.evous
> > > >

Hôtel Pereire : La saga des frères Pereire

La vie et le parcours d’Emile (1800-1875) et Isaac Pereire (1806-1880) illustrent à merveille le triomphe du capitalisme et l’ascension sociale fulgurante d’une famille sous le Second Empire à Paris.

Nés à Bordeaux, les frères Pereire sont issus d’une famille juive ayant ses racines au Portugal, venue s’installer en France au milieu du XVIIIe siècle. "Monté" à Paris en 1822, Emile fait ses armes chez un courtier en change. Voyant dans les chemins de fer naissant un avenir florissant, il passe plusieurs années à trouver les capitaux nécessaires pour faire construire en 1835, aidé de son frère Isaac, la ligne de Paris à Saint-Germain-en-Laye, toute première ligne ferroviaire en France. La première gare qui s’appelait alors "embarcadère de l’ouest" est édifiée en 1837 au niveau de la place de l’Europe. Une deuxième gare voit le jour en 1841, puis une troisième, l’actuelle gare Saint-Lazare, construite de 1842 à 1853 par l’architecte Armand et l’ingénieur Eugène Flachat.

Dès lors, les Pereire ne vont cesser de multiplier les aventures financières et industrielles. Après la construction des lignes ferroviaires du nord, de Lyon, et de la Compagnie du Midi, ils se lancent dans la finance. Ils créent en 1852 le Crédit Mobilier, proposant des prêts à long terme aux industriels - une innovation financière qui ne s’est jamais démentie depuis. Ils acquièrent ensuite de nombreuses sociétés : l’Etablissement thermal de Vichy, la Société Autrichienne des chemins de fer de l’Etat, la Compagnie générale Maritime, la Compagnie des Omnibus parisiens, le Crédit mobilier espagnol, les sociétés d’assurance "La Confiance" et "La Paternelle", la compagnie générale transatlantique, pour ne citer qu’elles.

Parallèlement, disposant de nombreux capitaux, ils participent à de grands projets immobiliers à Paris et en province en fondant en 1856 la Société Immobilière. Ce sont eux qui font lotir l’ancien parc Monceau (beaucoup plus étendu que l’actuel), c’est-à-dire toutes les avenues prestigieuses qui l’entourent (avenue Van Dyck, avenue Ruysdael, avenue Vélasquez, etc). Emile Pereire en profite pour se faire construire un hôtel particulier d’inspiration classique, au 10 rue Alfred de Vigny (photo ci-dessus), au bord du parc Monceau. En 1854, les frères installent le siège social du Crédit Mobilier place Vendôme, dans un hôtel particulier devenu aujourd’hui l’hôtel Ritz. En 1855, ils font l’acquisition de l’hôtel de Charost, rue du faubourg Saint-Honoré, qui deviendra l’Ambassade de Grande-Bretagne.

Les Pereire sont partie prenante dans de nombreux projets parisiens menés sous le Second Empire : l’hôtel du Louvre, le Grand Hôtel, le lotissement de l’avenue de Villiers, du boulevard Malesherbes, de l’avenue de Wagram ou encore du boulevard Pereire. En province, ils sont à l’origine de la création de la ville d’Hiver à Arcachon (1862) qu’ils inaugurent en présence de l’Empereur et de l’Impératrice Eugénie ; le lancement est un triomphe mondial. Ils font construire à Armainvilliers le château Pereire (détruit), dont les terres bordent celles du château de Ferrières des Rothschild - ironie du sort, autrefois partenaires, les deux familles sont alors devenues ennemies...

Mais après l’ascension spectaculaire de deux frères, les difficultés de la Société Immobilière vont précipiter la faillite du Crédit Mobilier qui survient en 1867. En 1870, ils ne possèdent plus que la Compagnie du Midi et se résolvent à vendre en 1872 leur collection de tableaux, notamment des tableaux anciens espagnols. Egalement impliqués en politique, Emile fut député de Gironde de 1853 à 1875, tandis qu’Isaac fut député des Pyrénées Orientales 1863 à 1870. Les frères Pereire peuvent être considérés comme les inventeurs du capitalisme moderne sous le Second Empire. Ils sont également considérés comme les défenseurs de l’universalisme, ayant défendu leur vie durant l’égalité par le travail, et la fraternité entre le prolétariat et la bourgeoisie.

L’ hôtel Pereire, situé au 10 rue Alfred de Vigny, est aujourd’hui occupé par la fondation Del Duca.

Franck Beaumont

10 rue Alfred de Vigny

Adresse

Mots-clés