.evous
> > > > > >

DERNIERS JOURS : ne pas rater la rétrospective Eugène Boudin, maître de Monet, à Jacquemart-André

Pour la première fois depuis 1899, une institution parisienne organise une véritable rétrospective de peintures, pastels et aquarelles de celui dont Claude Monet écrivait, à la fin de sa vie, qu’il lui devait tout et qu’il était son maître.

Eugène Boudin, Concert au Casino de Deauville, 1865, Huile sur toile, 41.7 x 73 cm National Gallery of Art, Washington, Collection of Mr. And Mrs. Paul Mellon © Courtesy National Gallery of Art, Washington

Eugène Boudin, né à Honfleur en 1824 et mort à Deauville en 1898, était fasciné par la lumière, qu’il ira chercher jusqu’en Méditerranée et à Venise. Beaucoup le considèrent comme l’un des pères guides de l’Impressionnisme, d’autre comme l’impressionniste oublié.

Et pourquoi l’aurions-nous oublié ? Peut-être en partie parce que nombre de ses œuvres étaient rapidement parties sur la côte Est des États-Unis ? Ou parce qu’il fut longtemps considéré comme un "artisan consciencieux notamment de ses limites..." lui qui se consumait en permanence de l’insatisfaction du niveau de son art ! "La lumière surtout ! Chercher son rayonnement, la fulguration, la condenser, la poursuivre dans ses chœurs".

N’oublions pas que 4 ans durant, Monet, son cadet de 16 ans, ne s’en tint qu’aux conseils exclusifs de Boudin... qui avait reconnu immédiatement l’évidence du talent et la personnalité de ce grand jeune homme qui n’était encore que décorateur.

Dans le Panthéon de Boudin, on retrouvera Watteau (comme Monet avec l’Embarquement pour Cythère ), l’école de Barbizon, Corot, Manet et quelques autres. Exigeant, Boudin avait un besoin vital de se déplacer, de rencontrer d’autres artistes, de parler et d’échanger. Plus tard quand il entendit évoquer l’école de Pont-Haven... il s’y rendit.

Peindre des plages. Sans sujet ni anecdote, et... ne pas les vendre. Le succès ne vint qu’après sa mort, vers 1930. Il aura eu finalement raison quand il disait "je ferai autre chose mais je serai toujours le peintre des plages".

Comme Manet, Boudin n’aimait pas les modèles professionnels. Comme Manet il aimait saisir ses contemporains dans la nature. Voir son petit "Déjeuner sur l’herbe", qu’il offrit à la maman de Manet...

Ses clients et collectionneurs étaient artistes ou écrivains : Tourgueniev, Zola, Hochédé, Dumas fils, Baudelaire, plus tard Lanvin, et Cary Grant.

Cette exposition est devenue possible grâce aux prêts exceptionnels des plus grands musées américains, dont la "National Gallery" de Washington et le "Museum of Fine Arts" de Boston.

Eugène Boudin, Le port d’Antibes, 1893 Huile sur toile 46x66cm Paris, musée d’Orsay (dépôt au musée des Beaux-Arts Jules Chéret/Nice), donation de la Duchesse de Windsor en souvenir de SAR le Duc de Windsor, 1973 © RMN – Grand Palais (Musée d’Orsay) / Preveral

Laurent Manœuvre, commissaire général de l’exposition « Eugène Boudin. Au fil de ses voyages », grand spécialiste de ce peintre, écrit à son sujet : « Eugène Boudin est surtout connu pour ses représentations de la haute société du Second Empire sur les plages normandes. S’il fut l’inventeur de ce genre, il fut aussi un observateur incisif des métamorphoses du ciel. »

En fait Boudin commença à peindre dans sa Normandie natale des paysages de "façon barbizonnienne", et des vaches, et il ne passa aux mondaines de la cour qui se pavanaient sur les plages qu’à partir du moment où le Duc de Morny, beau-frère de Napoléon III, tentait de faire de Deauville le "royaume de l’élégance".

Dans tous ses motifs, il cherchait à extraire la modernité, qui est "le transitoire, le fugitif, le contingent, la moitié de l’art dont l’autre moitié est éternelle et immuable."

Il fut tout d’abord reconnu par le public et les collectionneurs pour ses marines, mais eut très tôt la prémonition qu’il ne resterait après sa mort dans les mémoires que par le succès que remporteraient ses scènes de plages.

Pourtant son exécuteur testamentaire n’osa même pas mettre en vente ce genre de tableaux, et ce ne sera qu’après sa mort, que Jeanne Lanvin devait acquérir le Concert aux environs de Trouville, pour les raisons que l’on devine, et le soin pris par le peintre à rendre la qualité des toilettes et les tissus exposés au vent. Il avait espéré vendre cette toile au Duc de Morny, malheureusement mort 2 mois avant le Salon...

L’un des premiers, Baudelaire avait remarqué au Salon 1859 ces "beautés météorologiques" qui donneront notamment naissance au concept de "série", systématisé ensuite par Monet, à moins qu’elles n’aient fait que les initier : la cathédrale d’Abbeville précédait de fait celle de Rouen de 12 années...

Eugène Boudin, Plage aux environs de Trouville, 1864 Huile sur toile 67,5x104cm Toronto, Art Gallery of Ontario, Musée des Beaux-Arts de l’Ontario – Anonymous Gift, 1991 © 2012AGO

Celui que Corot surnommera "le roi des ciels" parcourt l’Europe, de Rotterdam à Venise, en passant par Anvers, Dunkerque, Berck, la Bretagne, Bordeaux ou la Côte d’Azur, retournant bien sûr chaque été à sa Normandie natale, mais tentant de raviver sa créativité de façon presque mécaniste par la fréquence de ses voyages. En de brillantes études, il saisit la lumière si particulière à chaque lieu. Monet avouera : "J’en étais arrivé à être fasciné par ses pochades, filles de ce que j’appelle l’instantanéité" .

Eugène Boudin, Scène de plage, Trouville, 1869 Huile sur toile 29x47cm, Madrid, Collection Carmen Thyssen-Bornemisza en dépôt au musée Thyssen-Bornemisza © Collección Carmen Thyssen-Bornemisza en depósito en el Museo Thyssen-Bornemisza, Madrid

Boudin conserve à nombre de ses peintures la saveur de l’esquisse, produisant ainsi une impression de plein air si contraire au goût de ses contemporains pour le “fini”.

En dépit de leur qualité, beaucoup de ces œuvres prestigieuses n’ont plus été exposées de ce côté-ci de l’Atlantique depuis les années 1860-1880. C’est donc pour le public français une véritable découverte qui s’offre.  »

Pour Boudin, son objectif déclaré était en 1854 de "Nager en plein ciel. Arriver aux délicatesses du nuages. Suspendre des masses au fond, bien lointain dans la brume, puis, faire éclater l’azur".

Une critique en fin d’article, tout de même ? Boudin n’a pas saisi ce qui rend la lumière des bords de Méditerranée.

Laurent Manœuvre, commissaire de l’exposition, est Chef du Bureau de la diffusion numérique des collections à la Direction générale des patrimoines, Service des musées de France. Le commissaire associé de l’exposition, Nicolas Sainte-Fare Garnot est le conservateur du musée Jacquemart-André.

Eugène Boudin. Au fil de ses voyages. Du 22 mars au 22 juillet 2013. Musée Jacquemart-André.

Vous retrouverez dans les articles 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z et 2013 à Paris : LES GRANDES EXPOSITIONS de A à Z les différentes expositions 2012 et celles de 2013 déjà annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans les articles Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris, et CALENDRIER 2013 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer.

Bilan 2013 des catalogues d’expositions de Paris : les Prix CatalPa 2013, les 10 Nominés, les 59 retenusNous avons établi notre sélection, pour Paris, des meilleurs catalogues des expositions 2012, en vous indiquant en plus les nominés, et les primés au Prix CatalPa 2012 pour les catalogues d’expositions de Paris.

Nous procéderons de la même manière en 2013, avec Paris 2013 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Celui de cette exposition en fait partie.

André Balbo

sources : visite, musée Jacquemart-André, Laurent Manœuvre, National Gallery of Art, Washington

158 Boulevard Haussmann 75008 Paris

Adresse

Mots-clés