.evous
> > > > >

Vos questions à François Bayrou, ses réponses !

Cliquez ici pour poser votre question à un autre candidat ou pour découvrir les réponses de Philippe Poutou, de Jacques Cheminade, de Nicolas Dupont-Aignan et de l’équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon.

Le troisième homme de l’élection 2007 est en lice pour jouer une nouvelle fois ce rôle d’arbitre. A ceci près qu’il y a 5 ans, derrière Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal au 1er tour, François Bayrou avait surclassé Jean-Marie Le Pen en dépassant les 18,5%, contre 10,4% pour le candidat d’extrême droite. Il avait d’ailleurs profité de cet engouement pour créer son parti, le Mouvement démocrate (Modem), une formation centriste "ni droite ni gauche" pour un homme politique qui avait historiquement toujours été fidèle au centre droit. Cette année, la partie risque d’être plus serrée. A en croire les sondages à l’orée de la campagne officielle, ils sont 3 à pouvoir jouer ce rôle d’arbitre : Marine Le Pen, François Bayrou et Jean-Luc Mélenchon se tiennent tous entre 12% et 14% d’intentions de vote. Un mouchoir de poche. Au candidat centriste du Modem de faire jouer son expérience. Déjà candidat à la présidence de la République en 2002 (6,84%) et 2007, à chaque fois sous la bannière de l’UDF, il est le taulier de l’élection présidentielle pour cette édition 2012.

Vous lui avez posé des questions via Evous.fr en l’interpellant directement ou en interrogeant l’ensemble des candidats. François Bayrou y répond.

POLITIQUE FAMILIALE

Nadège73130 : Je voudrais savoir si vous allez faire quelque chose
contre l’injustice de plusieurs millions de mères de France. En effet les
aides à la garde d’enfant s’arrêtent aux 6 ans de l’enfant. Or, les horaires de l’école sont resserrés. Nous, les mères, avons donc le choix entre arrêter de travailler ou laisser la moitié de notre salaire à une baby-sitter ou une garderie. Que comptez-vous faire pour nous ?

François Bayrou : Je suis, comme vous le savez, un partisan convaincu de la politique familiale. Le contexte fortement dégradé de nos finances publiques nous force à une gestion des dépenses plus rigoureuses, mais je reste persuadé qu’il est possible de donner un nouvel élan aux dispositifs de crèche et de garde d’enfant. Je souhaite développer des crèches collectives et familiales, des crèches d’entreprise et interentreprises, dans les administrations, à horaires adaptés, près des lieux de travail, en priorité dans les zones qui en manquent. Il existe aussi d’autres pistes d’amélioration, comme la possibilité de fractionner le congé parental jusqu’aux 16 ans de l’enfant, ou encore encourager les collectivités locales à l’embauche de
nouvelles assistantes maternelles
, qui constituent un formidable vivier d’emplois.

LES RETRAITES

Thérèse : Ne pensez-vous pas que repousser l’âge de la retraite pour les femmes est une mauvaise mesure ? De mon point de vue, avec les enfants, elles ont déjà deux emplois...

F. Bayrou : La nécessité de repousser l’âge de la retraite est indiscutable. Il convient alors d’améliorer les possibilités données aux familles pour concilier au mieux les vies professionnelle et familiale. Je pense qu’il est très important d’aiguiller et conseiller les parents en difficulté (c’est le rôle des travailleurs sociaux, des communes, des services de l’emploi) et d’encourager les entreprises à mieux prendre en compte la vie familiale de leurs salariés parents (par exemple en développant le télétravail qui permet une meilleure organisation du temps professionnel et familial). Je rappelle que je me suis toujours opposé au report de l’âge légal à 67 ans pour obtenir une retraite à taux plein. Je pense notamment aux femmes, dont la carrière a été mise au second plan, qui travaillent à temps partiel ou qui ont cessé toute activité pour élever leurs enfants. Elles sont les premières concernées par cette décision injuste. C’est pourquoi je compte rétablir l’âge de 65 ans pour obtenir une retraite à taux plein.

LA SANTÉ

Phillippe : Quel avenir réservez-vous aux délégués médicaux en
ville et à l’hôpital ?

F. Bayrou : Les scandales du Mediator et des prothèses PIP
ont relancé le débat sur l’industrie du médicament et ses méthodes.
Le délégué médical n’est qu’un maillon de la chaîne. Il est un exécutant du travail qui lui est confié. Il n’est donc pas question de stigmatiser cette profession. C’est une refonte des interactions entre les laboratoires et le monde médical qui doit être mise en oeuvre. Je crois que l’accent doit être mis sur la formation médicale continue des professionnels de santé (libéraux et hospitaliers), en lien avec l’Autorité indépendante que je compte créer, chargée de l’alerte en matière de santé et de sécurité sanitaire.

L’ÉCOLOGIE

Anonyme : M.Bayrou, dénoncerez-vous le scandale de la contamination de l’eau de consommation par les nitrates, les pesticides, les médicaments, la poudre d’aluminium et le radon ?

F. Bayrou : La plus grande prudence est de mise quand il s’agit de santé publique. Je ne crois pas qu’il appartienne aux politiques de lancer l’alerte, il est plutôt le rôle des autorités compétentes. Je crois qu’il faut faire pleinement confiance à l’Afssaps (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) et à la Haute Autorité
de santé, car ce sont les seules organismes qui jouissent de la légitimité et de l’autorité requises pour ce genre d’alertes. Je le redis
avec certitude : nous avons besoin de créer une Autorité indépendante, sur le modèle de l’Autorité de sûreté nucléaire, chargée de l’alerte, constituée d’experts totalement indépendants.

LES JEUNES ET L’EMPLOI

Maxime : Je suis lycéen et j’ai effectué un stage dans un magasin de grande distribution. J’aimerais poursuivre ce stage mais j’ai changé de lycée et l’on refuse de me signer une nouvelle convention. Que proposez-vous pour ce type de problème et pour l’insertion des plus jeunes sur le marché du travail ?

Retrouvez ici les propositions des candidats concernant la jeunesse.

F. Bayrou : Votre situation illustre parfaitement en quoi le stage est une pratique fragile en milieu lycéen. Je ne crois pas en effet que ce soit le format adapté au rythme scolaire du lycée. L’alternance me
semble être une bonne alternative, réelle et convaincante, dans la
voie de la professionnalisation dès le lycée
. Pour l’insertion des jeunes sur le marché du travail, il faut d’abord une préparation et une information plus en amont, suffisamment tôt au cours de la scolarité. Ensuite, il faut quelques mesures simples, efficaces et directement applicables, comme la possibilité pour toute entreprise de moins de 50 salariés de créer un nouvel emploi en CDI sans charges pendant 2 ans, quelles que soient l’expérience ou la formation du salarié.

Evous.fr continue de relayer vos questions aux candidats à l’élection présidentielle. N’hésitez pas à les interpeller sur tous les sujets qui concernent votre vie quotidienne de Parisiens et de Franciliens. Toutes les questions sont étudiées même si nous sommes contraints d’effectuer une sélection vu l’abondance d’interrogations de votre part et vu l’agenda chargé des candidats. Pour des raisons pratiques, François Bayrou a par exemple été contraint de ne répondre qu’aux toutes premières questions qui lui sont parvenues. Chaque vendredi, nous publions les réponses d’un ou plusieurs candidats.

Pour poser une question à François Bayrou, candidat centriste du Modem, cliquez ici ou sur le bouton Contribuez.

Mots-clés