eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Le Marais > Sorties, Le Marais > Expositions dans le Marais > Événements au Centre Pompidou et à la BPI > DERNIERS JOURS de l’exposition des photographies de Louis Stettner

DERNIERS JOURS de l’exposition des photographies de Louis Stettner

Dernière mise à jour : lundi 6 mai 2019, par Expositions

Du 29 juin au 19 septembre 2016 à la galeries de photographies, Niveau -1 du Centre Pompidou.

L’exposition du Centre Pompidou consacrée à l’œuvre de Louis Stettner couvre près de huit décennies de production, dans son déploiement à la fois stylistique et historique.

Elle dévoile le Paris poétique des années d’après-guerre, le New York en mouvement des années 1950, 1960, 1970, la qualité atmosphérique des ambiances urbaines, ou les gestes du travail que le photographe a su capter avec une incomparable acuité.


Louis Stettner - Ile Saint Louis, Paris, vers 1951 © Louis Stettner - BnF Estampes et photographie

Né en 1922 à New York, dans le quartier de Brooklyn, Louis Stettner est l’un des derniers grands photographes américains de cette génération toujours actif. Il commence très tôt la photographie dans les années 1930, et enseigne à la Photo League.

Après avoir été soldat dans le Pacifique, il arrive à Paris en 1946.

Il sera diplômé de l’Idhec, et dans les années d’après-guerre fera de fréquents allers-retours entre la France et les États-Unis.

Louis Stettner : Aubervilliers, 1947 Centre Pompidou, mnam-cci / Dist. RMN-GP, G. Meguerditchian © Louis Stettner

Son œuvre est marquée par cette ambivalence géographique (New York / Paris). Il oscille de la même manière entre Street Photography à l’américaine et photographie humaniste à la française.

Une rue à l’ombre, un rayon de lumière, des reflets sur l’asphalte mouillé, Louis Stettner sait poser une atmosphère.

Photographe, il se laisse séduire par les distorsions des différentes parties d’un corps en fonction de leur éloignement de l’objectif. Le bras d’un marin, tendu vers lui, l’avant-bras broussailleux d’un buveur de bière...

Brooklyn Promenade, New York, États-Unis, 1954

Pour lui, les gens simples ont leur place sur le cliché. Il les collectionne, en attrape la partie ou le mouvement iconique.

"J’ai toujours eu de l’affection pour les travailleurs : ils nous nourrissent, ils nous font vivre ! (...) Les photographies d’ouvriers de Lewis Hine m’étaient familières et j’avais du respect pour elles. Il m’a semblé que le sujet méritait d’être approfondi. J’ai découvert que le cliché de l’ouvrier "brute" était absolument faux".

De même l’abandon de modèles dans un transport en commun visiblement le fascine. Il fixera l’image aussi bien d’une femme noire au gant blanc que d’un groupe de voyageurs regardant, comme s’ils s’aimaient, dans la même direction.

"Ce qui m’a fasciné dans le métro c’est la possibilité de contempler les autres. La plupart se rendaient à leur travail. J’opérais toujours dans les tunnels, jamais à la lumière du jour, ça aurait anquer de contrastes (...) Je donnais l’impression de jouer avec mon appareil, une version bas de gamme du Rolleiflex, avec lequel on vise en regardant en bas, et non en l’approchant de l’œil, c’est moins agressif".

Souhaitant que le Centre Pompidou devienne le lieu de référence pour son œuvre, Louis Stettner lui a fait don d’épreuves vintages.

Louis Stettner, du 29 juin au 19 septembre 2016, au Centre Pompidou, 01 44 78 12 33, métro Hôtel-de-Ville, Rambuteau. Ouvert de 11 à 21h tous les jours sauf le mardi. Nocturne le jeudi jusqu’à 23h. 14 ou 11€, valable le jour même pour le musée national d’art moderne et l’ensemble des expositions.

Lire aussi : Toutes les expositions 2016 au Centre Pompidou.


***

Vous retrouvez comme chaque année dans LES GRANDES EXPOSITIONS 2016 à Paris de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans CALENDRIER 2016 des grandes expositions à Paris ces mêmes expositions sont classées par dates.

Dans la série Toutes les expositions 2016 dans les plus grands musées de Paris... lire également :
Au musée du Louvre, au Centre Pompidou, au Grand Palais, au musée d’Orsay, au musée d’Art moderne de la Ville de Paris, au Jeu de Paume, au Palais de Tokyo, à la Bibliothèque nationale de France, au musée du Quai Branly, au musée des Arts décoratifs.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez être amenés à apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous établissons, au fur et à mesure de leur publication, notre sélection des catalogues d’expositions 2016 de Paris, comme nous l’avons fait les années précédentes : 2015, 2014, 2013, 2012.

Nous vous proposons aussi une sélection de musées et d’expositions dans les villes françaises suivantes, que nous nous efforçons de tenir assez régulièrement à jour :
Angoulême - Arles - Avignon - Bordeaux - Dijon - Grenoble - Ile-de-France - Lens - Lille - Lyon - Marseille - Metz - Montpellier - Nantes - Nice - Ornans - Rennes - Rodez - Rouen, Le Havre - Saint-Étienne - Strasbourg - Toulouse - Tours

Et juste des musées et expositions temporaires pour quelques villes étrangères : Amsterdam, Berlin, Bâle, Bruxelles, Genève, Londres, Madrid, Milan, et Venise.

André Balbo

sources : Visite, Centre Pompidou