eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 11e > Guide Paris 11e > Se promener, Paris 11e > Portraits du 11e > Interview Denis Quélard, le Pop In

Interview Denis Quélard, le Pop In

Dernière mise à jour : mercredi 31 janvier 2018, par Denis

Le Pop In Bar Concerts, un lieu mythique à Paris, pionnier des bars Pop parisiens, les stars ne l’oublient pas et Lloyd Cole est passé par là !

C’était en mai 1997, il y a 14 ans, Florence, Marc et Denis avaient décidé de monter le Pop In. C’était vers la fin de l’époque Britpop, avec les groupes Pulp, Suede, Blur, Oasis. Le Pop In une ambiance Arctic Monkeys, plus qu’un bar, c’est devenu très vite une affaire de famille. Une plaque tournante et une rampe de lancement pour un nombre significatif de musiciens, mais aussi un havre de paix, de réconfort et de perdition pour tous les cœurs brisés (dont il a été prouvé scientifiquement qu’ils écrivaient de meilleures chansons). Terrain de jeux et de pochetronades décisives, terrain d’ententes et de rencontres souvent aussi. Combien de groupes n’auraient pas existé sans le Pop In ?

Nous avons rencontré Denis Quélard, patron associé et programmateur professionnel de cet espace de concerts, haut lieu du Pop à Paris et de renommée internationale.

Rencontre avec Denis Quélard

Denis est-ce que tu peux nous raconter comment cette belle aventure a commencé ?

C’était en mai 1997 il y a 14 ans, Florence, Marc et moi avions décidé de monter le Pop In, c’était la fin de l’époque Britpop, avec les groupes Pulp, Suede, Blur et Oasis. Il n’y avait aucun bar, aucun endroit où l’on pouvait écouter ce genre de musique, ainsi que tout ce que l’on écoutait bien avant (les Beach Boys, les Kinks, et bien sûr les Beatles), et on s’est dit : "et si on ouvrait un bar avec que de la musique Pop ?".
Et puis progressivement cela a commencé à marcher, le seul lieu qui existait alors, c’était une boîte de nuit, le Shéhérazade avec toute la clique de la revue Magic. Alors, on a commencé petit à petit, on a créé des espaces, une salle de concerts, puis tout le milieu pop a été au courant.

Tu es un programmateur de musique, l’établissement reçoit beaucoup de groupes, comment choisis-tu ces groupes, et le Pop In est-il un tremplin pour eux ?

Beaucoup de groupes en effet. Au début avant que l’on ouvre le Pop In, on avait organisé des soirées concerts à la Flèche et dans d’autres endroits, l’idée c’était d’avoir un lieu où l’on pourrait organiser quelque chose avec le milieu pop rock français. Et la flamme a pris de l’ampleur vers 2000-2002, et maintenant on reçoit des groupes 4 jours par semaine.

Les groupes viennent nous voir, on en sélectionne un certain nombre et il y en a 1 ou 2 par soir. On reçoit plus de 20 demandes par jour ! et cela représente environ 400 groupes par an. Et puis je parcours les salles parisiennes, le Festival Primavera à Barcelone, Benicassim où la Route du rock à St Malo, oui beaucoup de choses à voir et à découvrir...

Pour sélectionner, il faut beaucoup écouter, écrire aussi et il faut que cela corresponde à l’image qu’on en a, pas spécialement du rock mais plutôt du pop folk. Alors oui c’est clair que c’est un véritable tremplin ! Une petite salle comme ça de 40 mètres carré. Il y a tellement de gens qui ont joué là que cela se sait... Il y a des groupes qui reviennent à Paris dans des grosses salles (L’Alhambra, l’Olympia...) fidèlent ils passent avant se chauffer au Pop In sur la scène, ils n’oublient pas leur début, y en a même qui se sont connus ici, même amoureusement !

Quel est ton coup de coeur du moment ?

Vous avez aussi un Label ?

Oui, le Pop In records, c’est un 45 tours vinyle tiré à 500 exemplaires numérotés, il y en a un nouveau tous les 3 ou 4 mois. La face A est un inédit créé pour le Pop In, et la face B une reprise. Trois vinyles sont sortis à ce jour (Herman Dune, HushPuppies et Zombie Zombie). C’est une trace des groupes amis du Pop In et c’est d’ailleurs emblématique de ce que l’on fait depuis 14 ans.

N’est-ce pas devenu un lieu un peu people ?

Oui et non, c’est avant tout un endroit discret où la clientèle aime être tranquille. Ici pas de photos ni d’autographes, mais de la musique. C’est vrai que c’est un lieu fréquenté par des gens de la Mode, du design et du cinéma. Il y a eu cette fameuse fête surprise après le défilé d’Hedi Slimane en janvier 2003... C’est très cosmopolite, jeune, des jeunes gens qui perpétuent l’univers pop comme les Arctic Monkeys ou Klaxons. C’est un lieu polyvalent, en bas c’est la salle de concert où des clients ne viennent que pour ça, en haut rien à voir ambiance fauteuil et discussion ou bien un petit morceau de piano, boire des coups ... ou festif...

Et puis il y a eu cette dernière surprise avec l’apparition de Lloyd Cole, un chanteur mythique ! tu peux nous raconter cette surprise ?

Alors pour les lecteurs d’Evous un scoop, Lloyd Cole débarque au Pop In, un moment remember ! Emouvant ! à regarder :

Bienvenue au Pop In - Bar et Concerts 105 rue Amelot 75011 Paris

Et retrouvez le dossier spécial Pop In

Entretien - rencontre juin 2011. D.C.

En images

Adresse

105 rue Amelot 75011 Paris

Horaires

Tous les jours de 18h30 à 1h45

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.