.evous
> > > >

Céline Dion à Paris-Bercy : Critique du concert

Lundi soir, Céline Dion entamait sa série de concerts à Paris-Bercy. Un spectacle sans surprise, déroulant les tubes de la diva, mais vocalement époustouflant. Nous y étions !

Cinq années que Céline Dion ne s’était plus produite en France. C’était au printemps 2008, dans le cadre du Taking Chances World Tour. Alors bien sûr, les fans étaient au rendez-vous. Pas moins de sept dates à Bercy ont ainsi été remplies sans peine et, selon le producteur des shows Gilbert Coullier, la demande aurait été suffisante pour en booker encore deux autres.

Après une première partie assurée avec sérieux par Vincent Niclo, la star arrive sur scène à 20h45. On peut d’ailleurs reprocher à son entrée d’être un peu trop simple : la salle est plongée dans l’obscurité, Céline entonne a capella le refrain de Je ne vous oublie pas, on allume les spots et elle embraye directement sur la chanson suivante en glissant au passage un petit "Bonsoir Paris !". Heureusement, le titre choisi pour lancer véritablement la soirée (Dans un autre monde) est un tube auprès des fans et ne manque pas de pêche. Après un Parler à mon père un peu plat, le public retrouve des couleurs grâce au medley anglophone It’s All Coming Back to Me Now / Power of Love. Imparable.

Promo oblige, Céline interprète plusieurs titres issus de ses deux récents albums, Sans attendre et Loved Me Back To Life. Mais indéniablement, ce sont les pépites offertes par Jean-Jacques Goldman dans les années 90 qui font se lever le public : Destin, Regarde-moi, Je sais pas (et sa magnifique partie instrumentale), J’irai où tu iras, S’il suffisait d’aimer dont le refrain est repris à pleins poumons par toute la salle, et bien sûr le classique Pour que tu m’aimes encore qui clôt le show. La diva ne manquera d’ailleurs pas de rendre hommage à l’auteur-compositeur français.

Dans le dernier quart du concert, ne retenant plus leur enthousiasme, les spectateurs des premiers rangs finiront par se ruer vers la scène et s’agglutineront devant les barrières de sécurité, à un mètre de leur star, sous les yeux d’agents de sécurité pris de court. C’est aussi ça, Céline Dion.
Jusqu’au final, les tubes s’enchaineront : de l’émouvant Ziggy à l’insubmersible My Heart Will Go On, en passant par le redoutable All By Myself. La Québécoise reviendra une dernière fois sur scène, après le départ de ses musiciens, pour boucler la boucle et reprendre quelques mesures de Je ne vous oublie. Une marque d’amour que le public français lui non plus, n’oubliera pas.

POUR :
- un show ultra-rodé, sans temps mort.
- Céline Dion, c’est The Voice. Elle n’a peut-être plus la même dextérité vocale que dans les années 90, mais c’est toujours elle la plus grande diva pop de la planète.
- un groupe aussi fidèle qu’aguerri, composé de 15 musiciens et 3 choristes.
- quelques morceaux rarement repris en live (Immensité, Where Does My Heart Beat Now, Tout l’or des hommes, Je ne vous oublie pas...).
- une Céline fidèle à elle-même, charismatique, bête de scène et proche de son public.

CONTRE :
- Si elle n’a plus rien à prouver en live, on regrette les quelques séquences pré-enregistrées du show. La note la plus haute de All By Myself, My Heart Will Go On, Power of Love... Il suffit de comparer les prestations anglo-saxonnes les unes aux autres sur YouTube pour soupçonner sérieusement le playback. En revanche, les titres en français, eux, sont bien live.
- un show très proche de celui présenté à Québec en juillet 2013. Quasiment la même setlist et la même garde-robe. Ceux qui l’ont regardé sur Internet auront des impressions de déjà vu.
- assez peu de mots échangés avec le public. On a connu Céline plus bavarde.
- une scénographie modeste, avec une structure en fond de salle et quelques écrans géants. L’entrée sur scène aurait également pu être plus spectaculaire.

Setlist : Je ne vous oublie pas (Intro)
Dans un autre monde
Parler à mon père
It’s All Coming Back to Me Now / Power of Love
On ne change pas
Destin
Immensité
Qui peut vivre sans amour
Je crois toi
La mer et l’enfant
Celle qui m’a tout appris
Where Does My Heart Beat Now
Terre
Tout l’or des hommes
Regarde-moi
Loved Me Back To Life
Water and a Flame
Je sais pas
Ziggy
S’il suffisait d’aimer
All By Myself
J’irai où tu iras
Love Can Move Mountains / River Deep, Mountain High
My Hear Will Go On
Pour que tu m’aimes encore
Je ne vous oublie pas (outro)

Mots-clés