evous
repérez, proposez, partagez

Accueil > Arrondissements de Paris > Paris 8e > Les incontournables du 8e arrondissement de Paris > La Pinacothèque de Paris > DERNIERS JOURS : la révolution décorative de l’Art nouveau, à la (...)

DERNIERS JOURS : la révolution décorative de l’Art nouveau, à la Pinacothèque

Dernière mise à jour : vendredi 20 octobre 2017, par André Balbo

De tous temps, mais là aussi, la volonté d’aider à naître un art nouveau a été ressentie dans le monde artistique, mais cette fois-là ce serait peut-être Füssli qui intensifia l’usage de la ligne courbe et de l’arabesque, donnant le départ.

L’Art nouveau, dont on peut considérer que le romantisme servit de terreau, entrait en rupture avec le classicisme et exprimait déjà une défiance contre le développement trop rapide de l’industrie.

Hector Lemaire / Manufacture nationale de Sèvres. Le rocher aux pleurs c. 1900 Biscuit de Sèvres 42 x 33 x 24 cm Collection Victor et Gretha Arwas © Arwas Archives

Il partait du principe que l’art se devait d’être partout où l’expression pouvait exister, et prendre en compte l’ensemble de la création, comme tous les métiers d’art, par extension. Partout signifiait aussi en tout pays (il devint très rapidement international), et en tout temps. Ainsi vit-on aux États-Unis Tiffany, Jugenstil en Allemagne, ou Stile Liberty en Italie pour ne citer qu’eux.

À Bruxelles, en 1893, l’Art nouveau prenait pour la première fois vraiment forme à l’Hôtel Tassel grâce à la créativité de Victor Horta.

Hector Guimard Vase c. 1900 Grès h. 27,5 cm Collection Robert Zehil, Monte-Carlo, Monaco © Robert Zehil, Monte-Carlo, Monaco

Comme les artistes allaient être heureux ! L’Art nouveau n’imposerait plus d’obligations, et l’on pourrait enfin faire fi des contraintes et des convenances. Ce serait un art de la Liberté où tout deviendrait enfin possible, le jeu et le plaisir, la dérision, la moquerie, l’érotisme et toutes les tentations.

Art total, l’Art nouveau pouvait nicher partout, être peinture ou musique, bijou comme verrerie, mobilier ou jeu !

Le champ d’investigation des artistes de ce mouvement s’étendait sur Paris, Nancy, Bruxelles, Londres, Barcelone, Vienne, Prague, ou Tunis. Ses grands noms étaient Gallé, Daum, Mucha, Majorelle, Horta, van de Velde, Gaudi, Guimard, Lalique, Klimt ou Bugatti.Tous les supports classiques sont conquis les uns après les autres, mais l’on aborde sans retenue les techniques qui le sont moins : travail sur bois, pierre précieuse, fer, verre, peinture, lithos, affiches publicitaires et autres.

Cette esthétique, en fait assez hédoniste, tient à être décorative. L’explosion de son triomphe se fera à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900. Les initiateurs, qu’étaient Bing et van de Velde, se désolidarisent, ne reconnaissant plus leur projet initial. Chacun commence à lacérer le concept et le mouvement, les groupes politiques, réactionnaires comme marxistes, puis également les milieux nationalistes aux relents antisémites et xénophobes. Hector Guimard, qui installait ces nouvelles bouches de métro sources de polémiques, fut peut-être celui qui en souffrit davantage. L’Art nouveau n’y gagnera que quelques jolis surnoms tout neufs : style "nouilles", voire "Ténia".

L’Art nouveau reflua aussi vite qu’il avait éclos. Mais les surréalistes veillaient et intervinrent pour le tirer de la léthargie dans laquelle il s’enfonçait, à partir des Années 1930. Dans Minotaure Dali lui rendait alors un véritable hommage...

Une exposition sur un tel sujet n’a plus vu le jour à Paris depuis 1960. Les quelque 200 objets présentés, qui couvrent tous les domaines de la vie et des arts, ont participé à cette forme de mise en pièces du classicisme.

Pour cet événement n’a été retenue que la crème de la crème, les œuvres des fondateurs et des principaux créateurs.

L’Art nouveau, la Révolution décorative, du 18 avril au 8 septembre 2013, à la Pinacothèque 1, 28 place de la Madeleine 75008 Paris, 01 44 56 88 80, Métro Madeleine (8, 12, et 14). De 10h30 à 18h30, fermeture de la billetterie à 17h45. Le 1er mai, le 14 juillet, le 25 décembre et le 1er janvier, ouverture de 14h à 18h30. Fermeture de la billetterie à 17h45. Nocturnes les mercredi et vendredi jusqu’à 21h. Fermeture de la billetterie à 20h15. Service gratuit de fauteuils roulants.
Billet couplé Art nouveau + Tamara de Lempicka + Les Collections 22 €, tarif réduit 18 €. Évitez la file d’attente ! Achetez votre billet en ligne. Plein tarif 23,50 €. Tarif réduit 19,50 €. Billet simple Art nouveau ou Tamara de Lempicka, 12 ou 10 €. Votre billet en ligne 13,50 ou 11,50 €

Vous retrouverez dans l’article 2013 à Paris : les grandes expositions de A à Z les différentes expositions annoncées par leurs établissements et musées.

Frederic Leighton (1830–1896) Crenaia, the nymph of the dargle, ca. 1880 Huile sur toile 76.2x26.7 cm Colección Pérez Simón, Mexico © Arturo Piera, Musée Jacquemart-André 09/13-01/14

Dans Calendrier 2013 des grandes expositions à Paris, ces mêmes expositions sont classées par dates.

Nous nous efforçons de tenir ces articles à jour, et nous vous remercions des suggestions, précisions, ajouts et corrections que vous pourriez apporter à ces programmes.

Nous vous indiquons chaque semaine les nouveautés, les expositions qui fermeront bientôt leurs portes, et... nos préférences, car on ne se refait pas : LA SEMAINE des expositions, musées, et galeries : que faire à Paris du....

Enfin, contre l’actualité artistique qui chasse ce que l’on se croyait capable de retenir, les catalogues d’expositions peuvent avoir, quand ils sont faits avec exigence, un rôle certain à jouer. Nous avons établi notre sélection, avec PARIS 2013 : LES MEILLEURS CATALOGUES d’expositions de Paris.

Celui de cette exposition en fait partie.

Les Grandes Expositions et Calendrier 2014 peuvent déjà être consultés sur Évous.fr... et complétés, si vous disposez de plus d’informations que nous !

André Balbo

sources : Visite, Pinacothèque, Marc Restellini

En images

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.