eVous
Bientôt les vacances
Accueil Environnement Seniors Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Environnement > D’où provient l’électricité de la capitale ?

D’où provient l’électricité de la capitale ?

Dernière mise à jour : mardi 26 juillet 2011, par Adele

L’île de France est la 1re région consommatrice d’électricité en France, elle concentre à elle seule 15% de la consommation.

L’électricité peut être produite de différentes façons, mais presque toujours selon le même principe : la transformation d’un mouvement tournant en énergie électrique, grâce à un alternateur. En France, l’électricité est essentiellement produite par des centrales nucléaires, des usines hydrauliques et thermiques. Les énergies renouvelables, éolien et solaire, connaissent aujourd’hui un véritable essor et représentent une place de plus en plus importante dans la production.

L’alimentation électrique de l’Ile-de-France : un cas unique
L’alimentation électrique d’Ile-de-France représente un cas unique en France. Avec 1/6 de la consommation française, la région parisienne est la première région consommatrice en France. L’importance de la région, ainsi que sa position géographiquement centrale par rapport aux sites de production d’électricité français, ne sont pas sans incidence sur la structure des réseaux électriques.
L’Ile-de-France est électriquement ceinturée par une première boucle aérienne très haute tension à 400 000 volts. Une seconde boucle à 225 000 volts la complète. Ces deux réseaux sont reliés entre eux pour permettre un secours entre les différents secteurs en cas d’incident. Des câbles souterrains (les radiales) prolongent ce dispositif et acheminent l’électricité à très haute tension au coeur même de Paris.

Postes-sources : Des postes de transformation « intra-muros »
38 postes électriques abaissent la tension de 225 000 à 20 000 volts à Paris.

Ces postes de transformation parisiens sont télécommandés à distance. Un système de protection détecte les court-circuit sur le réseau et, si nécessaire, ordonne automatiquement le déclenchement des appareils (fait « disjoncter »)… Les « automates parisiens » sont alors capables, seuls, de localiser et d’isoler le défaut, puis d’assurer la reprise.
Ils se fondent dans le paysage, grâce à une installation en « bâtiment ».

Les postes « sources » sont le lien entre le réseau de transport à haute et très haute tension de RTE et le réseau de distribution d’EDF.

Des câbles souterrains livrent l’énergie sortant de ces 38 postes « sources » en 20 000 volts à près de 5000 postes de distribution publique qui la transforment en basse tension (400 ou 230 volts), tension des appareils électriques des consommateurs.
Chaque poste 20 000 volts/ BT est alimenté par deux câbles, ce qui permet une alimentation de secours en cas de défaillance du premier. Des câbles souterrains basse tension, issus de ces postes, assurent la livraison « au détail » dans tous les immeubles de Paris.
Cette structure du réseau minimise, par ailleurs, les pertes d’énergie. Un centre de conduite unique pour le réseau de distribution parisien, situé dans le 8e arrondissement, assure la surveillance et la conduite du réseau 20 000 volts 24h/24.

Source : RTE Normandie, Au delà des lignes