sur le deuil de l’être aimé.


A LIRE AUSSI :
Les hôtels les plus romantiques à Paris
Le guide des restaurants romantiques de Paris
Saint-Valentin : Les soirées pour célibataires à Paris
Musique romantique : La B.O. de la Saint-Valentin
Nos idées cadeaux pour la St-Valentin
Les meilleurs fleuristes à Paris
Croisières et dîners sur l’eau en amoureux
Idées de balades romantiques à Paris
Lieux romantiques et cachés pour la Saint Valentin à Paris
Où trouver des aphrodisiaques naturels à Paris ?
Bars, cafés et terrasses romantiques pour boire un verre à Paris
Prendre de la hauteur pour voir Paris en amoureux
Les couples d’amoureux célèbres de Paris

Mots-clés