eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Bordeaux Nantes Toulouse Lille Agenda France Guides France Shopping Visiter la France Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Musique > Vos artistes favoris > Le Peuple de l’Herbe : Nouvel album

Le Peuple de l’Herbe : Nouvel album

Dernière mise à jour : mardi 6 février 2018, par Jean

Après Tilt, Le Peuple de l’Herbe était revenu en janvier 2012 avec A Matter of Time, sixième album annoncé par l’extrait New Day. Les fans y trouveraient une nouvelle série de chansons mêlant hip-hop, rock et dub.
Son successeur est disponible à partir du 29 septembre 2014. Intitulé Next Level, il n’est pas qu’un disque de plus. Si les multiples influences qui ont fait la renommée du collectif sont toujours la matière principale de son identité musicale, le groupe y explore aussi de nouveaux territoires sonores. L’originalité de ce septième effort vient par ailleurs des deux featurings qui y apparaissent : ceux de Marc Nammour (La Canaille) et Louis Michot (The Lost Bayou Ramblers).

Le Peuple de l’Herbe ressort son cinquième album Tilt, agrémenté d’un CD bonus live, reprenant des extraits audio et vidéo enregistrés lors de la tournée incandescente de 2010, ainsi que trois inédits. Un groupe plus que jamais vivant et enthousiaste, en phase avec son époque, toujours porté par la rage et l’énergie des premiers concerts, intenses et survoltés… Un des acteurs majeurs de la scène indépendante française ! Le Peuple de l’Herbe sera en concert au Trabendo, le 3 novembre 2010.
Sortie le 4 octobre 2010.

Un des acteurs majeurs de la scène indépendante française, Le Peuple de l’Herbe, revient en cette fin d’année 2009 avec un cinquième album, Tilt. Moins conceptuel que le précédent, il se présente néanmoins comme un voyage musical, dense et métissé, difficilement classable, résumant bien l’histoire et l’aventure collective du gang des Lyonnais. Chris est toujours à la production, Dj Pee aux platines, N’zeng à la trompette, Psychostick à la batterie, Spagg à la basse, chacun rajoutant son grain de sel. Quant aux lyrics, ils sont signés par l’anglo-indien Jc001 et le franco-sénégalais Sir Jean. Voici le casting de cet opus à rajouter à la discographie d’un groupe animé d’une flamme essentielle : celle de la passion et de la colère.
Sortie le 16 novembre 2009.

À l’origine de ce quatrième album studio du Peuple de l’Herbe, un livre et un constat : un roman cinglant de l’auteur SF culte Philippe K. Dick et une réalité politique inquiétante qui mène à ces douze titres : moins de machines, plus d’humain. Soit une musique organique, en mouvement, balayant les spectres émotionnels de l’âme et du corps, férocement énergisante.
Partons donc du principe que l’humanité, dans un futur relativement proche, sera décimée par un accident nucléaire (ou par une apocalypse libérale). Que quelques résistants décideront d’émettre par satellite un ultime programme radio, que cette Radio Blood Money libre de tout, devra transmettre espoir et résistance.
On commence donc par un Yep, introduction en forme de salut instrumental, enchaîné par History Goes, morceau électronique et organique soutenue par la voix spatiale de JC001, où il est question d’éducation et de fatalité.
Judgement fait la part belle aux rythmes chaloupés, au groove déconstruit amplifié par les messages de Sir Jean et la contre voix de JC…
Traces la jouera drum’n’bass sci-fiesque, limite jazzy et inquiétante.
The Fall, darkerie plombée par une guitare vicieuse, l’écho lointain de la voix de la chanteuse Marielou, s’annonce déjà comme l’un des sommets de tension du disque.
Moins rageur, presque plus pop, le Plastic People qui suit un petit interlude breakbeat à la Peuple de l’Herbe, constitue une tentative d’hymne rageur, où JC se la joue crooner survolté, où les cuivres cinglent, où la basse de Spagg roule façon nu-soul sur les beats puissants de Psychostick.
La seconde moitié de l’album s’ouvre sur Dope Beats, suivi d’un Viva la Revolucion, sorte de bande son idéale d’une époque bien réelle.
Riddim Colision plus classiquement dub, comme l’éternel clin d’œil aux activistes lyonnais, Jarring effects et à la scène dub.
Suit Free Degree, titre électro groovy, aux cuivres quasi free, aux hyper machines féroces.
Le Yep Afini se chargera de clôturer le truc, au revoir et merci pour votre attention.

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.