eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 18e > Actualités Paris 18e > Vie de quartier, Paris 18e > Faits divers, Paris 18e > Une élue du 18e détournait les aides aux personnes âgées

Une élue du 18e détournait les aides aux personnes âgées

Dernière mise à jour : jeudi 25 octobre 2012, par Morgan

D’après des informations publiées par Le Canard Enchaîné, une conseillère UMP de Paris, Roxane Decorte, a été condamnée en décembre 2011 pour détournement de fonds.

Alors que la tempête médiatique persiste à assombrir l’avenir politique de Florence Lamblin, l’élue EELV accusée de blanchiment d’argent, l’on vient tout juste d’apprendre qu’une autre élue de Paris avait été condamnée en 2011 pour des faits tout aussi répréhensibles, si ce n’est plus.

Pourquoi ce délai dans la transmission de l’information ? Tout simplement en raison de la procédure choisie par Roxane Decorte, soit la "comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité" (CRPC). Grossièrement parlant, la conseillère du XVIIIe arrondissement a plaidé coupable dans l’affaire qui la concernait, ce qui lui a permis de passer longtemps au travers des mailles du filet médiatique. Cela et aussi, sans doute, une certaine complaisance de la part d’individus bien placés.

D’après Le Canard Enchaîné, Roxane Decorte a pourtant été condamnée pour "abus de confiance" à quatre mois de prison avec sursis et 6000 euros d’amende. Elle a été reconnue coupable d’avoir détourné plusieurs dizaines de milliers d’euros d’ARA18, une association d’aide au maintien à domicile des personnes âgées du 18e arrondissement, dont elle était présidente. Rien de bien glorieux...

Alors que Roxane Decorte continuait depuis lors à exercer sa fonction d’élue, Florence Lamblin faisait les frais du déchaînement médiatique, de nombreuses personnalités politique réclamant, et obtenant, sans doute à raison, sa démission. Deux poids, deux mesures...

Ce mercredi 24 octobre, Ian Brossat, président du groupe PCF/PG au Conseil de Paris, a fini par admettre qu’« il est invraisemblable qu’elle continue à siéger sur les bancs du Conseil de Paris et doit démissionner ».

Messages