.evous
> > >

Pourquoi des chocolats à la Saint-Valentin ?

Parce que tous les prétextes sont bons pour offrir et savourer du chocolat ! Mais aussi, et surtout, car le chocolat est reconnu pour faire chavirer les cœurs...

Complément affectif grâce à ses vertus d’antistress et antidépresseur, le chocolat serait pour certains un véritable aphrodisiaque, en raison de la présence dans sa composition du phényléthylamine. Conjuguée à la caféine, à la théobromine et aux méthylpyrasines (acides aminés), cette substance stimule certaines zones du cerveau comme le fond les amphétamines. C’est pourquoi depuis très longtemps, on prête au chocolat des pouvoirs amoureux : l’empereur aztèque Moctezuma en buvait cinquante tasses par jour, spécialement avant d’aller honorer les femmes de son harem !

Dans la civilisation aztèque, le chocolat chaud avait ainsi la réputation d’être un excitant sexuel. Il faut dire que la boisson préparée était très épicée avec du piment, du poivre, des clous de girofle.

Au XVIIe siècle, on raconte que les indigènes indiens s’enduisent les zones érogènes d’une bouillie de cacao pour que leurs baisers soient encore plus doux.

En 1624, un théologien fait paraître un écrit condamnant la consommation du chocolat dans les couvents, ce breuvage échauffant les esprits et les passions.

La grande période des courtisanes, du XVIIe au XVIIIe, est propice à une forte consommation de chocolat. Dans son Traité des aliments en 1702, Louis Lemery précise au sujet du chocolat : "Ses propriétés stimulantes sont propres à exciter les ardeurs de Vénus."

Madame du Barry ne manquait pas, dit on, de servir une bonne tasse de chocolat mousseux à ses amants.

Des gravures du XVIIe siècle ou estampes allemandes du XVIIIe, montrent souvent des scènes où des couples dégustent du chocolat chaud.

Les dames de Marseille se souvinrent longtemps du bal sulfureux qu’organisa le marquis de Sade, qui eut la brillante idée de distribuer à foison des pastilles de chocolat fourrées à la cantharidine, un puissant alcaloïde congestionnant...

Si l’on en croit les écrits de Mme de Hausset, Madame de Pompadour absorbait régulièrement des décilitres de chocolat ambré pour s’échauffer le sang, d’autant que Louis XV lui reprochait régulièrement d’être "froide".

Aujourd’hui on emploie rarement le terme d’"aphrodisiaque" pour évoquer le chocolat. On parle plus volontiers d’aliment tonique, de plaisir, de douceur, de volupté... qui sont également des qualificatifs propres à l’amour...

A LIRE AUSSI :
Les meilleurs chocolatiers de Paris
Lieux romantiques et cachés pour la Saint Valentin à Paris
Dix cafés romantiques pour boire un verre à Paris
Prendre de la hauteur pour voir Paris en amoureux
Jardins secrets de Paris
Les plus belles fontaines de Paris
Promenades insolites à Paris
Restaurants romantiques à Paris
Hôtels romantiques à Paris
Les love shops de Paris Source : ChocoClic, Choco-club,