eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 10e > Guide Paris 10e > Se promener, Paris 10e > L’ancien hôpital Saint-Lazare

L’ancien hôpital Saint-Lazare

Dernière mise à jour : mercredi 8 février 2012, par Franck Beaumont

Visible à l’angle de la rue du Faubourg Saint-Denis et du boulevard de Magenta, l’ancienne chapelle de l’hôpital Saint-Lazare rappelle l’existence autrefois en ce lieu d’un des plus vieux établissements de soin parisien (fondé au XIIe siècle !) devenu entre temps une sinistre prison pour femmes...

Alors que le 10e arrondissement n’était encore qu’un modeste faubourg de Paris, une léproserie fut fondée au XIIe siècle à cet emplacement par un moine de l’abbaye Saint-Martin des Champs. Elle fut administrée par l’ordre des Hospitaliers.

En effet, la lèpre fut ramenée d’Orient par les croisés et un peu partout en Europe, on ouvrit alors des établissements, hors des villes, pour leur apporter un peu de réconfort. La léproserie prit le nom de Saint-Lazare, car Saint-Lazare, patron des lépreux, était appelé saint Ladre au Moyen-Age.

Gardant une place importante aux yeux des souverains français, même si la lèpre fut en recul à partir du XVIe siècle, cet établissement était visité par chaque nouveau souverain français avant son entrée solennelle dans Paris. De même, avant de rejoindre le tombeau des Rois de France à Saint-Denis, chaque roi défunt y était exposé une dernière fois en chemin. Le dernier à s’y être arrêté fut Louis XV.

Difficile aujourd’hui d’imaginer la taille considérable de cet enclos Saint-Lazare... imaginez que sur cet espace morcelé au fil du temps, on construisit la Gare du Nord, la Gare de l’Est, l’église Saint-Vincent de Paul et l’hôpital Lariboisière.

Une fois la lèpre vaincue, l’établissement fut occupé par une autre congrégation, les chanoines de Saint-Victor. Ils cédèrent leur place en 1632 à l’ordre fondé par Saint-Vincent de Paul, la congrégation des Prêtres de la Mission. Leur mission était de propager la Foi dans les campagnes. Mort en 1660, Saint-Vincent de Paul fut placé en 1729 dans une somptueuse châsse en argent, fondue pendant la Révolution.

C’est également à cette époque que les lazaristes furent chassés de l’hôpital. Il fut aussitôt transformé en prison, souvent antichambre de la guillotine. Talleyrand-Périgord, l’abbesse de Montmartre, le peintre Hubert Robert ou le poète André Chénier y furent enfermés. au total, 1306 victimes de la terreur y séjournèrent avant d’être décapités puis enterrés dans une fosse commune au cimetière de Picpus.

En 1795, l’hôpital Saint-Lazare devient une prison de femmes. En 1811, la Ville de Paris cède la prison au département de la Seine. Dans le quartier dit "de la Pistole", des femmes célèbres ou fortunées y sont enfermées : Louise Michel, Mme Steinheil (maîtresse de Félix Faure, accusée à tort du meurtre de son mari), Mme Caillaux ou encore Mata Hari y séjournèrent.

En 1935, la prison fut finalement détruite, à l’exception de ses caves et de son puit. La chapelle en brique et l’ancienne infirmerie en pierres, plus récentes, ont également été conservées ; elles datent de 1824 et furent construites par le père de l’architecte Baltard.

Après le départ de l’APHP (hôpitaux de Paris) en 1999, l’ancienne chapelle de l’hôpital et ce qu"on appelle "le carré historique" ont été réaménagés en équipements : le carré historique est aujourd’hui occupé par une halte crèche, un centre social, un centre culturel, un gymnase, et une bibliothèque. Un jardin et une école maternelle occupent aujourd’hui le nord de la parcelle.

En empruntant ce jardin, vous pouvez aujourd’hui prendre la mesure de ce "carré historique" de l’ancien hôpital. Plus intéressante architecturalement, une série d’immeubles en pierre du XVIIIe siècle est visible juste à côté de l’ancien hôpital, du n° 99 au n° 105 rue du faubourg Saint-Denis. Construits par les lazaristes au début du XVIIIe siècle, ces immeubles témoignent de la richesse de certains ordres religieux jusqu’à la Révolution : destinés à être loués et donc immeubles de rapport, ils mettaient également en valeur l’enclos Saint-Lazare.

Franck Beaumont

Sources : Guide du Promeneur Paris 10e, Paris 10e par Edmond Ronzevalle

Adresse

107 rue du faubourg Saint-Denis

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.