eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 8e > Actualités Paris 8e > Sorties dans Paris 8e > Expositions, Paris 8e > Évènements au Petit Palais > Félix Ziem, peintre nomade de la lumière, des rêves et des exotismes

Félix Ziem, peintre nomade de la lumière, des rêves et des exotismes

Dernière mise à jour : samedi 26 novembre 2016, par Expositions

Présentation de l’artiste

Voir Présentations d’Artistes de A à Z

Félix Ziem (1821-1911), de condition modeste, connut rapidement le succès commercial. Sa production, considérable, a été estimée à quelque 10 000 dessins et 6 000 peintures. Il pratiqua quelques brillants marchands d’art, et put s’enorgueillir de clients prestigieux.

Ziem fut avant tout un peintre de l’ailleurs. Pour peu qu’il y ait eu du soleil, des tourbillons de sable, un peu de brume, des paysages arborés et ce début d’enivrement que procure un zeste suffisant d’exotisme, il s’empourprait comme ses tableaux et dessins, et se sentait libre, vivant, et en communion avec le monde.

Est-il un peintre du beau ou des sensualités qu’éveille la nature ? Il écrivait le 18 novembre 1879 dans son journal : « Beau ciel, lagunes polies et silencieuses où j’ai rêvé le beau ». Et 20 ans plus tôt : "Depuis un an je n’ai pas vu cette adorable nature. Mon âme a besoin de s’ouvrir et mon corps d’aspirer quelques émanations salines".

Félix Ziem, d’abord architecte, ouvrira une école de dessin à Marseille, sur le Vieux-Port. Il sera ébloui par la lumière de Martigues, par ses canaux, la Camargue. Il partit ensuite pour Nice, puis l’Italie, et surtout Venise, bien sûr, qui deviendra le motif central de son inspiration.

Edmond de Goncourt, que l’on connut plus cruel, écrivait en 1872 : "Venise, du premier coup, il le sent, ça va être la ville de sa peinture ; il y trouve tout ce qu’il aime, la coloration, la mer, le meublé pittoresque de la marine".

Ziem avait été vers 1849 un habitué de la forêt de Fontainebleau, proche de l’École de Barbizon, admirateur du Lorrain et de Turner, et aussi l’ami de Théodore Rousseau et Jean-François Millet.

Exposé au Salon de Paris dès cette année, il s’installera à Montmartre, qui n’était alors qu’un maquis d’où surgissaient quelques moulins, mais il continuait de fréquenter Barbizon, où il conservait une maison, à l’entrée du village.

Décidément, cet homme aimait vraiment les voyages. Il travailla souvent à bord d’une roulotte-atelier... comme Monet le faisait sur sa barque.

Il effectuera très tôt, à partir de 1842, presque chaque année, un périple, visitant ainsi l’Angleterre, les Pays-Bas, Constantinople et l’Algérie, mais aussi la Russie, l’Égypte, le Liban et la Tunisie.

1860 le retrouvera donc près de Marseille, à Martigues (ville qui vient récemment de lui consacrer un musée !) où il installe son nouvel atelier, avant de le déplacer à Nice en 1880, où il séjournera fréquemment, quand il n’est pas Parisien.

Ziem, qui sa vie durant n’aura jamais aimé Paris, a eu l’immense chance de voir certaines de ses œuvres pénétrer au musée du Louvre de son vivant (legs Chauchard, 1905). Suprême coquetterie !

Inondation à Venise © Petit Palais / Roger-Viollet

Ce sera bien naturellement que ce grand voyageur deviendra le peintre inspiré de l’Orient des Mille et Une nuits.

Un artiste nomade, inclassable, excentrique... qui su séduire une large clientèle, et qui appréciait certainement de se souvenir à Paris des images retenues de Constantinople et de Venise. (J’aimerais tant voir Syracuse…)

Des rétrospectives de l’œuvre de Ziem ont été faites avec succès à Marseille, Martigues et à Beaune, où il naquit.

Présentation de l’exposition

Le Petit-Palais a décidé d’exposer ses paysages lumineux qui ont fait sa renommée, et dans lesquels le soleil, le sable, l’eau, le ciel et les arbres occupent une place prépondérante.

Cette exposition rassembla une centaine de ses peintures et aquarelles, de la donation Ziem, et, plus inattendus, ses carnets de voyages, recueils de stupéfiants croquis saisis sur le motif, copies d’après les maîtres italiens et hollandais, qui lui donnèrent cet art du clair-obscur, et des esquisses où le peintre multiplie les techniques et fait chanter les couleurs.

Rêver ? C’est le bon terme. Car ces peintures ont souvent l’aspect un peu brumeux et doré des songes. A-t-on jamais vu une sultane reposer ainsi, nue, sur les rives du Bosphore ?

Ziem sait également saisir dans le vif mouvement de ses pinceaux les gestes des étoffes et des habits, et l’allant des hommes comme des animaux. Et il excelle aussi à rendre réelles et magiques les canopées et les ondulations majestueuses des arbres... des paysages maritimes.

Félix Ziem, « J’ai rêvé le beau ». Peintures et aquarelles. Du 4 février au 4 août 2013, au Petit-Palais, Hall Jacqueau, avenue Winston Churchill 75008 Paris, 01 53 43 40 00. Ouvert tous les jours, de 10 à 18h sauf les lundis et jours fériés. Nocturne le jeudi jusqu’à 20h.

Vous retrouverez dans les articles « 2012 à Paris : les grandes expositions de A à Z » et 2013 à Paris : les grandes expositions de A à Z » les différentes expositions 2012 et celles de 2013 déjà annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans les articles « Calendrier 2012 des grandes expositions à Paris », et « Calendrier 2013 des grandes expositions à Paris », ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : "LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du...".

Nous tenterons aussi de vous les présenter chaque mois , à partir de Février 2013.

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous avons établi notre sélection, pour Paris, des MEILLEURS CATALOGUES des expositions 2012, en vous indiquant en plus les nominés, et les primés au Prix CatalPa 2012 pour les catalogues d’expositions de Paris.

Nous procéderons de la même manière en 2013, avec PARIS 2013 : les meilleurs catalogues d’expositions de Paris.

Celui de cette exposition en fait partie.

André Balbo

sources : visite, Petit Palais, Wikipédia

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.