eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 8e > Guide Paris 8e > Se promener, Paris 8e > La Madeleine : l’église de Napoléon

La Madeleine : l’église de Napoléon

Dernière mise à jour : jeudi 20 novembre 2014, par Gaspar

Fleuron néoclassique, Parthénon chrétien du cœur de Paris, l’église de la Madeleine mérite le coup d’œil ! En la longeant, en la parcourant, en la contournant, le visiteur percevra la singulière cohérence architecturale de cet ornement du Paris impérial.

L’arc de triomphe de la place de l’étoile, celui du Carrousel, la colonne Vendôme... le Paris de Napoléon fait la part belle à l’architecture militaire. La nouvelle Rome devait rendre hommage à ses soldats, artisans héroïques des conquêtes de l’Empire. Ainsi, les architectes préférés de l’Empereur étaient Fontaine et Percier. Tous deux avaient mis leur art au service de la célébration de la Grande armée...

UN TEMPLE DE LA GLOIRE

Pour autant, l’Empereur a su promouvoir l’architecture civile. Napoléon a ordonné la mise à jour des façades du Théâtre des Variétés, de l’Odéon, de l’École de Médecine. C’est sous l’Empire qu’on édifie le Pont des Arts et celui d’Austerlitz.

Dans ce Paris napoléonien, la Madeleine affiche sa singularité. Chacun sera tenté d’en faire un exemple de l’architecture religieuse de l’Empire. Or, ce n’est pas d’une église dont avait rêvé l’Empereur. Ambitieux sur les champs de bataille, le stratège corse l’était aussi sur le terrain de l’urbanisme.

La Madeleine devait être un temple de la Gloire. On y aurait célébré les hauts faits des vétérans de l’armée. Suivant l’exemple de la ville antique, Napoléon avait envisagé d’immenses projets. Les Invalides devaient se muer en temple de la Guerre. Une ville administrative devait être édifiée sur le Champ de Mars. Sur la butte Chaillot, on entendait bâtir une résidence somptueuse pour le roi de Rome, fils de l’Empereur. A Montmartre, un temple de Janus aurait abrité les cérémonies de signatures des traités de paix.

L’ŒUVRE DE L’ARCHITECTE VIGNON

C’est sous Louis XV qu’est lancée l’idée d’une nouvelle église pour la paroisse de la Madeleine. Un bâtiment à l’architecture proche de celle de l’actuel Panthéon est alors envisagé. C’est un proche de Soufflot, Contant d’Ivry qui en dessine les plans. Les travaux avancent jusqu’à la Révolution.

Sous Napoléon, on recommence tout ! L’église est détruite. L’Empereur des Français choisit lui-même le nouvel architecte. Pierre-Alexandre Vignon est célébré pour sa connaissance de l’Antiquité : c’est à lui que revient la charge d’édifier ce temple à la Gloire dont rêve le monarque. Vignon se fonde sur les plans de l’Olympiéion. Situé à Athènes, ce temple d’ordre corinthien rendait hommage à Zeus. En tenant du néoclassicisme, le concepteur cherche sa filiation dans la pureté des lignes de la Grèce classique.

Après la retraite de Russie de 1812, Napoléon se fait moins ambitieux. Il redonne à la Madeleine une destinée plus ordinaire. Elle redevient une église, vouée au culte de Marie-Madeleine. Les travaux sont achevés avant la fin du règne de Louis-Philippe. Après Napoléon, les trois rois qui se sont succédé ont suivi les plans de Vignon. La structure globale, décidée sous l’Empire, n’a pas été changée.

52 COLONNES

Les ornements extérieurs, comme la décoration, ont été ajoutés sous la Restauration et le régime de Juillet. Aujourd’hui, le visiteur pourra contempler la grande porte de bronze du baron Triqueti. Cet aristocrate de la Monarchie de Juillet pratiquait la sculpture. Le ministère de l’Intérieur le mandata pour forger la porte principale de la Madeleine. Triqueti y a fait figurer les Dix Commandements. Derrière les 52 colonnes extérieures, les successeurs de Pierre-Alexandre Vignon ont fait disposer 34 statues de saints. Saint-Luc, bien malheureux, a été décapité par un obus allemand en 1918 !

Entre fresques et sculptures remarquables, le mobilier intérieur de l’église de la Madeleine est couronné par le grand orgue. Sur le clavier de cet instrument monumental, installé en 1846, se sont penchés Camille Saint-Saëns ou Gabriel Fauré...

Aujourd’hui, au bout de la rue Royale, c’est bien le projet architectural rêvé par l’Empereur qu’il nous est donné de voir. Le temps n’a pas modifié la structure de la Madeleine. Pour longtemps encore, celle-ci restera l’église de Napoléon.

En images

Adresse

Place de la Madeleine - 75008 Paris

Horaires

Tous les jours de 9h30 à 19h.