eVous
Bientôt les vacances
Accueil Environnement Seniors Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 17e > Actualités Paris 17e > Sorties, Paris 17e > Expositions, Paris 17e > De l’impression au rêve. Paysage de Henner

De l’impression au rêve. Paysage de Henner

Dernière mise à jour : vendredi 6 janvier 2012, par Adele

De l’impression au rêve. Paysages de Jean-Jacques Henner.
Du 1 février au 4 juin 2012

Le Musée national Jean-Jacques Henner renouvelle profondément la présentation de ses collections permanentes et propose une exposition qui met en lumière la place du paysage dans l’œuvre de Henner (1829-1905), plus connu pour ses nus de femmes rousses.

Plus de 80 peintures et dessins, sortis spécialement des réserves et restaurés, retracent l’itinéraire artistique du peintre et permettent de saisir la singularité de sa démarche.

Le musée est ouvert de 11h à 18h, tous les jours sauf le mardi et certains jours fériés.
Nocturne jusqu’à 21h le premier jeudi du mois.

Tarifs
Plein tarif : 5 €
Tarif réduit : 3 €

Messages

  • Du 1er février au 2 juillet 2012, le Musée national Jean-Jacques Henner présente l’exposition « De l’impression au rêve. Paysages de Henner ». Construite à partir de plus quatre-vingt-dix peintures et dessins sortis de ses réserves et restaurés, elle propose au visiteur de découvrir dans cette authentique maison-atelier d’artiste, comment Jean-Jacques Henner (1829-1905) invente, au fil des années, sa peinture de paysage et son langage pictural.
    Alors qu’une partie des artistes de la deuxième moitié du XIX° siècle s’efforcent de témoigner de leur temps en empruntant leurs sujets dans la vie quotidienne et en utilisant des techniques novatrices, dites impressionnistes, Henner suit d’autres voies. Il construit un univers qui lui est propre où la réalité observée se transforme en vision onirique. Dès 1864, après cinq années passées comme pensionnaire à la Villa Médicis à Rome, il abandonne la peinture « d’après nature ». Inspiré par les maîtres anciens, poètes ou peintres, il invente, en atelier, un paysage idéal. Nus bucoliques, nus idylliques, nymphes et autres naïades peuplent un paysage rêvé, celui de son Alsace perdue.