eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Cinéma > Actualités Cinéma > Blanche-neige, Mickey et les autres : pourquoi veulent-ils être aussi (...)

Blanche-neige, Mickey et les autres : pourquoi veulent-ils être aussi méchants ?

Dernière mise à jour : samedi 7 mai 2011, par Morgan

Il faut croire que se battre bêtement à l’épée ne fait plus recette. Qu’attirer des oiseaux multicolores pour les faire se percher sur vos épaules à la seule force de votre chant est considéré comme démodé. Ou encore que tortiller du derrière en cadence sur un bateau à vapeur ne présente aucune perspective d’avenir pour une souris en culotte courte.

Qu’arrive-t-il donc à nos héros d’enfance ? La pure et délicate Blanche-Neige va bientôt être le sujet d’une nouvelle adaptation au cinéma avec Kristen Stewart (Miss Twilight ; le visage pâle est bankable ces jours-ci) dans le rôle-titre. Charlize Theron devrait jouer la Méchante Reine. Le conte des frères Grimm est connu : Une reine fait le souhait peu avant de mourir d’avoir une fille au teint blanc, aux cheveux noirs et aux lèvres rouges. La Reine meurt en accouchant d’une fille semblable à ses vœux. Le Roi prend une nouvelle épouse, cruelle et jalouse, qui envoie un Chasseur tuer la fille au teint blanc - Blanche-Neige. Le chasseur la prend en pitié. C’est à ce moment que le film produit par Joe Roth et réalisé par Rupert Sanders s’éloigne du conte original. Au lieu de la déposer en forêt près d’un endroit où elle pourrait éventuellement se faire des amis barbus à chapeau pointu, le Chasseur décide de faire de Blanche-Neige sa pupille, et de l’entraîner au combat pour en faire une femme moderne apte à dégoupiller une grenade avec les dents tout en se passant un peu de rouge sur les lèvres. On dirait une scène de Shrek, avec le côté parodique en moins.

Blanche-Neige n’est pas la seule à devoir bientôt subir un lifting forcé. Mickey, cette bonne vieille souris à la voix de pré-adolescent squattant le deuxième rang dans la chorale du canton, semble bien parti pour être la star d’un long métrage d’animation. Mickey n’est pas qu’une simple souris géante, c’est aussi la mascotte des studios Disney. Autrement dit : faux-pas interdit. Si Mickey venait à être un flop, c’est toute l’industrie Disney qui en prendrait un coup. Mickey Le Film devra donc brasser large. Or les bateaux à vapeur n’intéressent plus que les gérants de musées maritimes. Quand le scénariste de chez Disney, Burny Mattinson, révèle qu’il planche sur un long métrage consacré à Mickey, c’est donc à un film "nouvelle génération" qu’il faut s’attendre et à un Mickey à la voix un peu plus virile et aux préoccupations autres que de savoir si son fidèle Pluto a bien mangé aujourd’hui.

Dans un tout autre genre, la France et son inépuisable patrimoine littéraire va elle aussi faire les frais de cette frénésie du lifting ciné. Les incalculables Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas vont en effet être l’objet d’une nouvelle adaptation en 3D signée Paul W. S. Anderson, producteur et réalisateur occasionnel de la série des Resident Evil. Dans cette nouvelle mouture de l’histoire mythique du gascon d’Artagnan et de ses frères d’armes, les interminables scènes de duel à l’épée seront remplacées par des scènes de combat musclées avec des armes fantasques dans un montage épileptique. Attention les yeux. Sérieusement : prévoyez du collyre. Sortie prévue pour le 14 Octobre 2011.

Blanche-Neige bientôt ceinture noire de kung-fu, Mickey en passe de quitter son monde féérique et les Trois Mousquetaires pas loin de préférer le Magnum.44 à l’épée : on se demande si la mode des super-héros n’est pas passée par là. Il y a eu l’homme-araignée grimpant les buildings comme les marches d’un escalier et l’homme-chauve-souris capable de rendre dingue un méchant déjà bien frappé. Il y aura bientôt le dieu-nordique-vivant aimant enfoncer des clous de dix mètres de haut d’un seul coup de son marteau magique (Thor, de Kenneth Branagh, avec Natalie Portman, Chris Hemsworth, Anthony Hopkins, sortie le 27 avril 2011). Et l’homme-montagne-de-muscles-made-in-USA qui vaut deux armées régulières et une équipe olympique de sumos affamés à lui seul (Captain America, de Joe Johnston, avec Chris Evans, Hugo Weaving, Sebastian Stan, sortie le 17 août 2011).

Avec de tels super-héros, comment les héros ordinaires pourraient-ils se sentir en confiance ? Et surtout, pensent les producteurs, comment pourraient-ils intéresser le public ? Réponse : les héros doivent prendre du "super". A quand un Titi pondant des œufs atomiques contre Grominet aux griffes d’acier ?

Bande annonce des Trois Mousquetaires 3D :

Bande annonce de Thor :

Bande annonce de Captain America : The First Avenger :