eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 10e > Guide Paris 10e > Se promener, Paris 10e > L’ancien couvent des Recollets

L’ancien couvent des Recollets

Dernière mise à jour : jeudi 3 octobre 2013, par Franck Beaumont

Restauré à partir de 2003 pour devenir la Maison de l’Architecture en Ile-de-France, le cadre de plusieurs associations ainsi qu’ une cité internationale (accueillant en résidences des artistes étrangers), l’ancien Couvent des Recollets nous replonge dans l’ambiance du faubourg Saint-Laurent aux XVIIe et XVIIIe siècles.

Alors que le quartier n’était qu’à l’orée de Paris, ce vaste enclos religieux rayonna pendant plusieurs siècles sur ce faubourg de la capitale. Né d’une réforme de la règle de Saint-François en Espagne à la fin du XVe siècle, l’ordre des Récollets était assez sévère puisque les moines n’avaient pas le droit de posséder. Ils vivaient dans une grande pauvreté, habillés d’une robe de bure et chaussés de sandales à semelle de bois. C’est le roi Henri IV (également à l’origine de la construction du tout proche hôpital Saint-Louis) et son épouse Marie de Médicis, qui financent le projet du couvent ; la reine s’en déclara même fondatrice. La première pierre fut posée en 1619 et le couvent commença vite à prospérer. Louis XIV leur renouvela d’ailleurs sa confiance en faisant de ces moines ses aumôniers militaires.

Au début du XVIIIe siècle, le couvent est à son apogée comptant jusqu’à 200 moines ; mais ce siècle marquera également son déclin, les mœurs se relâchant... A la Révolution, il ne reste d’ailleurs que 30 moines. Devenu une caserne de grenadiers, le lieu est transformé en hospice de vieillards dès le début du XIXe siècle. EN 1861, il devient hôpital militaire et prend en 1913 le nom de Jean-Antoine Villemin, médecin des armées et auteur de recherches sur la tuberculose (le portail avec son nom est encore bien visible rue des Récollets). Après 1968 et l’éclatement des unités pédagogiques d’architecture en France, il accueille UP 1, l’école d’architecture de Paris-Villemin. A partir des années 1990, il devient un squat d’ artistes sous le nom des "Anges des Récollets". Mais en 1992 un incendie dans les combles décide l’Etat à expulser les artistes. Ce bel ensemble religieux a finalement trouvé, après une longue réhabilitation, sa vocation et une seconde vie avec ses nouveaux occupants (cités plus haut).

Du couvent, il subsiste aujourd’hui plusieurs éléments intéressants, même si beaucoup ont disparu, notamment en raison de l’agrandissement de la gare de l’Est. La chapelle, dont l’entrée est visible sur la rue du faubourg Saint-Martin, était autrefois plus longue mais elle a été amputée de plusieurs travées ; sa façade néo-classique date d’ailleurs du XIXe siècle.

Du côté de la rue du faubourg Saint-Martin, les bâtiments subsistants ont une allure austère. Il faut emprunter la rue des Récollets et le square Villemin pour découvrir sa plus belle façade, en pierre de taille, dotée de grandes ouvertures en plein cintre de la fin du XVIIIe siècle. A l’intérieur subsiste un très bel escalier avec sa rampe en fer forgé (photo ci-dessous). Cette aile abritait autrefois le grand dortoir des moines et la bibliothèque, fort réputée pour sa collection ; décorée de 38 portraits de papes et de religieux, elle contenait 30.000 volumes ! On y trouvait également deux globes terrestres très célèbres, dus au géographe Coronelli (exposés en 2005 au Grand Palais et aujourd’hui visibles à la bibliothèque François Miterrand). Cette aile est hélas la seule qui subsiste sur les quatre qui formaient une cour carrée dans laquelle prenait place le cloître. Du cloître, il ne subsiste que deux "morceaux" en équerre ; c’est d’ailleurs par cette partie de l’ancien couvent que l’on accède aujourd’hui aux différentes institutions qui l’occupent maintenant.

Vous pouvez entrer en toute liberté dans la Maison de l’Architecture pour admirer les vestiges du cloître, la chapelle, les élégants bâtiments donnant sur le square Villemin et leur bel escalier. Profitez-en pour découvrir les expositions d’architecture régulièrement organisées sur une mezzanine. Enfin, ne manquez pas la terrasse du café intégré à cette institution, donnant sur un charmant jardin, véritable havre de paix dans ce quartier assez bruyant. Le café est ouvert tous les jours.

Franck Beaumont

Source : Guide du Promeneur 10e arrondissement.

Adresse

148 rue du faubourg Saint-Martin