eVous
La ville dans la poche
Accueil Paris Arrondissements de Paris Ile-de-France Le Marais Lyon Marseille Nice Toulouse Bordeaux Nantes Lille Agenda France Guides France Montpellier Shopping Visiter la France Strasbourg Musique TV Cinéma Expositions Ailleurs Terres et saveurs Astuces, idées et inspirations

Accueil > Terres et saveurs > En mer > Le homard > Le taser du homard

Le taser du homard

Dernière mise à jour : vendredi 28 septembre 2012, par Marion Augustin

Cuisiner du homard, quelle perspective réjouissante. Mais il vous faudra lui ôter la vie avant de le déguster, car le homard s’achète vivant et même remuant.

Certains cuisiniers le coupent en deux, d’autres le pochent à l’eau bouillante avant de le trancher, d’autres l’engourdissent au congélateur avant de lui porter le coup fatal. Est ce vraiment une façon de traiter les crustacés ? Mettons-nous un peu à leur place... Heureusement pour le roi des crustacé, un anglais compatissant, Simon Buckhaven, a cogité pour qu’il ait une mort plus douce.
Lors d’un séjour en France, une poissonnière recommande au couple Buckhaven d’ébouillanter leur homard vivant. Monsieur Buckhaven trouve ce traitement "inhumain", en entendant les cris de l’animal dans la marmite pendant plusieurs minutes. De retour en Angleterre, il se met au travail pour imaginer un dispositif moins brutal.

Fruit d’une recherche de plusieurs années, le crusta-stun, conçu par des ingénieurs de l’Université de Bristol, permet de tuer les crustacés tels les homards, les crabes, les langoustines, en quelques secondes seulement en leur administrant un électrochoc. En une fraction de secondes, le crusta-stun assomme le crustacé puis l’électrochoc détruit totalement son système nerveux, ce qui le tue. L’animal souffre moins.


La cause des crustacé a fait un grand pas en avant. Reste que compte tenu de son coût (autour de 2000 £), l’assommeur de crustacé demeure réservé aux professionnels. Les bourreaux de homards ont encore de beaux jours devant eux...