eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 14e > Actualités, Paris 14e > Sorties, Paris 14e > Archives sorties, Paris 14e > Inauguration de la rue Pierre Castagnou dans le 14e arrondissement

Inauguration de la rue Pierre Castagnou dans le 14e arrondissement

Dernière mise à jour : jeudi 1er décembre 2011, par Morgan

Le samedi 3 décembre à partir de 11h15 aura lieu la cérémonie d’inauguration de la rue Pierre Castagnou , le long de la Mairie du 14e arrondissement, en compagnie de Bertrand Delanoë, maire de Paris, et de Pascal Cherki, maire du 14e.

Ancien maire PS du 14e arrondissement, Pierre Castagnou est décédé au début de l’année 2009 des suites d’un cancer. Elu conseiller de Paris en 1983 puis maire de l’arrondissement en 2001, le natif de Vichy fut célébré au moment de sa disparition comme « un élu remarquable, attentif aux autres, fin connaisseur du terrain et de chaque dossier de la vie quotidienne » par Bertrand Delanoë.

La rue Durouchoux, colonel de la Garde Nationale tué lors de la commune de Paris en mai 1871, sera donc rebaptisée ce samedi 3 décembre, et ce malgré les protestations des descendants du colonel qui menaçaient encore récemment de poser un recours devant le tribunal administratif.

Adresse

rue Catsagnou 75014 Paris

Messages

  • effectivement cela doit vous être difficile d’accepter que la vérité est moins blanche que celle que vous décrivez dans votre site (où je ne note d’ailleurs aucune référence.... ce qui montre un manque total de rigueur historique )
    alors je vous conseille de vous procurer le texte du rapport des 22 23 mai de Durouchoux transmis par le comte de la Rochetalon et paru dans un journal dont vous pourrez certainement me donner le nom vous qui prétendez avoir sérieusement travaillé sur la mémoire de votre ancêtre.... soit dit en passant les exécutions sommaires massives déjà du 22 mai précèdent et expliquent en partie les incendies et la rage des communards...

    pour ce qui est du 14e je maintiens totalement mon affirmation
    pour être éligible à un nom de rues de PAris

    1-il faut être une personnalité du monde, de France ou de Paris -bien sûr dans ce cas le lieu ne compte pas et la diversité politique est de mise... Mais ce n’est pas le cas de Durouchoux à l’évidence
    2-on a aussi des noms de rues de personnes qui sont attachées à l’histoire d’un quartier, d’un arrondissement. Et là Durouchoux n’a rien à voir avec le 14è ; que la population du 7è fasse une demande si elle le souhaite dans ses rues.

    Bilan : sauf à figer Paris, le changement de nom n’a rien de choquant

    • J’ai appris à l’école de la République que l’honnête homme devait faire tous ses efforts pour ne pas se laisser aveugler par ses passions afin de garder un esprit clairvoyant. Tentons donc l’objectivité si vous y êtes attaché.

      - Pierre Durouchoux a été qualifié de "personne peu honorable" par le Conseil de Paris. C’est faux car cette conclusion a été énoncée suite à l’exposé de faits inexacts qui l’ont, par des allusions à des "massacres", fait passé pour ce qu’il n’est pas. Voilà la question. Aucun document, sauf à en fabriquer ne peut corroborer ces faits, ne peut prouver qu’au cours de sa vie il ait commis des actes indignes, même dans ses actes de guerre, patriotique ou civile. Et il ne mérite pas d’être expulsé de la mémoire collective par l’utilisation de méthodes allusives qui suggèrent et ne démontrent pas parce qu’elles ne peuvent démontrer. Vous persistez malheureusement à utiliser ces méthodes. Pierre a conquis une barricade avec 7 personnes puis il a été mortellement blessé peu après, voilà les faits avérés par tous les documents historiques. Il est faux en conséquence de l’accuser d’être une personne "peu honorable".

      - Pourquoi donc vouloir revenir sur les "exécutions sommaires massives ..." en réintroduisant de manière allusive ces termes par un "soit dit en passant ..." qui tombe pile au bon moment après la mise en cause de Pierre. Comme si il avait une responsabilité dans ces faits. Ainsi cette éternelle méthode tant de fois utilisée est à nouveau utilisée ici pour abattre l’adversaire politique. Non par un débat démocratique, mais en tentant de dégrader sa biographie pour le réduire, avant de l’abattre. Ce sont des méthodes connues et détestables. On pourrait en écrire des pages.

      - Que vous souhaitiez réhabiliter la mémoire de ceux qui ont choisi de s’engager dans l’insurrection parisienne, c’est votre droit. Mais faites le sans chercher à salir la réputation d’un homme dont le seul tort est de s’être opposé au mouvement que vous souhaitez défendre. La question ici n’est pas une tribune pour justifier la rage des "insurgés". Et pourquoi y revenir de cette manière : "en passant". On sent bien que cela vous tient à cœur, trop à cœur ! Laissez la lourde tâche d’évaluer cette période à des historiens et n’essayez pas de faire payer la note à Pierre Durouchoux. Dans un tel débat justifier les exactions des uns par celle des autres est toujours une mauvaise approche, elle conduit en général à des conclusions qui ne tirent pas expérience de l’histoire, manière qui seule permet de ne pas reproduire des erreurs passées.

      Relisez ce site : http://www.salagnac.eu/du.htm. Victor Hugo y suggère une solution, l’amnistie seule possible dans une telle guerre. Or justement c’est bien là que cette accusation contre Pierre Durouchoux pour capter sa rue, exprime toute sa perversité, car elle relance une éternelle vendetta nationale sans rien apporter à un réel parcours éducatif qui s’appelle : devoir de mémoire non partisan. Ouvrez les yeux sur le monde si l’on veut agir par l’exemple il faut être exemplaire. Mauvais exemple de conduire Durouchoux à la guillotine mémorielle.

      - La raison donnée à l’expulsion de Pierre Durouchoux du XIVième c’est qu’il est, pour la majorité actuelle à la mairie, "peu honorable" et non qu’il n’a rien à voir avec le XIVième. C’est cela à nouveau la question. Vous tentez de refaire les délibérations du Conseil de Paris avec d’autres arguments, c’est trop tard, la mauvaise décision a été prise et avec des faits travestis.

      - Les habitants du XIVième opposés à ceux du VIIième ... nos rues, leurs rues ...diviser, toujours diviser, opposer les gens les uns aux autres : quelles méthodes ! En plus relisez vous, en toute logique, si Durouchoux est indigne dans le XIVième il l’est dans le VIIième. Mais il ne l’est pas voilà la dure vérité !

  • Le ton de votre réponse n’est guère acceptable. Comme votre ignorance.

    Je vous conseille de lire Paul Sagnier, un libraire à Paris ; Gesner-Rafins, une mission secrète pendant la Commune ; Louis Fiaux, Histoire de la guerre civile de 1871 ; Lissagaray, Histoire de la Commune de Paris etc etc... Une douzaine de livres, au moins, d’historiens ou essayistes pro ou anticommunards qui évoquent Durouchoux et son action...

  • Il ne faut pas tant embellir M. Durouchoux, de nombreux livres témoignent qu’il était pendant la Commune membre d’une structure clandestine en charge d’organiser les gardes nationaux partisans de l’Ordre. Il aurait été aussi en charge du financement des agents versaillais à Paris.
    Bien sûr c’était une période de guerre civile et cette action peut se comprendre s’il était pour Thiers, mais le présenter seulement comme un brave commerçant qui aurait agi spontanément contre les vilains communards le 22 mai est une contre-vérité. Surtout quand on sait que les prisonniers faits le 22 mai sont fusillés sans procès le soir même à l’Ecole militaire.
    On peut comprendre humainement le regret des familles, mais le souvenir de M. Durouchoux n’apporte en plus rien au 14è arrondissement avec lequel il n’a aucun lien !

    • Il ne faut pas salir Mr DUROUCHOUX.

      Le fait d’être dans la clandestinité n’en fait pas pour autant une personne "peu honorable" comme il a été dit de lui. Au contraire, comme il devait protéger sa vie car, n’ayant pas caché ses opinions, il était recherché par la police de la Commune en force dans le 7ième arrondissement, comme en attestent de nombreux documents. Clandestin oui il l’était mais contraint et forcé parce si il avait été pris la police elle le menaçait de lui brûler la cervelle.

      De même n’être pas pour le mouvement de la Commune n’est pas déshonorant comme il a été accusé. Etre "partisan de l’ordre" voilà bien un terme qui à force d’être répété en boucle porte en lui même une accusation et suggère une infamie. Mais être partisan de l’ordre n’est pas en soi déshonorant. D’ailleurs les gardes nationaux qui ont rejoint la commune était aussi des partisans de l’ordre mais d’un autre ordre, un ordre nouveau. Ce n’est pas en soi déshonorant non plus. Mais la question n’est pas celle là, ici il est question d’avoir débaptiser la rue DUROUCHOUX en accusant Pierre d’être une personne peu honorable ce qui est faux. La question n’est pas un débat sur la Commune de Paris, n’est pas de dire qui était pour ou contre la Commune, la question est pourquoi vouloir salir la mémoire de Pierre par tous les moyens y compris des sous entendus ?

      Pourquoi dire au conditionnel "aurait été aussi en charge du financement des agents versaillais à Paris." Il faut dire "a été en charge" mais le prouver donner les sources, des preuves. Réécrire l’histoire avec des si est trop facile. Ayez le courage de votre opinion et affirmer la en prouvant vos dires ou abstenez vous de suggérer des complots pour salir une réputation en parlant aussitôt "d’agent versaillais".

      De même qu’il n’était pas déshonorant de parler avec des personnes légitimistes et de tenter d’organiser sa défense face aux menaces. On fait on sent bien là que Pierre Durouchoux aurait du s’enfuir ou bien pour trouver grâce auprès de ses censeurs se tienne coi dans son logement en attendant que son quartier brûle.

      De même dans les propos qui défendent sa mémoire jamais il n’est fait allusion à de "vilain communards" comme il sont qualifiés ici, de même il n’y a pas de vilain Durouchoux. Pierre l’a bien expliqué dans ses mémoires, il était déchiré parce qu’il devait se battre contre d’autres français parce ceux-ci avaient été quelques semaines auparavant ses frères d’armes dans la défense de Paris. Jamais Pierre n’aurait employé un tel terme méprisant. Pierre était au milieu d’une guerre civile déclenchée par d’autres et il n’en est nullement responsable, au contraire plongé dans le chaos par les intransigeances il a toujours agit avec honneur.

      Il est également indigne de tenter d’associer Pierre une nouvelle fois à des massacres. Pierre le 22 mai alors que des prisonniers étaient fusillés, lui, était déjà sur son lit de mort rue de la Visitation et son épouse et sa belle fille, sous les balles et la mitraille, tentaient de lui apporter les premiers soins, très sommaires comme on l’imagine et dans le dénuement le plus complet. Cela ajouté aux privations et aux efforts faits lors du siège de Paris, allait contribuer à ce que la blessure s’infecte. Il sera emporté par une fièvre purulente.

      Voilà ce qu’est la réalité d’une guerre civile, ce qui est dramatique c’est de tenter encore de diviser les gens sur cette question pour un maigre butin.

      Cherchez les responsables de la guerre civile, exposez les faits avec objectivité. L’histoire est écrite par le vainqueur, encore une fois cette puissante observation se confirme. Cherchez des responsable ailleurs qu’en tentant, par tous les moyens, de charger d’opprobre la mémoire de Pierre Durouchoux. Car toute cette entreprise pour falsifier la biographie de Pierre en l’associant à des mots choisis pour la circonstance comme : "massacres", "clandestin", "agent versaillais", "fusillade" n’a qu’un but au résultat c’est s’approprier sa rue.

      On voit bien ici qu’en mettant en place ce projet on a réouvert les vieilles blessures de 1871 pour les utiliser. On croie pouvoir panser les plaies des "vilains communards" en mettant au piloris un de leurs opposants. Ce projet est malsain car c’est un projet qui divise.

      Quant à la dernière phrase elle atteint des sommets. A la fois compassionnelle : "on peut comprendre ... humainement" et froide comme l’acier du canon : " mais le souvenir de M. Durouchoux n’apporte en plus rien au 14è arrondissement avec lequel il n’a aucun lien !"

      D’abord la famille Durouchoux ne s’est pas construite autour de la mémoire de Pierre Durouchoux qui appartient définitivement à l’histoire de Paris. Par contre l’expulser pour s’approprier sa rue en salissant sa mémoire parce que c’est le prix à payer pour débaptiser sa rue cela c’est justement ne pas comprendre "les familles". Leur regret et les regrets des administrés du XIVième c’est qu’en pensant bien honorer Pierre Castagnou on ait pas hésité à déshonorer Pierre Durouchoux.

      Pour l’apport de Pierre au XIVième, d’abord le XIVième est dans Paris et à ce titre, à moins d’isoler le XIVième dans une bulle, l’histoire de Paris concerne le XIVième et inversement. Ensuite expulsez donc Pierre Philippe Denfert-Rochereau tant qu’à faire, son fait d’arme à lui est à Belfort. Si l’on vous suit la pression sur les rues du XIVième n’est pas finie.

      Pour terminer : on peut noter le "n’apporte plus rien" qui suggère que Pierre a apporté jusqu’à maintenant quelque chose au XIVième par son exemple. Pourquoi les choses auraient-elles changé, le référentiel moral aurait-il changé ? Pierre Durouchoux a été un magnifique exemple qui peut être donné aux jeunes générations de ce quartier. Il ne tient qu’à vous de continuer à en faire un exemple au lieu de le dénigrer si injustement.

      Car Pierre a réussit ce tour de force de défendre son quartier et sa famille sans se compromettre dans de basses actions guerrières qui malheureusement sont trop souvent la règle en conséquences des guerres civiles. Les vrais responsables sont ceux qui les déclenchent, et pas Pierre Durouchoux, les partisans des insurrections ferait bien de méditer cela. Au contraire donner Pierre en exemple c’est un beau message dont nos générations ont bien besoin : un engagement oui mais dans l’honneur ! C’est comme cela et pour cela qu’il a donné sa vie. Bel exemple au contraire pour le XIVième.

      Consultez le site : http://www.salagnac.eu/du.htm

  • Le maire du XIVième en voulant honorer un homme Pierre Castagnou en a déshonoré un autre Pierre DUROUCHOUX en tenant, à l’encontre de ce dernier, des propos infâmants s’appuyant sur des contre-vérités historiques.

    Toutes les preuves et détails vérifiables sont exposés sur le site :

    http://www.salagnac.eu/du.htm

    Les habitants du XIVième, qui n’ont même pas été consultés pour l’occasion, sont extrêmement surpris de découvrir après coup la vérité et attristés que ce projet aboutisse dans de telles conditions. Cela a, pour eux, un double inconvénient, celui de déshonorer Pierre Durouchoux et en conséquence de mal honorer, à leurs yeux, Pierre Castagnou. Ils sont peinés que leur ancien maire soit ainsi entraîné malgré lui dans cette mauvaise affaire.

    Par ailleurs l’opposition municipale ne s’associe pas à ce projet et dénonce le propos ; "Monsieur DUROUCHOUX était une personne peu honorable", conclusion erronée tenue par le Conseil de Paris et qui l’a conduit à décider de débaptiser la rue DUROUCHOUX. Les décideurs ont été trompés lors de délibérations parce qu’elles se sont tenues sur la base d’informations fausses et partisanes.

    Ces réactions sont consultables sur le site :

    http://www.parisxiv.com/archive/2011/11/20/pierre-durouchoux-rue-castagnou-paris-xive.html

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.