eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 9e > Lieux clés Paris 9e > Hôtel Drouot - Richelieu > Le marché de l’Art a progressé à Drouot en 2011

Le marché de l’Art a progressé à Drouot en 2011

Dernière mise à jour : jeudi 29 décembre 2011, par Franck Beaumont

A l’heure du bilan de l’année 2011, la maison de ventes aux enchères Drouot peut se réjouir d’une année florissante, malgré une situation financière délicate en Europe. Avec 475 millions d’euros de produits de vente cette année, le chiffre progresse de 8 % par rapport à 2010. Avec l’or, la pierre et les grands vins, les oeuvres d’Art sont perçues comme une valeur refuge qui n’a quasiment pas de risque de se déprécier.

En 2011, Drouot a enregistré pas moins de 24 records mondiaux et 12 records français parmi les salles de ventes. 15 enchères ont terminé à plus d’ 1 million d’euros, et 256 enchères ont été supérieures à 150.000 euros.

Les plus belles ventes ?

Arrive en tête la succession de l’homme d’affaires Paul-Louis Weiller, grand mécène et amateur d’art éclairé (il fut notamment le propriétaire du somptueux hôtel des Ambassadeurs de Hollande dans le Marais) pour près de 24 millions d’euros. Vient ensuite la collection d’art précolombien de M.H. Law pour plus de 7 millions d’euros. En 3e position, la collection d’orfèvrerie d’ Edouard Cochet pour 4 millions d’euros.

Les oeuvres les plus chères ?

C’est un record mondial... Avec 2,9 millions d’euros, une grande divinité assise (illustration) de la culture Maya, originaire du Mexique et remontant à la période 550-950 après JC, a remporté le gros lot. La 2e enchère la plus élevée (2,8 millions d’euros) fut donnée pour un important plat rond de Chine, dynastie Yuan, du XIVe siècle, provenant de la collection du maréchal Ney, prince de la Moskowa. Un tableau impressionniste arrive en 3e position : il s’agit de "La promenade d’Argenteuil un soir d’hiver", de Claude Monet, daté de 1875, provenant de la collection Haegel. Citons encore un Livre d’heures de Claude de France (1499-1525), épouse du roi François 1er, provenant de la collection Paul-Louis Weiller, qui a terminé à 2,6 millions d’euros. Il est composé de 121 feuillets rédigés sur vélin, calligraphiés en latin, d’une écriture romane, en noir, bleu, rouge et or avec des lettrines bleues, rouges et dorées.

Les ventes les plus "insolites" ?

Un pot à lait en porcelaine dure à "anse teste de chèvre", provenant d’un service de la literie de Marie-Antoinette à Rambouillet, daté de 1787, a terminé à 1,091 million d’euros ! Un sac "Birkin" d’Hermès, en crocodile porosus cerise, s’est envolé à 61.000 €... Un ensemble de photographies de George Wilson Bridges intitulé "Palestine as it is", comprenant 19 épreuves sur papier albuminé (1858-1859), a atteint 625.000 euros. Enfin, une lettre de Napoléon Bonaparte à Joséphine, écrite en 1796 de Milan pendant la campagne d’Italie, a trouvé preneur à 352.500 € !

Se portent particulièrement bien cette année l’art chinois, les livres et manuscrits, les arts premiers, l’art russe, les tableaux anciens, le mobilier français du XVIIIe siècle. Les 74 sociétés de ventes volontaires rassemblées dans l’hôtel Drouot ont encore de beaux jours devant elles...

Source : Hôtel Drouot.

Adresse

6 rue Drouot