eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > 16e arrondissement de Paris > Actualités, Paris 16e > Vie de quartier, Paris 16e > Urbanisme, Paris 16e > Extension de Roland Garros : Le projet

Extension de Roland Garros : Le projet

Dernière mise à jour : mercredi 13 février 2013, par Adele, Morgan

Alors que le projet conjoint de la Fédération française de tennis et de la Ville de Paris rencontre une opposition farouche d’associations de riverains et environnementale, l’extension de Roland-Garros dans son site historique de la porte d’Auteuil à Paris au-delà de 2016 reste en suspens.

Les élus de la de la fédération de tennis ont choisi le projet porté par la Ville de Paris, prévoyant l’agrandissement et la modernisation du site historique de la porte d’Auteuil, pour le nouveau stade Roland-Garros et ont rejeté les projets alternatifs de Versailles (Yvelines), Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne) ou Gonesse (Val d’Oise).

« Malgré la très grande qualité des projets concurrents que je souhaite saluer, la FFT a privilégié à 70% la fidélité à l’histoire de ce tournoi mais aussi la conviction que rester dans Paris, dans le cadre prestigieux de la porte d’Auteuil, constitue un atout majeur dans la compétition à laquelle se livrent les grands tournois de tennis internationaux », avait expliqué le maire.

Le match de Roland-Garros est pourtant loin d’être terminé.
Le projet de la capitale va devoir affronter une vague d’oppositions qui pourrait se terminer devant les tribunaux.

Une pétition contre l’extension sur une partie des serres d’Auteuil où un stade de 5000 places doit être construit, a déjà recueilli près de 50 000 signatures dont celles de Françoise Hardy ou Nicolas Hulot. L’enceinte du nouveau stade serait bâtie sur une surface actuellement occupée par des « serres chaudes » d’Auteuil contenant des collections de fleurs rares et des bâtiments techniques, préservant ainsi les serres classées aux Monuments historiques.

La perspective de doter le court Philippe-Chatrier d’un toit léger et l’utilisation du stade Georges-Hébert pour implanter le Centre national d’entraînement se heurtent également à l’opposition des associations de quartier.

Enfin, autre point d’achoppement du projet : le montant de la redevance. Dans le cas où le Tournoi de Paris devait rester dans le 16e arrondissement, la redevance passerait dans un premier temps de 1,6M€ à un peu plus de 3M€, avant d’être indexée à partir de 2016 sur le CA de Roland-Garros et de s’élever à environ 7M€. Ce montant élevé ne l’est pourtant pas assez au goût de l’opposition qui rappelle que l’inspection générale de la Ville avait souligné dans un rapport que la redevance demandée à la Fédération française de Tennis devait être réévaluée et qu’elle l’estimait à 19M€...

Le projet de Roland-Garros :
Le lifting du stade construit en 1928 passe d’abord par un agrandissement vers l’est avec cinq hectares supplémentaires, soit 60% de surface en plus, pour un coût global d’environ 340 millions d’euros. Un nouveau court de 5000 places et 2 000m2 doit être bâti sur un endroit actuellement occupé par les serres chaudes d’Auteuil. Une partie des serres sera intégrée au court, une autre partie doit déménager au Parc floral du bois de Vincennes. Cette perspective fait bondir les écologistes, mais la mairie de Paris assure que « ce projet n’impacte absolument pas les Serres historiques d’Auteuil et les prestigieuses collections qui s’y trouvent », puisque « les serres de travail et les serres chaudes sur lesquelles la FFT prévoit de créer un court de tennis sont très récentes et ne présentent aucun intérêt architectural ». La destruction de l’actuel court 1 devra en parallèle permettre la création d’une vaste esplanade d’accueil, de près d’un hectare.
Le Centre national d’entraînement va déménager pour occuper l’essentiel du stade Georges-Hébert, situé à 500 m de Roland-Garros, où une piste d’athlétisme doit être aménagée pour les scolaires. Les deux gymnases du Fonds des Princes doivent être reconstruits à Jean-Bouin. Parmi les autres mesures phares, le court central Philippe-Chatrier (15.000 places) sera doté d’un toit léger qui protège de la pluie sans pour autant permettre l’organisation d’événements comme l’actuel tournoi de Paris-Bercy.

Source : Le Parisien, Europe 1, Sport France TV


Voir ici les infos pour se rendre à Roland Garros

Voir ici les plans pour se procurer des places pour Roland Garros