eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Bruxelles Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 15e > Actualités, Paris 15e > Sorties, Paris 15e > Archives sorties, Paris 15e > Le premier jardin vertical de Paris dans la rue Castagnary ?

Le premier jardin vertical de Paris dans la rue Castagnary ?

Dernière mise à jour : mercredi 27 février 2013, par Morgan

Les riverains de la rue Castagnary dans le 15e vont-ils enfin avoir leur espace vert ? Alors que la ville prévoit de construire des logements sociaux sur le terrain d’une ancienne poissonnerie fermée à l’été 2012, les membres de l’association Jeunes Parisiens de Paris dont leur hyperactif président, Olivier Rigaud, ont d’autres projets : Faisant appel à un cabinet d’architectes, ils ont imaginé la construction du premier "jardin vertical" de Paris.

Développé par le cabinet d’architecte Clément Baehr et Greenation à l’initiative des habitants du quartier, ce projet d’envergure prévoit la construction d’un bâtiment quasi-autonome produisant de l’électricité, récupérant de l’eau et recyclant des déchets afin de nourrir les potagers installés sous verrière sur 4 niveaux. Au rez de chaussée, un espace éducatif sur le "bien-manger" serait installé quand une partie basse abriterait un marché couvert de 1.500 m² surplombé par des jardins public et partagé. Enfin, un mur végétalisé d’un côté et recouvert de panneaux solaires de l’autre protégerait le site des voies ferrées qu’il longe.

Ce projet ambitieux estimé à un coût de 10 à 12 millions d’euros et porté par l’association Jeunes Parisiens de Paris pourrait voir le jour à la condition que Bertrand Delanoë et sa première adjointe donnent leur feu vert. Une lettre leur a été adressée par l’association dans ce sens, alors qu’une demande de subvention a été déposée au début de l’hiver 2012 auprès du ministère de l’agriculture.

Adresse

69, rue Castagnary 75015

Messages

  • Réponse à P.M

    INCROYABLE, GÉNIAL,
    UN COULOIR DE PLUS DE 100m. POUR ATTEINDRE QUELQUES ÉTALS DE 3m. DE LONG.
    SOIT POUR DÉPOSER UNE LAITUE ET REVENIR AVEC SON CHARIOT UN PARCOURS DE 200m.
    QUELLE PROUESSE PHYSIQUE CERTAINEMENT P.M
    MAIS CERTAINEMENT PAS INTELLECTUELLE !!!
    DANS CE PROJET, TOUT EST UNE ABERRATION.

    ALORS, PLUS MODESTEMENT ET SANS GÉNIE, RÉALISONS DES LOGEMENTS SOCIAUX QUI RÉPONDENT EFFECTIVEMENT A DES BESOINS QUOTIDIENS.
    A.G.

  • Je suis tout à fait d’accord avec l’analyse ci-dessous qualifiant ce projet de comportement égoïste face à une demande sociale sans cesse croissante :

    "Les demandes d’une place en hébergement d’urgence auprès du Samu social (115) ont fortement augmenté (+28%) en février 2013 par rapport à février 2012, émanant principalement de familles, selon la Fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion.

    Cette progression est surtout le fait de l’explosion des demandes de familles (+72%), selon le 4e baromètre hivernal du 115 de la Fnars réalisé sur un échantillon de 37 départements (hors Paris), et publié lundi dans le quotidien la Croix."

    Extrait d’un article de Libération du 18 mars 2013 :

    AIDONS LES DÉSHÉRITÉS A SURVIVRE, MERCI !!!

  • Réponse au message "Un peu de décense".

    Les riverains n’ont que faire de ces aspects techniques qui émanent sans nul doute d’une personne qui n’habite pas le quartier. Par la force des choses, ce projet évoluera bien évidemment en fonction des contraintes techniques, esthétiques et administratives qui ne manqueront pas de survenir. L’important c’est de faire avancer et accepter cette idée novatrice.

    En tant qu’habitant de ce (triste) quartier depuis 45 ans, je me réjouis qu’une équipe jeune et dynamique fasse une proposition originale qui nous sorte de la concentration d’immeubles et de logements sociaux, dont personne ne nie la nécessité, mais dont la densité extrême a maintenant atteint ses limites dans notre secteur. Un peu d’oxygène dans le béton nous est indispensable.

    Alors oui, je vote des deux mains, pour les carottes.

    Jacques Gaffet

    • Cher Monsieur Jacques GAFFET,

      Pendant la campagne d’hiver 2012-2013 qui se termine fin mars, la fréquentation des restaurants du Cœur a déjà augmenté de 11%, soit 966 000 personnes contre 870 000 l’année dernière.

      Mais, il n’y a pas seulement les aliments qui font défaut, les hébergements aussi !!!

      La densité extrême est une vue erronée que véhiculent certains. Pour voir arriver des nantis ? Ne désespérez pas pour eux, à l’exemple du terrain de l’ancien hôpital Laennec, les opérations privées de groupes financiers puissants s’en occupent. Mais, comme vous le dirait La Palisse, il est certain que vous avez probablement raison, dans une cage d’escalier HLM, la densité extrême est atteinte ainsi que dans un immeuble social. Y-a-t-il pour autant la volonté des locataires de cet immeuble de chasser tous les occupants sous prétexte qu’ils sont des occupants de logements sociaux ?

      Le comble dans cette affaire est que vous avez tout de même besoin des fonds publics pour réaliser cette utopie égoïste et combler ainsi le déficit annuel qui sera abyssal.

      Alors, moi aussi, je reprends les termes du précédent internaute : Un peu de décence pour les plus démunis qui souffrent.

  • Ce projet est déontologiquement inacceptable : un architecte ne travaille pas sur un terrain sans avoir l’accord préalable du propriétaire. Or c’est le cas !

    Ce projet est réglementairement inacceptable : le PLU mentionne 100% de logements sociaux et la préfecture de Police a donné un avis favorable au projet d’urbanisme déposé par Paris Habitat OPH, le 16 avril 2012. Par ailleurs, comme ce projet devrait être financé sur fond publics, un concours devrait obligatoirement être ouvert entre plusieurs architectes comme l’y oblige la MIQCP ! Ce ne peut donc pas une chasse gardée par un architecte et un BET !

    Ce projet est conceptuellement inacceptable : En l’absence d’un programme validé par le commanditaire, l’architecte propose des solutions spatiales aberrantes. D’ailleurs, aucun ratio d’exploitation n’est proposé. Quelle gabegie spatiale !!!

    Ce projet est économiquement inacceptable : Il fait abstraction du coût d’acquisition du terrain, de son nettoyage,... couler du béton pour obtenir des surfaces où seront plantées des tomates est un luxe que de pauvres gens ne comprennent pas tant ils ont des difficultés pour se loger. C’est un projet de nantis disposant déjà d’un toit et qui souhaitent un petit jardinet pour planter le week-end.

    C’est d’un égoïsme absolu.
    Quitte à construire sur un terrain dont on spolie le propriétaire, pour y couler des m3 de béton et de donner tout cela gratuitement à des riverains pour qu’ils y plantent leurs petites carrottes, n’est-il pas plus raisonnable d’offrir ces m2 spoliés à des personnes recherchant un logement pour vivre décemment !

    Il est sidérant que ce projet soit recommandé par quelques personnes aussi peu expérimentées : d’ailleurs, Clément Baehr a très peu construit d’édifice jusqu’à ce jour. Nos impôts ne peuvent servir à satisfaire les envies égoïstes de quelques-uns.

    • Incroyable et génial, c’est la direction à prendre ! Hier des maraîchers entouraient Paris pour la nourrir, maintenant les jardins au "vert utile" seront à l’intérieur de la ville. N’est-ce pas les abeilles qui vous ont montré le chemin ? Suffit d’être les uns sur les autres dans les immeubles, on étouffe, cet aspect du logement n’amène que des conflits et de la mauvaise humeur. Le jardinage occupe intelligemment, apaise. Ces jardins deviendront de nouveaux lieux de rencontre et de dialogue entre habitants. C’est comme cela que commence le vivre ensemble. Bravo ! P.M.

  • Je ne crois pas trop à ce projet, Je vis en face de là depuis très long.

    • Bonjour,

      A propos de notre projet de « Ferme maraîchère Castagnary » à Paris 15e, de nombreux riverains du quartier nous ont fait part de leur enthousiasme et leur soutien… plusieurs élus également.
      Par ailleurs, plus de 200 personnes (250 ?) ont assisté au Conseil de quartier Georges Brassens du 15 février 2013, réunion publique à l’occasion de laquelle nous avons présenté ce projet d’aménagement urbain, avec le concours de messieurs Clément Baehr, Architecte du projet, et Vincent Vanel, Ingénierie Eco-innovation du Bureau d’étude Greenation.

      Compte tenu par exemple des difficultés énergétiques déjà très présentes et vouées à se durcir dans les années à venir, la France doit investir en R&D, y compris dans le domaine de la production agricole : trouver et/ou promouvoir des solutions urbaines favorisant les circuits courts de la Distribution, tout en améliorant la qualité et la traçabilité des productions alimentaires, est manifestement une voie à privilégier.
      D’autres pays l’ont bien compris et se sont déjà lancés dans l’aventure des "fermes verticales"...

      Nous allons rentrer en période de campagne électorale des prochaines municipales.
      Durant cette période, notre association Loi 1901 JEUNES PARISIENS DE PARIS continuera à promouvoir son projet de "Ferme maraîchère", espérant convaincre nos élus et/ou les prochains, de voir la Capitale « tester » le concept de "ferme verticale", concept innovant, d’intérêt général et reproductible dans d’autres grandes agglomérations du territoire national.

      Actuellement, la Presse continue à faire publicité de notre projet d’aménagement urbain : après l’article de Bertrand Gréco, dans l’édition du 17/02 du Journal du Dimanche, Morgan Le Moullac que nous remercions, nous gratifie d’un article élogieux dans le journal .evous Paris 15e du 1er mars 2013.
      Nous attendons d’autres articles de Presse.

      JEUNES PARISIENS DE PARIS va faire vivre cette actualité, en la relayant notamment via ses blogs et en se rapprochant de structures associatives reconnues, comme par exemples, Ile-de-France Environnement (ou IDFE) qui fait partie de France Nature Environnement (FNE), ou encore d’Environnement 92.

      Nous vous remercions pour votre soutien.

      Nous vous remercions également de bien vouloir diffuser nos informations à vos proches et à vos contacts.

      Sincères salutations

      Olivier Rigaud
      Vice-président de JEUNES PARISIENS DE PARIS
      rigaud.olivier2@free.fr
      06.85.12.56.80

      http://jeunesparisiensdeparis.hautetfort.com/

      http://ouiaupartagedunjardinruecastagnary.hautetfort.com/

  • Bonjour, je verrai bien un espace vert à cet endroit pour permettre de respirer de mieux en mieux dans la ville de Paris, d’autant plus qu’il y a beaucoup de constructions de logements sociaux dans ce quartier.

    Une habitante du quartier

    • Paris, le 10 avril 2011
      Bonjour,
      Comme vous le voyez, les membres de notre association "Jeunes Parisiens de Paris", sont déterminés à obtenir des aménagements paysagers et un jardin partagé, rue Castagnary - 75015 Paris, seule solution pertinente compte tenu de la présence des installations industrielles de stockage de fioul lourd de la Compagnie Parisienne de Chauffage Urbain (ou C.P.C.U.), zone de dépotage des wagons-citernes comprise.
      A la suite de notre exposé, le 22 mars 2011, au Conseil de Quartier Brassens, la Presse a publié plusieurs articles, invitant leurs lecteurs à consulter les blogs Internet de notre association, pour prendre connaissance de notre argumentaire.
      Vous pourrez retrouver par la suite, nos deux blogs, via un moteur de recherche, Google par exemple, en saisissant dans la zone de recherche et entre guillemets : "jeunes parisiens de paris" ou, deuxième possibilité, et toujours entre guillemets, "oui au partage d’un jardin rue castagnary". En procédant de la sorte, nos blogs apparaîtront sur la première page Internet ouverte. Cette démarche, réalisée régulièrement par les Internautes, nous aide à maintenir nos blogs en bonne place, via les moteurs de recherches Internet.
      Notre association est de nouveau intervenue le 8 avril 2011, lors de la réunion publique du Conseil d’Arrondissent C.I.C.A. Paris 15ème arrondissement.
      Vous pourrez regarder très prochainement l’enregistrement vidéo de cette réunion, via le site Internet de la Marie du 15ème arrondissement de Paris ("cliquer" sur l’onglet, "vie citoyenne", puis sur "CICA", puis le "CICA en vidéo")
      Merci pour votre soutien et à bientôt sur les blogs de notre association.
      Bien entendu, nous vous invitons à rejoindre notre association (voir bulletin d’adhésion sur les blogs) pour soutenir nos actions et participer plus activement, à celles-ci.
      Sincères salutations
      Olivier RIGAUD
      Vice-président
      Association Loi 1901, "JEUNES PARISIENS DE PARIS", chez Monsieur Philippe PRINCE, Président, 5 rue de l’Harmonie - 75015 Paris