eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Musique > News > Chansons > Kamini de retour avec le single ’Loca’ : Regardez le clip

Kamini de retour avec le single ’Loca’ : Regardez le clip

Dernière mise à jour : mardi 6 février 2018, par Jean

Le rappeur de Marly Gomont souhaite relancer sa carrière au travers d’un one-man-show alliant humour et musique. Depuis juin 2013, il en propose un aperçu avec la chanson Loca. Découvrez-en le clip sur Evous.fr.

Révélé sur Internet par le titre Marly-Gomont (2006), Kamini est un musicien d’un genre nouveau. Il a su suivre ce premier succès par plusieurs autres singles (J’suis blanc, Un Ptit Coup de Motherfuck, Psychostar Show), extraits de son album Psychostar World, paru en mai 2007.

Fin 2009, le "rappeur rural" a proposé son nouvel opus, Extraterrien (2009). Autant de nouvelles chansons qu’il présente lors de son Petits Patelins Tour 2010 qui passe notamment par la scène du New Morning de Paris, le 22 avril. Au même moment, il est également l’objet d’un buzz créé par sa supposée – et bien sur fausse - collaboration avec Dr Dre !
En 2013, Kamini est de retour avec un nouveau projet : un spectacle mêlant musique et humour. Ce "stand-up" dont les détails n’ont pas encore été dévoilés est d’ores et déjà introduit par la chanson Loca, dans laquelle le sympathique trentenaire se moque des modes du moment : la Zumba, les boys bands, Will.i.am...

Le 12 septembre 2006, Kamini, jeune infirmier résidant à Marly-Gomont et rappeur à ses heures perdues, met en ligne le clip amateur d’une de ses chansons. Vingt jours, un emballement médiatique et un million de connections plus tard, il est devenu une star. Au passage, il invente un nouveau genre musical : le rap rural.

Son conte de fées ressemble fort à celui des Arctic Monkeys, groupe de rock anglais qui a initié le mouvement en 2005 en proposant sa musique en téléchargement gratuit. Depuis, ils ont vendu deux millions de copies de leur premier album.
Après qu’elles se soient mises à la vente de disques sur Internet, les majors commencent à voir dans la Toile un moyen de dénicher de nouveaux talents. Alors qu’au cours du premier semestre 2006, les ventes de disques ont chuté de 11%, les téléchargements payants ont progressé de 79%. On comprend mieux pourquoi les majors s’intéressent aux sites en vogue, tels YouTube ou MySpace. Elles sont à l’affût du buzz qui leur révèlera la prochaine star de la chanson. Internet pourrait devenir à terme une plateforme culturelle et économique incontournable si la télévision et la radio ne prennent pas davantage de risques dans la découverte des talents.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.