eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Astuces, idées et inspirations > Santé, Bien-être > Enfants > Veiller tard : un danger pour les enfants

Veiller tard : un danger pour les enfants

Dernière mise à jour : lundi 1er février 2010, par Neel Chrillesen

Le manque de sommeil peut avoir des conséquences à vie.

Mercredi 18 mars marquera la 9e Journée nationale du sommeil. L’occasion d’aborder l’une des interrogations qui revient souvent dans la vie d’un parent : mon enfant dort-il assez ? Dans beaucoup de cas, la réponse est non.

Selon l’étude récemment publiée par l’INSV (Institut National du Sommeil et de la Vigilance), 43 % des parents sous-estiment le besoin de sommeil de leur enfant de moins de 3 ans. Quant aux enfants plus âgés, il semblerait que non seulement beaucoup ne dorment pas assez mais, en plus, ils sont de plus en plus nombreux à présenter des problèmes d’insomnie, de somnambulisme et de problèmes d’apnée durant le sommeil. En cinq ans, le nombre de consultations pour ces problèmes dans les services spécialisés a augmenté de 25 % chez les moins de 12 ans.

Surpoids, retard de croissance et insomnie à vie

Le manque de sommeil n’est pas uniquement synonyme d’enfant grognon ou hyperactif. Cela peut aussi induire un retard de croissance, un risque accru de surpoids et causer des problèmes d’insomnie à vie.

Selon le pédiatre Jun Kohyama, chercheur à l’Université médicale de Tokyo, les enfants qu’on laisse régulièrement veiller tard, par exemple pour regarder la télévision ou jouer devant un écran, courent un grand risque de souffrir d’insomnie chronique une fois adultes. Et ce mal, que l’on ne soigne pas à coup de tisanes, peut affecter ensuite tous les domaines de la vie.

Le fait de rester debout après la « bonne » heure de coucher affecte beaucoup plus l’horloge biologique des enfants que celle les adultes – et il est ensuite très difficile d’y remédier.

A éloigner de l’heure du coucher : télé, jeux vidéo, Internet…

D’où l’intérêt de suivre les conseils qui figurent dans tous ces livres destinés aux parents : tout faire pour instaurer un « rituel » d’endormissement – et cela même quand l’enfant n’est plus un bébé. Les ingrédients habituellement préconisés sont un bain et une histoire, mais rien n’empêche d’en tester d’autres (à condition d’exclure la télévision, les jeux vidéo, Internet, téléphone, etc). Certains préfèrent une musique douce, un puzzle, un massage des pieds…

De quelle durée de sommeil a besoin votre enfant ? Les spécialistes conseillent de profiter d’un jour de vacances pour faire le test : le coucher dès qu’il montre des signes de fatigue, puis de le laisser dormir jusqu’à ce qu’il se réveille le lendemain…
En attendant de faire ce test (à faire 2 – 3 fois pour avoir une idée précise), voici les recommandations généralement données :


- De 0 à 3 mois : de 16 à 20 heures
- De 3 à 12 mois : de 15 à 17 heures
- De 1 à 3 ans : 13 à 15 heures
- De 3 et 5 ans : 12 à 14 heures
- De 5 à 12 ans : 10 à 12 heures
- Adolescent : 8 à 9 heures

Neel Chrillesen